DCeased Hope at World’s End : La critique

Date : 28 / 11 / 2021 à 09h00
Sources :

Unification France


Dceased :
Hope at World’s End

. Editeur : Urban Comics
. Scénario : Tom Taylor
. Dessin : Collectif
. Coloriste : Collectif
. Date de sortie : 09 avril 2021
. Format : 19 x 28.5 cm
. Nombre de pages : 176
. ISBN : 9791026828549
. Prix : 18 €

L’équation anti-vie a infecté plus d’un milliard de personnes sur Terre. De chaque côté de l’échiquier, héros comme vilains, nombreux sont ceux qui lui ont succombé. Immédiatement après la destruction de Metropolis, Superman et Wonder Woman mènent un effort pour endiguer la vague d’infection, préserver et protéger les survivants et essayer d’entrevoir la lumière au bout du tunnel. À l’heure la plus sombre de la Terre, l’humanité fait face à son plus grand défi, ne pas perdre espoir, quand tout semble déjà perdu.

Décryptage

L’équation d’anti vie, virus technologique organique, continue de se répandre sur la Terre, sans aucun pitié, il fait des ravages dans la population sans épargner les rangs des super-héros. Alors que tout espoir semble anéanti, il pourrait bien renaitre avec certains héros que l’on n’attendait pas. Jimmy Olsen, qui se trouvait au Daily Planet au moment du déclenchement de la pandémie, nous raconte.

L’univers de Dceased, la création de Tom Taylor, s’étoffe. Après un étonnant premier tome qui voyait les super héros DC bien aimés de tous mourir les uns aprs les autres, victimes d’un virus les rendent hyper agressif, le second tome prenait le parti de montrer l’épidémie du point de vue des méchants, qui eux aussi n’étaient pas épargnés. Ce troisième tome vient s’insérer et étoffer l’histoire du premier tome en ajoutant de nouveau super héros à l’équation, la jeune génération, les enfants mais aussi les compagnons des super-héros. Leur histoire se déroule en parallèle de celle du premier tome. Il est aussi l’occasion de mettre en avant certains personnages DC jusqu’ici méconnus.

Alors que l’on ne pourrait voir la BD uniquement comme un rajout inutile, ou comme un entracte entre 2 véritables volumes, elle enrichie l’histoire, présentant un ensemble de nouveaux héros malmenés et de la nouvelle génération forcée de trouver et d’assumer sa place. Voici donc venir le tour des enfants, l’espoir viendrait-il de la jeune génération ? Après il n’y a pas non plus que des enfants et ce n’est pas non plus une histoire enfantine, c’est glauque et violent presque comme les 2 tomes précédents et celui-ci en profite pour rajouter quelques super-héros qui n’étaient pas encore présents. Black Adam au Kahndaq tient aussi une très grande place dans cette histoire qui nous permet aussi de profiter de Wonder Woman et de certains héros aperçu dans le premier tome.

A suivre, le 4ème volet, appelé « DCeased : Dead Planet » en version originale est traduit chez nous sous le nom de DCeased 2, sorti depuis le 11 novembre qui pourrait laisser augurer une suite épique. Alors qu’on pourrait le penser pas forcément indispensable à la bibliothèque, ce tome que certains pourraient trouver plus faible de par son traitement, est malgré tout un autre point de vue sur l’épidémie et reste une importante portion de l’univers de DCeased et complétera la collection.


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Comment survivre dans un film d’horreur : La critique du (...)
Aya et la sorcière : La critique du livre
DCeased Hope at World’s End : La critique
Green Class tome 3 : La critique
Kosmos : La critique
All of us are Dead : Critique de la saison 1
Snowpiercer : Critique 3.01 La tortue et le lièvre
Percy Jackson : Merci aux Dieux de l’Olympe, Disney+ donne (...)
Batgirl : Ivory Aquino pour révolutionner la représentation chez (...)
Blanche Neige : Une putain d’histoire à l’envers (...)
Disney+ - Bandes annonces : 26 janvier 2022
Irradiés : La critique
Chicken Run - Dawn of the Nugget : Netflix dévoile la (...)
The Crossover : Disney+ commande la série LeBron James
Spark : Anthony Mackie s’attaque aux droits civiques pour (...)