Doom Patrol : Review 3.07 Bird Patrol

Date : 23 / 10 / 2021 à 13h00
Sources :

Unification


Cela fait maintenant plusieurs épisodes que je m’ennuie un peu lorsque je regarde Doom Patrol. Même si chaque semaine que dure cette troisième saison, je suis ravi de retrouver les protagonistes les plus incroyables que j’ai pu voir apparaître sur le petit écran ces dernières années, un sentiment de frustration perdure, car j’ai l’impression que la série a perdue son Mojo.

La première saison a été un quasi sans faute dans sa manière de nous présenter une équipe de supers pas comme les autres, avec un univers décalé où le trash, la violence et l’humour régressif parvient à cohabiter parfaitement un sentimentalisme capable de serrer mon petit cœur de geek au moment où les scénaristes l’avaient décidés. Il y a avait aussi Mr Nobody, un antagoniste principal d’anthologie machiavélique à souhait et dont la manière qu’il avait de briser le quatrième mur faisait passer Deadpool pour un petit joueur.

Maintenant que notre fine équipe avait compris qu’ils formaient une famille, la saison prolongeait le plaisir d’une manière différente en mettant en avant le passé de leur mentor et en introduisant Dorothy, sa si touchante fille aux pouvoirs démesurés. Bien que parsemées de quelques fulgurances bien senties, cette saison n’arrivait pas vraiment à atteindre les sommets de la première. Elle s’achevait en plus d’une façon de manière très abrupte à cause de l’arrivée de la Covid qui a obligé l’interruption prématurée du tournage.

Cette saison 3 a donc débuté de manière un peu laborieuse en concluant ce qui aurait dû l’être lors de la précédente et mettant en place tous les éléments nous permettant d’aboutir aux événements de ce septième épisode. Ce que je constate depuis plusieurs épisodes, c’est que les scénaristes, sûrs de l’intérêt, voire de l’amour que l’on porte à leur personnage prennent leur temps pour faire avancer les choses. Alors oui, voir Cliff en pleine dépression robotique est un régal. Mais à côté de cela les problèmes de Jane avec les autres personnalités de l’Underground commencent à me lasser sérieusement et je trouve que les problèmes d’acceptation de soi de Victor complètement surfaits. Quant à notre cher Larry, il n’a pas grand chose à nous proposer sauf se tordre de douleur et s’inquiéter de ce qui semble habiter son corps.

Heureusement que Rita et la thématique du voyage temporelle qui lui est associée est là pour redynamiser un ensemble beaucoup trop ronronnant. Bien entendu les histoires de voyages dans le temps sont toujours très casse-gueules et ont déjà été vues un nombre incalculable de fois ailleurs, mais il faut avouer qu’on ne peut qu’avoir envie de découvrir ce qui a fait basculer les membres de la Sisterhood of Dada vers le Côté obscur et comprendre tous les mystères entourant le passage de Rita à leurs côtés. Ce basculement inéluctable vers quelque chose de tragique est vraiment ce qui rend cet épisode intéressant à suivre, alors qu’en-dehors de cela, il déborde de tous les défauts que je lui reproche.

Finalement, Doom Patrol retrouve vraiment de sa superbe lors de ses quinze dernières minutes où au drame succède un grandiose d’une beauté complètement et délicieusement absurde, mais aussi des traits d’humour bien sentis qui nous font revenir aux plus belles heures de la série. Pourquoi les scénaristes rechignent autant à nous offrir tous ces moments qui constituent la marque de fabrique de la série ? Ne se rendent-ils pas comptent qu’à trop vouloir mettre en avant les failles de leurs personnages, ils oublient de nous procurer le fun qu’ils sont pourtant les seuls à nous fournir d’une manière aussi différenciante et qualitative à la télévision actuellement ?

En tout cas, le cliffhanger sur lequel s’achève cet épisode laisse à penser que les scénaristes sont sûrs de leurs choix narratifs. Alors que les mystères qui ont été semés tout au long de la saison trouvent tour à tour leur résolution, l’émotion devient de plus en plus prégnante. En clôturant rapidement les sous-intrigues un peu faibles et en insufflant davantage de dynamisme, la dernière partie de cette saison pourrait permettre à la série de renouer avec les sommets qu’on lui a connu ! Reste plus qu’à espérer que notre vœu se réalise au plus vite !

EPISODE

- Episodes : 3.07
- Titres :Bird Patrol
- Date de première diffusion : 21/10/2021 (HBO Max)
- Réalisateur : Omar Madha
- Scénariste : Ezra Claytan Daniels

BANDE ANNONCE





 Charte des commentaires 


Peacemaker : Critique 1.04 The Choad Less Traveled
Superman & Lois : Critique 2.02 The Ties that Bind
Peacemaker : Critique des trois premiers épisodes
Naomi : Critique du Pilote
Superman & Lois : Critique 2.01 What Lies Beneath
All of us are Dead : Critique de la saison 1
Snowpiercer : Critique 3.01 La tortue et le lièvre
Percy Jackson : Merci aux Dieux de l’Olympe, Disney+ donne (...)
Batgirl : Ivory Aquino pour révolutionner la représentation chez (...)
Blanche Neige : Une putain d’histoire à l’envers (...)
Disney+ - Bandes annonces : 26 janvier 2022
Irradiés : La critique
Chicken Run - Dawn of the Nugget : Netflix dévoile la (...)
The Crossover : Disney+ commande la série LeBron James
Spark : Anthony Mackie s’attaque aux droits civiques pour (...)