Star Trek - Lower Decks : De la fin de la saison 2 à la Frontière de l’Infini selon Mike McMahan

Date : 20 / 10 / 2021 à 13h30
Sources :

SYFY WIRE


Spoiler Alert ! Si vous n’avez pas encore vu le final de la saison 2 de Star Trek - Lower Decks, et que vous comptez le faire, n’allez pas plus loin, cet article est hyper-spoilerisant !

On peut dire que le "Captain Freeman Day" ne s’est pas déroulé comme on l’avait prévu. La première série animé Trek pour adultes a terminé sa deuxième saison de manière classique, c’est-à-dire d’une manière que nous aurions dû voir venir mais que nous n’avons pas vue.

La saison 2 était pleine de surprises, y compris plus de Pakleds que n’importe quel fan de Trek n’aurait jamais pensé avoir. Certains favoris oubliés sont revenus, beaucoup de dictons tamariens ont été entendus pour la première fois, et Beckett Mariner s’est assise devant une salade de tacos. Le créateur de la série, Mike McMahan, et son équipe ont dit "warp me" à chaque épisode. SYFY WIRE a donc profité de l’occasion pour parler avec McMahan du final, de la saison et de ce qu’ils pourraient bien faire ensuite.

Aviez-vous toujours l’intention de nous laisser avec le "à suivre" dans la police bleue classique ?

C’est drôle que vous demandiez ça. Je savais où je voulais terminer la saison avec l’arrestation du capitaine Freeman, mais ce n’est qu’après coup que je me suis dit "Attendez, qu’est-ce qu’on fait ?". Je suis allé voir notre compositeur, Chris Westlake, et je lui ai dit : "J’ai besoin d’un peu plus de musique à la fin, parce que je vais mettre le classique « À suivre » dans la police bleue." Et une fois que c’était là, je me suis dit : "Comment cela aurait-il pu ne pas être le but depuis le début ? C’est génial." Ça fonctionne, c’est tout. Mec, ils savaient comment faire dans les années 90.

Je suppose que l’alliance Pakled / Klingon que vous introduisez dans un épisode avant le final a quelque chose à voir avec l’arrestation du capitaine Freeman ?

Je ne veux pas trop dévoiler la saison 3, mais oui, les événements de l’alliance Pakled / Klingon, la raison pour laquelle les Pakleds ont des disrupteurs Klingon, tout cela culmine avec ce qui est arrivé au Capitaine Freeman et se poursuit dans la saison suivante.

Y a-t-il un grand méchant derrière tout cela, quelqu’un que nous n’avons pas encore rencontré et qui tire les ficelles ?

C’est une bonne hypothèse, et j’ai vu beaucoup de gens le penser. Mais il n’y a pas de "méchant dans un méchant" ici. C’est vraiment des Pakleds, des Pakleds manipulés par un Klingon, et qui deviennent plus grands et plus forts qu’on ne pourrait le croire.

Ce n’est pas Okona ?

Malheureusement, ce n’est pas Okona, même s’il est scandaleux. On vous a donné toutes les pièces du puzzle pour l’instant, et nous allons les mettre en évidence la saison prochaine.

Les Pakleds sont la race de la semaine d’un épisode de Star Trek : The Next Generation, pourquoi ont-ils été les antagonistes parfaits pour cette série ?

Cette race extraterrestre est restée dans mon esprit parce que je n’arrivais pas à croire qu’elle existait dans Star Trek. Je pensais l’avoir imaginée jusqu’à ce que je la revoie en DVD. C’était presque mythologique. Mais en même temps, quand j’ai fait le final de la première saison, la seule chose à laquelle nous n’avions pas fait référence, ou à laquelle nous n’avions pas fait référence explicitement, était un commentaire sur les questions sociales et politiques du monde réel. Et nous étions dans ce mode, profondément dans ce mode où la montée du fascisme à travers le monde, ces choses qui se passaient autour de nous... qui se sentaient comme si elles avaient été résolues. Que même certaines d’entre elles ressemblaient à une blague, mais que si vous les traitez comme une blague et que vous les laissez se développer, elles en deviennent plus dangereuses, si vous n’êtes pas vigilants.

Non seulement vous avez ramené Sonya Gomez dans Trek pour le final [les épisodes "Q Who" et "Samaritan Snare" de la saison 2 de TNG], mais vous avez également fait revenir l’actrice originale Lycia Naff. Comment cela s’est-il produit ?

Nous sommes une série qui vit dans les petits échanges personnels avant le début des épisodes. Donc, certains d’entre nous, dont moi, se demandaient pourquoi Gomez avait été écartée de la série. Elle avait l’air de quelqu’un qui allait devenir un amour ou un ami pour Geordi. Et maintenant, dans ma vie d’adulte, j’ai lu toutes les histoires de Star Trek et tout ça. Et je me dis : "Ah, c’était prévu comme ça". Et dix choses changent au fur et à mesure que vous écrivez et que vous commencez à filmer.

Mais ce personnage qui a retenu l’attention d’un groupe de personnes qui étaient des enfants lorsqu’ils ont regardé TNG à l’origine, nous nous sommes dit : "Tout le monde est tellement excité par le retour de Marina Sirtis et Jonathan Frakes dans la saison 1. Faisons revenir quelqu’un d’excitant pour nous, qui n’est peut-être pas la personne à laquelle on s’attend. Ce n’est peut-être pas la personne qui est dans tous les films."

En fait, je ne suis même pas sûr de la dernière fois où Lycia Naff a interprété un personnage de fiction. C’était comme si, si quelqu’un devait le faire, c’était l’une des premières personnes des ponts inférieurs. Faisons d’elle un capitaine. Donnons-lui une victoire. Dans cet épisode, j’ai essayé de l’écrire en tant que capitaine extraordinaire. Où est-ce qu’elle se retrouve ? Quelle est son attitude ? Comment traite-t-elle ses subordonnés ? Parce que nous la voyons passer des moments difficiles sur l’Enterprise. Et un vrai thème de cette série est de savoir où les personnages finissent à la fin.

Deep Space Nine a aussi beaucoup de personnages comme ça, si vous voulez en intégrer certains, ça ne me dérange pas.

Intéressant. Je suppose que je devrais regarder Deep Space Nine - je plaisante. C’est intéressant, Deep Space Nine est vraiment, vraiment important pour la série. C’est un peu comme si vous ne pouviez pas regarder le soleil directement, parce qu’il y a eu des petites choses, des petits éléments d’information sur les personnages que nous avons obtenus sur certains de nos personnages principaux grâce à Deep Space Nine. J’ai adoré Deep Space Nine. Je pense que dans la saison 3, vous ne devriez pas être trop surpris s’il y a un peu plus d’action DS9, ou du moins si les gens y font référence.

Je suis vraiment juste égoïste. Les "pouvoirs en place" de Trek vous demandent-ils parfois d’éviter certains domaines ? Par exemple, "écoutez, nous avons un personnage principal tellarite dans cette nouvelle série [Star Trek - Prodigy], pouvez-vous éviter d’inventer de nouvelles choses pour eux" ?

Non. Je veux dire, eh bien, oui. Ce n’est pas vraiment le "pouvoir en place". C’est plutôt que moi et les autres showrunners parlons. Et nous ne voulons pas prendre de grandes décisions qui risqueraient de gâcher des choses qu’ils sont également impatients de faire. Il y a donc eu quelques fois où - c’est surtout le cas avec Prodigy et avec Picard parce qu’ils se déroulent tous les deux juste après ma série. Et donc ce que nous faisons, c’est que lorsque nous remettons une histoire, je souligne les choses qui pourraient avoir une chance d’affecter la leur. Puis je prends le téléphone avec ces showrunners et nous discutons de ce que nous avons pensé, de ceci et de cela. J’ai légèrement modifié quelque chose cette saison, et je peux dire qu’il s’agit d’un petit changement parce qu’ils m’ont demandé de le faire et que cela avait plus de sens.

Est-il vrai que Jennifer et l’arc qui en résulte ont commencé par un Ad libitum de Tawny Newsome ?

Oui, c’est vrai. Jennifer l’Andorienne avait été dessinée dans une scène plus tôt dans l’épisode 2 de la première saison. Et je l’ai adorée parce qu’elle portait ses cheveux comme ma femme le fait parfois. Et puis nous avons eu une scène [plus tard] où Mariner doit courir pour essayer de sauver Boimler et Tawny s’est jetée dessus. J’étais comme, "Donne-moi juste un effort et juste... tu cours, tu cours. Dis juste ce qui te vient à l’esprit pendant que tu fais ça." Parce qu’on improvise beaucoup de choses aussi. Et elle était comme, "Je dois sauver Boimler. Bouge, Jennifer !" Et ça m’a fait tellement rire. Et je me suis dit, "Note ça. Ça va être dans la série." Et en plus de ça, l’artiste a choisi, celui qui était chargé de cet épisode, de mettre le design andorien parce qu’il savait que je l’aimais bien. Et c’est comme ça que l’arc de Jennifer a commencé. Vous trouvez ces choses fortuites et vous vous sentez mieux que si vous l’aviez fait exprès, parfois.

Combien de ces heureux hasards se produisent grâce aux riffs de Tawny Newsome ?

Oh, je ne sais pas. C’est difficile à compter parce que les grandes choses comme ça, c’est rare. Si je pouvais faire en sorte que ça arrive tout le temps, vraiment ma vie serait si facile. Mais avec Tawny, c’est vraiment, les tournures de phrase de Tawny, la façon dont elle change une ligne pour dire exactement ce que nous voulions dire, mais d’une manière qui nous fait aboyer de rire de façon inattendue. Parce que plus nous apprenons à connaître Tawny, mieux nous pouvons écrire pour Tawny. Et parfois nous écrivons une ligne où je me dis : "Elle va s’amuser avec celle-là." Et d’autres fois, je suis comme, ce que j’appelle une ligne porteuse. Si cette ligne est changée, l’épisode n’aura plus de sens par la suite.

Alors elle, et honnêtement Jack [Quaid], Noël [Wells] et Eugene [Cordero], ils sont tous si incroyables pour me donner exactement ce dont nous avons besoin et ensuite le pousser, et nous donner plus drôle et meilleur et inattendu. Et la porte est ouverte pour cela. Chaque fois que cela améliore l’épisode, nous fait rire ou nous inspire un choix de personnage, ce sont nos collaborateurs, pourquoi ne le ferions-nous pas ?

Combien de nouvelles expressions tamariennes avez-vous créées avec l’équipe ?

Oh, mon Dieu. Vous n’imaginez pas le temps que j’ai passé à m’asseoir et à inventer des "noms inventés" dans des "endroits inventés" et à me demander si... J’ai un document Word de 6 pages, interligne simple, de phrases tamariennes existantes. Nous avons créé des phrases tamariennes que nous n’avons pas utilisées, ce qu’elles signifient, toutes ces choses différentes. Et c’est à la fois très amusant, mais aussi épuisant de faire en sorte que ça ait l’air drôle. Et le plus dur, c’est d’aller voir Carl Tart [Kayshon] et de lui dire : "Ok, maintenant en tant que Tamarien, tu dois utiliser une phrase de drague." C’était dur.

En dehors de ce que vous m’avez déjà dit, à quoi les fans peuvent-ils s’attendre dans la saison 3 ?

On apprend d’autres mystères sur Rutherford et son implant. On en apprend un peu plus sur la planète Pakled et comment Freeman est impliqué dans son explosion et sa destruction. Tout est écrit. Tout est en cours d’animation en ce moment. Et je pense qu’il y aura beaucoup de nouveautés et que certains de nos anciens favoris reviendront également.


Star Trek Lower Decks est Copyright © CBS Television Studios, CBS Eye Animation Productions, Secret Hideout, Roddenberry Entertainment, 219 Productions, Important Science et Titmouse Tous droits réservés. Star Trek Lower Decks et toutes ses déclinaisons, ses personnages et photos de production sont la propriété de CBS Television Studios, CBS Eye Animation Productions, Secret Hideout, Roddenberry Entertainment, 219 Productions, Important Science et Titmouse



 Charte des commentaires 


Star Trek - Lower Decks : De la fin de la saison 2 à la Frontière (...)
Star Trek - Lower Decks : Une célébration de Star Trek selon (...)
Star Trek - Lower Decks : Une histoire de famille selon Dawnn (...)
Star Trek - Lower Decks : Une histoire d’amour selon Noël (...)
Star Trek - Lower Decks : Une grande série selon Tawny Newsome (...)
Shang-Chi : Daniel Destin Cretton signe pour la suite et plus (...)
The Boys - Diabolical : Une série animée pour couronner (...)
The Batman : Colin Farrell sera aussi Le Pingouin dans (...)
Doctor Who : Review 13.06 Flux Chapter Six - The Vanquishers
Raised by Wolves : La bande annonce de la saison 2
Les amants sacrifiés : La critique
Reacher : La première bande annonce de la série Prime (...)
PIFFF 2021 : Jour 7
Projet Fred Astaire : Tom Holland dans un nouveau rôle (...)
Cleopatra : La réalisatrice de Falcon et le Soldat de (...)