Foundation : La série qui surmonte l’impossible selon Lee Pace

Date : 24 / 09 / 2021 à 14h30
Sources :

SyFyWire et SyFyWire


Lors d’un entretien avec les gens de SyFyWire, la star Lee Pace (Les Gardiens de la Galaxie) évoque les possibilités infinies données par la série Foundation de Apple TV+. De son côté, c’est dans une vidéo promotionnelle pour la série que le scénariste en chef et producteur délégué, David S. Goyer, nous explique comment donner de l’émotion à une série dont les histoires s’étendent sur plusieurs millénaires.

Voilà 80 ans que Isaac Asimov a commencé à travailler sur ses nouvelles qui allaient donner naissance au premier volume de Foundation et c’est maintenant Apple TV+ qui s’apprête à lancer la série écrite par Goyer, qui définit l’œuvre de Asimov comme étant "la plus grande œuvre de science-fiction de tous les temps".

Foundation se déroule dans l’Empire galactique, qui existe depuis 12 000 ans. Cependant, Hari Seldon (Jared Harris), un brillant mathématicien, détermine par des calculs spécifiques que l’empire tombera dans 300 ans et ne se rétablira pas avant 30 000 ans, à moins que les dirigeants ne suivent sa voie pour atténuer la destruction.

Dans la série, les dirigeants de l’empire sont en fait un trio de clones créés à partir de l’empereur original, Cleon le Premier. Ils ont été créés pour maintenir leur règne sans fin, de sorte qu’il y a toujours trois Cleon qui règnent ensemble à des stades de vie différents : Frère Dawn (Cassian Bilton), Frère Day (Pace) et Frère Dusk (Terrence Mann). Ensemble, ils sont parents, mentors et co-leaders les uns des autres jusqu’à ce que Dusk meure. Chacun prend alors le rôle suivant et un nouveau Frère Day voit le jour.

Pace est le Day hautain, affirmant toujours son excellence perçue parmi les trois, mais toujours condamné à vivre dans l’ombre de copies exactes de lui-même. C’est un sujet captivant et Pace est manifestement ravi de jouer dans un bac à sable aussi stimulant. C’est donc lors d’un entretien avec SyFyWire que Pace nous explique son amour profond pour la science-fiction et la série de PommeLand pourrait bien être la pierre angulaire de l’acteur.

SyFyWire : Est-ce le livre d’Asimov ou le discours de Goyer qui vous a convaincu de rejoindre Foundation ?

Pace : Je vais donner deux réponses. La première est que je connaissais Foundation avant qu’ils ne me donnent ce livre. Je suis un grand lecteur de science-fiction. Quand ils m’en ont parlé, je me suis dit qu’il n’y avait aucune chance qu’ils puissent faire une série sur ce sujet. C’est trop gros. Les idées sont trop grandes. Il y a trop de personnages, je ne comprends pas comment on peut le dramatiser dans ce média. Mais ensuite j’ai lu les trois premiers scénarios de Goyer. Il me les a envoyés et m’a dit : « Voici ce sur quoi je travaille. J’aimerais que vous jouiez le rôle de Frère Day. » Et il a craqué. Il a réussi à créer ces personnages dans lesquels on peut s’investir émotionnellement et qui, potentiellement, si nous avons la chance de pouvoir faire d’autres saisons, nous feront traverser les 1000 ans dont nous aurons besoin pour raconter cette histoire.

Les Cleon sont un nouvel élément inventé par Goyer. Que pensez-vous de ce qu’ils représentent et de la façon dont ils règnent ?

Ce que j’ai trouvé le plus intéressant à propos des Cleons, c’est qu’il s’agit d’une sorte de devinette sur le pouvoir hérité. Ici, sur Terre, nous sommes très familiers avec les monarchies et avec certaines classes de personnes qui peuvent détenir le pouvoir. Mais ils me fascinent, et cela ne peut vraiment se produire qu’en science-fiction, où l’on peut abstraire quelque chose de manière à supprimer tous les déclencheurs qui nous entraînent dans les conversations circulaires que nous avons sur le monde dans lequel nous vivons actuellement. Supprimons tous ces déclencheurs, étendons l’idée à l’ensemble de la galaxie de la Voie lactée, et regardons ce qu’est cet autocrate.

Il vit dans ce fantasme de contrôle. Il croit qu’il a le contrôle de toute la Voie lactée. Il croit qu’il peut vivre éternellement en se clonant. Il a vécu pendant 400 ans, et il continuera à vivre en maintenant cette permanence impérissable. Je ne joue pas un homme. Je joue un rôle que beaucoup d’hommes vont remplir. Ce rôle est celui de l’Empereur de la galaxie. Mais ces individus qui s’y glissent répondent à des circonstances différentes, sont éduqués de manière différente. Bien qu’ils vivent dans le fantasme qu’ils sont le même homme, ce que nous commençons à voir dans cette première saison, c’est qu’ils réalisent qu’ils sont sensibles, qu’ils ont une individualité.

La question intéressante devient : quelle est la suite ? Day regarde Dawn et dit : "C’est le blocage. Voici les lignes, voici les accessoires, voici les costumes. Voilà ce qui arrive quand on hérite de son pouvoir suprême. C’est comme ça que tu gardes l’équilibre." Mais il regarde aussi vers Dusk et lui dit : « Tu as fait beaucoup d’erreurs. Maintenant que j’ai le contrôle, je vais faire comme ça. Je vais me distinguer et je vais être meilleur que tu ne l’as jamais été. » Il y a un conflit tellement intéressant à l’intérieur de ça pour moi. Et une fois que les mathématiques d’Hari Seldon les ont convaincus qu’ils sont condamnés, et qu’ils sont obligés de commencer à improviser, que se passe-t-il ensuite ?

Je suis curieux de savoir s’il y a quelque chose dont vous avez parlé avec Goyer, ou que vous avez simplement intégré, qui est un trait spécifique à Day en tant que clone coincé entre deux versions de lui-même ?

Je suis très prudent quand il s’agit d’en dire trop, car je veux vraiment que le public puisse s’approprier ces personnages comme je me suis approché d’eux. Prenez donc tout ce que je dis avec des pincettes, car il ne s’agit que de mon opinion. Je m’en tiens à ce que je dis, mais je veux que les gens aient la liberté d’interpréter et de résoudre cette énigme par eux-mêmes. Ce que je dirai de Cleon, c’est que l’une des choses que je trouve intéressantes chez lui, c’est qu’il est extraordinairement intelligent. Il est comme un frappeur à deux coups. Il observe, observe, observe, mais quand il est dos au mur, vous ne pouvez pas le battre. Il est imbattable. Il va dominer. Il a toujours dominé, et il dominera toujours. C’est en quelque sorte sa malédiction. On ne peut pas l’arrêter et ça l’empêche de voir le changement dont il a besoin.

Selon le regard que l’on porte sur la vie, les Cleons sont la représentation ultime d’un pouvoir sans fin, ou ils sont plutôt des répétitions tragiques de la même chose. Comment les voyez-vous ?

Quand j’ai parlé à David, [j’ai demandé] « De quoi parle cette série ? De quoi s’agit-il ? » L’une des choses qu’il dit, c’est qu’il s’agit de changement. Il s’agit du principe du changement. La seule chose sur laquelle on peut parier, c’est que les choses vont changer. Pourtant, nous résistons au changement. Nous nous y accrochons autant que possible et nous nous battrons comme des diables pour empêcher le changement de se produire parce que nous pensons que c’est la meilleure chose pour l’humanité et pour les personnes dont nous avons pris la responsabilité. La seule chose que nous savons faire, c’est détenir le monopole de la violence. Vous nous comparez à un personnage comme Salvor Hardin (Leah Harvey), qui ne pourrait pas être plus différent de l’Empereur de la galaxie, mais que nous considérons avec le même poids que l’Empereur de la galaxie. Elle ne choisit jamais la violence. Elle essaie toujours de trouver une autre solution aux problèmes, donc ces personnages se contrecarrent absolument d’une manière qui rend leur histoire claire.

Selon vous, en tant que passionné de science-fiction, quel est l’attrait de cette adaptation ?

La façon dont ils ont créé les vaisseaux spatiaux, les planètes et les effets est, à mon avis, en tant que fan de ce genre de choses, exquise. Mais l’histoire concerne les gens. L’histoire porte sur ce que signifie être un humain ? Où réside votre âme ? Est-elle dans votre corps ? Que se passe-t-il quand on perd son corps ? Et quelles questions pouvons-nous étudier avec les mathématiques ? Les mathématiques peuvent quantifier les minutes, mais vous donnent-elles vraiment une image précise du changement ? Qu’est-ce qui est mieux exploré par le royaume de l’esprit ? Qu’est-ce que cela nous apprend ?

De son côté, Goyer a déclaré dans la vidéo ci-dessous : "C’est une histoire d’idées, et ce sont des idées audacieuses. L’astuce était de trouver comment prendre ces idées lourdes qui couvrent un millénaire et les rendre émotionnelles".

Comme le souligne Goyer, Foundation est resté énormément influent depuis sa publication en tant que roman unique en 1951, touchant tout, de Star Wars à Dune. L’histoire d’un mathématicien nommé Hari Seldon (Jared Harris) qui développe une nouvelle forme d’étude connue sous le nom de "psychohistoire" et, ce faisant, prédit la chute de l’Empire régnant sur la galaxie, le récit original d’Asimov est riche non seulement en spectacle épique de science-fiction, mais aussi en grandes questions sur l’histoire et notre place dans celle-ci.

Pour Asimov, ce qui a commencé comme une simple nouvelle dans les années 1940 a fini par englober sept livres se déroulant sur des siècles d’histoire impériale, écrits sur plusieurs décennies de sa vie. Pour Goyer et sa compagnie, cela signifie jouer le jeu à long terme. Foundation, si elle est réussie, pourrait prendre plusieurs années d’épisodes décrivant toute la saga de l’Empire et les prédictions d’Hari Seldon, et bien que nous ne sachions pas encore si la série ira jusque-là, les premiers épisodes semblent être un point de départ suffisamment épique.



Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


Foundation : Apple renouvelle la Paix de l’Empereur pour (...)
Foundation : La série qui surmonte l’impossible selon Lee (...)
Foundation : La nouvelle bande annonce
Fondation : Une nouvelle bande annonce de toute beauté
Fondation : Apple dévoile la première bande annonce de la série (...)
Matrix Résurrections : La nouvelle bande annonce
Morbius : Le vampire vivant de Sony, le Kurt Cobain de (...)
Casa de papel : Review de la dernière saison - 2ème partie
The Flash : Le retour de Robbie Amell pour la saison (...)
Extraordinary : The Boys au féminin pour Disney+ ?
Prime Video - Bandes annonces : 6 décembre 2021
Cabinet of Curiosities : Rupert Grint pour l’anthologie (...)
Magic Mike’s Last Dance : Channing Tatum et Steven (...)
Fabled Lands : La gamme de livres dont vous êtes le héros
Cinéma - Bandes Annonces : 6 décembre 2021