The Morning Show : Review 2.01 My Least Favorite Year

Date : 20 / 09 / 2021 à 13h45
Sources :

Unification


Le meilleur moyen de me décourager de regarder la nouvelle saison d’une série, c’est de me suggérer ou de me montrer qu’elle va intégrer la crise du Covid. The Morning Show a hélas fait ce choix regrettable.

Je m’étais déjà forcée à finir la saison 1 car cette ambiance #metoo schizophréno-hystérique ne m’avait pas séduite. Cette façon qu’a l’industrie audiovisuelle américaine de se regarder le nombril sous prétexte de pseudo mea culpa me déplait, d’autant qu’elle tend souvent à faire passer de prétendues égéries du féminisme pour des perturbées du cerveau. Aucun des personnages féminins de cette série ne me donne envie de lui ressembler (je ne parle pas physiquement, parce que je ne dirais pas non si on me proposait de troquer mon corps contre celui d’Aniston...) et si c’est ça, le féminisme, pour les Américains, alors on comprend que les choses aient du mal à évoluer. Parce qu’il ne faut pas se leurrer : si Bradley (Reese Witherspoon) - lèche-bottes en chef - se teint en blonde pour plaire à ses producteurs et si Alex (Jennifer Aniston) - entre deux sanglots - se laisse convaincre par de viles flatteries, on n’est pas dans l’image de la femme forte et indépendante mais bien dans une vision stéréotypée hollywoodienne qui ne contribue pas à redorer le blason de la gent féminine. Et puis aussi, appeler les deux personnages féminins Bradley et Alex qui sont aussi des noms d’hommes, c’est un peu limite : la femme qui se bat pour ses droits est-elle plus crédible avec un nom androgyne ? Euh, non. Bon d’accord, je m’appelle Fred, mais c’est une totale coincidence sans aucun rapport avec mon propos...

Ce premier épisode pêche par son manque d’humour et de sensibilité ; je l’ai trouvé froid et sans aucun sex appeal. Zéro possibilité de ressentir la moindre empathie : je me fiche bien de savoir ce qui va arriver aux personnages, en fait, je me fiche bien de savoir ce qui va se passer (surtout si c’est en rapport avec la crise sanitaire). Bradley préfèrerait présenter les nouvelles du soir et se fait piquer la place par son co-présentateur du matin ? Cela m’indiffère au plus haut point. Alex va accepter de revenir au Morning Show ? Je m’en balance comme de ma première paire de chaussettes. Elle m’aurait plus convaincue si elle avait décidé de continuer à couper du bois dans son chalet du Maine en disant à Cory (Billy Crudup) d’aller se faire tailler un bermuda dans les Bermudes. Il doit bien y avoir une autre façon de placer Aniston sans la faire revenir sur le plateau qu’elle a quitté en direct dans la saison précédente.

Quelles que soient les indéniables qualités de cette série (acteurs, réalisation, photographie), je n’adhère pas. Mais je ferai probablement l’effort de regarder les deux ou trois épisodes suivants pour essayer de cerner les tenants et les aboutissants de l’arche narrative, qui ressemble, pour l’instant, à une accumulation de clichés du genre. Le point le plus positif : le générique, un peu longuet mais très original.


EPISODE

- Episode : 2.01
- Titre : My Least Favorite Year
- Date de première diffusion : 17 septembre 2021 (Apple TV+)
- Réalisateur : Mimi Leder
- Scénaristes : Erica Lipez, Adam Milch, Kerry Ehrin

BANDE ANNONCE - EXTRAITS



Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


Foundation : Review 1.05 Upon Awakening
See : Review 2.08 Rock-a-Bye
Acapulco : Review des deux premiers épisodes
Foundation : Review 1.04 Barbarians At The Gate
See : Review 2.07 The Queen’s Speech
Matrix Resurrections : Un Morpheus différent sur de nouvelles (...)
Spider-Man - No Way Home : La fin d’une franchise selon Tom (...)
Star Trek - Lower Decks : De la fin de la saison 2 à la Frontière (...)
SOS Fantômes - L’héritage : La nouvelle bande annonce
Toxique : La review du film Netflix
The Continental : Mel Gibson pour la série John Wick de (...)
Le Peuple Loup : La critique
Chucky : La poupée psychopathe pour l’égalité des (...)
First Cow : La critique
Merlin : Michael Matthews pour réaliser l’adaptation live (...)