Docteure Doogie : Review des deux premiers épisodes

Date : 06 / 09 / 2021 à 13h00
Sources :

Unification


Parfois, je me demande si les studios réfléchissent avant de se lancer dans le développement d’un reboot... Pour ne pas vous crisper, je ne ferai pas ici la liste des daubes qu’ils nous ont servies sous prétexte d’essayer de conquérir un nouveau public en utilisant une vieille recette mise au goût du jour... En ce qui concerne l’histoire hautement improbable d’un petit génie qui exerce la médecine en pleine puberté, ils auraient pu se rendre compte que la série Docteur Doogie avait surtout fonctionné grâce au gigantesque talent de Neil Patrick Harris. A ce moment de ma prose, je pense que vous avez compris que le reboot hawaiio-féminin de ce classique des années 90 ne m’a pas fait grande impression.

’Lahela, c’est comme Doogie Howser, mais en vrai, et c’est pour ça qu’on la surnomme Doogie’ est, à mon avis, la réplique la plus idiote du premier épisode. Mais par pitié, épargnez-nous la mise en abyme à deux balles et assumez votre manque de créativité ! Elle est bien mignonne, votre Lahela (Peyton Elizabeth Lee) mais elle n’arrive pas à la cheville de NPH. Elle ne le remplacera jamais et si vous aviez eu la subtilité d’éviter de faire la comparaison dès le départ, j’aurais peut-être adhéré au concept. Mais bien sûr, le marketing d’abord, et il était apparemment important de replacer le nom ’Doogie’ dans le titre pour attirer le chaland.

A partir de là, rien ne va plus. Ce n’est pas en adjoignant à la gamine des parents à peu près originaux : Jason Scott Lee en père romantique qui vend des fleurs et du granité (’shave ice’ ) sur le parvis de l’hôpital et Kathleen Rose Perkins qui oscille entre le rôle de mère et de chef de service de Lahela, que la série va trouver la dynamique qui va forcément lui manquer. Sans parler de la BFF tête-à-baffes (Emma Meisel) qui ne pourra pas nous faire oublier l’excellent Max Casella (Vinnie) ; il aurait suffit de lui créer un rôle plus subtil que celui, trop bateau, du ’sidekick/comic relief’ qui n’a, en l’occurrence, rien de comique car elle est plutôt crispante.

Lahela est une fille, alors il faut qu’elle ait des problèmes de fille... Oh, le beau garçon avec qui elle va aller au bal du Lycée (pas du sien, elle a fini le lycée à 7 ans !). Est-il amoureux d’elle ? Va t-il l’embrasser une deuxième fois ? Comment l’ego du jeune homme va t-il prendre ce moment si romantique où elle le piège sur une plage au milieu de coussins, avec un joueur d’ukulele pour la sérénade (au fait, on dit OUkoulélé pas ’youkoulélé’) ? Parce qu’évidemment, ce sont là les principaux problèmes d’une jeune fille du 21ème siècle, surtout dans le monde bourré de clichés de Disney. Franchement, ça me colle la nausée.

Le principal problème de Lahela-Doogie est de se faire accepter en tant que médecin. Dans le premier épisode, un patient menace de porter plainte car elle est trop jeune (il joue tellement mal que c’en est presque drôle) mais Lahela lui cloue le bec avec sa connaissance de la loi (parce qu’elle aurait aussi voulu être avocate). Mais dès le second épisode, quoi de plus normal qu’une gamine de 16 vous diagnostique un mal qui n’a touché de 50 personnes dans le monde ? Dr House aurait fait pareil, et au moins lui, il a de la substance. Et hop, finie la problématique ’je ne suis pas à ma place dans ce monde d’adultes’ et retour sur les poncifs des séries médicales habituelles et les stéréotypes écoeurants des adolescentes en mal d’amour. Beeeeeuurk !

Le point positif de la série : c’est tourné a Hawaii, et j’adore Hawaii. Mais ça s’arrête là. Une fois de plus, je suis très mal placée pour juger une série destinée aux ados, et il est fort possible que ce nouveau produit de Disney trouve rapidement son public. Il est aussi fort possible qu’il se plante, et je penche plutôt pour cette option-là. L’avenir nous le dira...


EPISODE

- Episodes : 1.01 & 1.02
- Titres : Aloha - The Hello One, Love Is a Mystery
- Date de première diffusion : 8 septembre 2021 (Disney+)
- Réalisateur : Jake Kasdan
- Scénariste : Kourtney Kang

BANDE ANNONCE - EXTRAITS



Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


Y, le dernier homme : Review 1.06 Weird Al is Dead
De l’autre coté : Review de la saison 1
What If... ? : Review 1.09 Et si… le Gardien avait rompu (...)
Y, le dernier homme : Review 1.05 Mann Hunt
Lego Star Wars - Histoires Terrifiantes : La review du film (...)
Matrix Resurrections : Un Morpheus différent sur de nouvelles (...)
Spider-Man - No Way Home : La fin d’une franchise selon Tom (...)
Star Trek - Lower Decks : De la fin de la saison 2 à la Frontière (...)
SOS Fantômes - L’héritage : La nouvelle bande annonce
Toxique : La review du film Netflix
The Continental : Mel Gibson pour la série John Wick de (...)
Le Peuple Loup : La critique
Chucky : La poupée psychopathe pour l’égalité des (...)
First Cow : La critique
Merlin : Michael Matthews pour réaliser l’adaptation live (...)