567 connectés

Star Trek - Discovery : La science et la famille au coeur de la série selon Anthony Rapp

Date : 28 / 07 / 2021 à 14h30
Sources :

Trek Movie


En ces temps de sortie aux formats Blu-Ray et DVD de la saison 3 de Star Trek Discovery, la star Anthony Rapp, qui incarne le Dr. Paul Stamets, a rencontré nos amis de Trek Movie et leur a fait le bilan de cette saison passée et a donné des pistes concernant ce qui attend son personnage dans la saison 4...

Stamets a connu beaucoup de changements en trois - et probablement quatre - saisons. Donc, qu’est-ce que vous considérez comme la caractéristique du personnage qui reste ? Et quel est, selon vous, le long arc de son évolution ?

L’une des choses les plus caractéristiques est son éthique de travail sans faille. Et puis il y a la menace permanente de l’équilibre entre le travail et la vie privée qui s’étend sur toutes les saisons, mais qui est parfois un peu plus intense que d’autres. Mais oui, Stamets est prêt à travailler jusqu’au petit matin n’importe quel jour de la semaine pour arriver à ses fins. De plus, il attend de ses collègues qu’ils fassent de même. C’est assez caractéristique.

Et le long arc est - en termes d’équilibre travail / vie privée - de plus en plus une appréciation profonde de ce que signifie la famille. Et de ce que signifie l’amour dans des relations intimes et proches.

La saison 3 a été marquée par cet équilibre entre vie professionnelle et vie familiale, notamment avec l’arrivée d’Adira, mais aussi par la gestion du Brasier. Étant vous-même un peu intello, aimez-vous tous ces trucs scientifiques ? Et qu’est-ce qui demande le plus de temps de préparation, les scènes d’intrigue techno ou les scènes émotionnelles axées sur les personnages ?

La science demande beaucoup plus de temps de préparation, simplement à cause du langage. Il est beaucoup plus facile de mémoriser les choses qui sont plus liées à la vie réelle et émotionnelle, simplement parce que c’est plus familier. Et c’est plus facile de se mettre dans le bain. La mémorisation ne consiste pas seulement à mémoriser les mots exacts. C’est une part importante. Mais il ne s’agit pas seulement de se mettre des mots dans la tête, il s’agit aussi d’entrer dans le groove ou le rythme de la vie émotionnelle des scènes. Donc, quand il s’agit de la technologie, il faut plus de travail technique pour se dire : « Ok, oui, c’est ce que je dis là ».

Mais parce que le jargon technique que l’on nous donne est toujours fondé sur de vraies données scientifiques, et nous avons une incroyable équipe qui conseillent nos auteurs. Ils font donc toujours un réel effort - même si c’est fantastique à certains égards, c’est toujours fondé sur quelque chose de théorique ou de réel. Il y a donc toujours quelque chose à chercher sur Google. Il y a toujours une idée ou un concept qui me permet de m’y plonger et de lui donner une résonance qui dépasse les simples mots sur une page. Mais il faut plus de temps de préparation pour mémoriser ces scènes et essayer de leur donner un rythme qui ait du sens.

Qu’est-ce que vous aimez le plus faire ? L’émotionnel ou la science ?

Eh bien [longue pause]... La partie acteur de moi aime les trucs émotionnels parce qu’ils sont agréables à mâcher. Mais j’aime vraiment le défi de devoir faire un discours sur les subtilités de certaines choses scientifiques. Les deux sont amusants. Mais mes muscles sont un peu plus souples avec les trucs émotionnels. Si cela peut avoir un sens.

À la fin de la saison 3, Stamets est entré en conflit avec Burnham de manière sérieuse. Est-ce un défi, étant donné qu’elle est le personnage principal et qu’elle est censée être l’héroïne ? Comment jouez-vous cette dynamique sans passer pour le méchant ?

Je ne me préoccupe pas de passer pour un méchant ou non. Ce qui m’importe, c’est d’essayer de trouver la vérité du moment. Et si vous êtes une personne dans la vie et que vous avez une confrontation très intense avec quelqu’un - même si vous l’aimez et le respectez - si vous dites vraiment la vérité, je ne pense pas que vous regardiez en vous-même et que vous vous disiez : « Je ne veux pas être un méchant ici. » Vous ne faites que réagir. Lui, il réagit.

J’ai été très reconnaissant que Jonathan Frakes soit le réalisateur de cette séquence, parce que c’est un réalisateur si sensible et si présent, qui s’attache aux personnages et à l’histoire. Lorsque j’ai lu le scénario et que j’ai vu ces scènes, puis que j’ai appris que Jonathan les réalisait, j’ai été très soulagé, car j’avais le sentiment que nous serions entre d’excellentes mains. Alors oui, il s’agissait simplement de plonger et de se lancer, puis de faire confiance à Jonathan pour qu’il nous dise : « D’accord, pourriez-vous recalibrer un peu ce moment ? » Avoir cette confiance et cette sécurité avec lui a fait toute la différence.

J’ai trouvé très logique, sur le plan émotionnel, que même quelqu’un d’aussi rationnel et intelligent que Stamets puisse se laisser emporter comme il l’a fait. Le chagrin n’est pas rationnel. Donc, tout ce qui pouvait déclencher le traumatisme de la perte profonde - même s’il a récupéré Hugh, c’était toujours un événement incroyablement traumatisant. J’ai trouvé tout à fait logique qu’il réagisse comme il l’a fait.

La scène finale de la saison est festive avec Michael comme capitaine et tout le monde dans son nouvel uniforme. Mais vous êtes un peu l’intrus et ne semblez pas heureux. Est-ce que c’était dans le scénario, un choix personnel, ou est-ce que ça vient du réalisateur ?

Oui, c’est un choix personnel. Stamets ne dirait pas : « Michael, tu ne peux pas être capitaine. » Mais quelque chose s’est passé entre nous qui était douloureux. Et c’est difficile d’être comme un super cheerleader, « ah ah » dans une situation où il y a une certaine douleur persistante. Mais ce n’est pas une douleur insurmontable.

Ce n’est pas une douleur éternelle « on ne pourra plus jamais être proches ». Il est donc logique pour moi qu’il ne soit pas question de dire : « Je vais t’encourager maintenant. » Et cela a été soutenu par [Olatunde Osunsanmi], qui était notre réalisatrice du final. Je ne voulais pas que ce soit du genre « Oh, mon Dieu, je vais te tuer », mais c’est une façon subtile de dire que c’est difficile pour moi d’être totalement heureux en ce moment.

C’est quelque chose qui se poursuit dans la saison 4 ?

Il y a un peu de gestion de ça... il y a eu du temps pour que les choses se stabilisent. Et puis la façon dont c’est abordé est intéressante et honnête.

Vous avez eu le temps de changer à nouveau vos uniformes pour des uniformes plus colorés. Une question très importante : sont-ils plus ou moins confortables ? Les uniformes originaux (saisons 1 à 3) n’étaient-ils pas les plus confortables ?

Ceux-ci sont super confortables ! Ils ressemblent presque à des pyjamas. Le matériau est très bien adapté et il est doux et chaud. Et j’ai vraiment aimé le bleu, surtout pour moi. Si je portais de la couleur moutarde, je serais un peu triste. Avec mon teint, si je portais de la moutarde, j’aurais l’air d’une personne morte. Donc je suis reconnaissante de pouvoir porter du bleu, tout en restant un scientifique. Oui, elles sont très, très, très confortables. Je n’ai pas trouvé que les uniformes originaux étaient inconfortables, mais il y a une belle différence : ceux-ci sont encore plus confortables. Et je pense que les gens seront d’accord pour dire qu’ils sont très beaux devant la caméra.

Comme vous le dites, Stamets est dans la science. Vous avez mentionné dans un récent panel qu’il a eu une promotion. Cela fait-il de lui officiellement le chef des sciences, maintenant que Michael est capitaine ?

Je le pense, oui. La science principale de Stamets est l’astromycologie et la biologie, mais il est si intelligent qu’il est capable de se plonger dans n’importe quel aspect de cette science. Il a un large éventail d’intérêts et est capable, lorsqu’on lui demande, de mener un projet qui est basé sur la science et il va aller jusqu’au bout.

Et maintenant, Adira est non seulement un membre de la famille, mais aussi une protégée et une partenaire. Et Adira est aussi une brillante scientifique. Ils sont plus jeunes que Stamets mais vraiment, super intelligents. Ils sont probablement même un meilleur mathématicien que Stamets. Mais oui, il n’y a pas de désignation officielle de Stamets comme scientifique en chef, mais il se verrait probablement comme tel.

Bien, parce que nous avons parlé de cela avant, comment les gens confondent la science et l’ingénierie et voient Stamets comme un ingénieur ou même un ingénieur en chef, et je sais que c’est important pour vous qu’il soit vu comme un scientifique.

C’est compréhensible parce que le moteur sporique fait partie de l’ingénierie, parce qu’il doit l’être, il fait partie de ce qui fait bouger le vaisseau. Et il est situé en ingénierie. Il a en quelque sorte co-opté cet espace et il sait des choses sur le cœur de distorsion et les systèmes du vaisseau, mais ce n’est pas lui qui tire toutes ces ficelles et prend toutes ces décisions.

Le grand méchant de la quatrième saison - comme l’ont dit les showrunners - est essentiellement un méchant scientifique. C’est une anomalie, pas une personne. Nous voyons Stamets en parler dans la bande-annonce. Est-ce que cela met Stamets plus au premier plan ?

Oui, Stamets est chargé d’essayer de comprendre ce qu’est cette chose et ce qu’elle fait, et pourquoi elle fait ce qu’elle fait. C’est une façon de créer une histoire qui, d’une certaine manière, répond à ce que nous avons vécu sur notre planète depuis un an et demi environ. Il y a cette chose qui se produit et qui jette tout en désordre, et c’est intrinsèquement mystérieux de savoir pourquoi elle fait ce qu’elle fait. Mais nous devons y répondre, nous devons essayer de trouver un moyen de le résoudre et de rassembler toutes nos idées pour le faire cesser si nous le pouvons. Mais comme il n’y a pas de motivation facilement identifiable, cela rend les choses beaucoup plus difficiles.

Vous et Sonequa [Martin-Green] êtes toujours confirmés pour la grande convention Star Trek de Las Vegas début août. Pensez-vous que c’est toujours d’actualité et qu’il n’y a pas d’inquiétude à avoir sur le fait que la production vous empêche d’aller à Vegas ?

Oui, j’ai terminé ma partie de la production. Donc j’ai fini. Je suis définitivement libre. Je ne peux pas parler pour tous les autres, parce qu’il y a encore du tournage dans un endroit et Stamets ne faisait pas partie de cet endroit. Donc je ne fais pas partie de ce tournage. Je ne sais pas honnêtement si tout le monde sera effectivement à Vegas.

Pour en revenir à la réalisation de Frakes, il m’a dit que vous le suiviez sur le plateau. Avez-vous eu l’occasion de réaliser un épisode ?

Je n’ai pas eu l’occasion de réaliser un épisode de la saison 4. Avec les protocoles COVID, cela aurait été vraiment, vraiment difficile. En plus de tout ce qui se passe, me donner mon premier épisode au milieu de tout ça, c’était un peu un risque compréhensible pour la production et pour CBS et Paramount Plus. Mais je croise toujours les doigts pour que l’occasion se présente. Tunde continue également d’être un formidable mentor pour moi. Frakes a continué à être un grand mentor pour moi. J’ai saisi autant que possible l’occasion de continuer à apprendre et à absorber tout ce que je pouvais et je suis toujours prêt à me lancer, surtout avec Tunde. Il sera là à chaque étape du processus pour m’aider à réussir. Mais l’idée que mon premier emploi professionnel de réalisateur de film ou de télévision soit avec cette série - je connais cette équipe depuis quatre ans maintenant - serait le meilleur environnement dans lequel je pourrais le faire. J’aurais tellement de soutien. Ce serait un sentiment incroyable.

Enfin, Alex Kurtzman parle sans cesse de faire un épisode musical. Lui en avez-vous parlé ?

Je ne lui en ai pas parlé. Mais j’ai participé à des panels récemment avec Michelle Paradise (co-showrunner) et le sujet revient sans cesse. Wilson [Cruz] et moi n’arrêtons pas de la taquiner à ce sujet. Donc, nous verrons. Je ne veux pas pousser qui que ce soit dans quoi que ce soit, mais ce serait amusant.

La planète des chanteurs, c’est facile...

Bien sûr. Bien sûr !


Star Trek Discovery est Copyright © CBS Television Studios, Secret Hideout et Roddenberry Entertainment Tous droits réservés. Star Trek Discovery et toutes ses déclinaisons, ses personnages et photos de production sont la propriété de CBS Television Studios, Secret Hideout et Roddenberry Entertainment



 Charte des commentaires 


Star Trek Discovery : On connait enfin la date de diffusion de la (...)
Star Trek - Discovery : Le retour annoncé de Kenneth Mitchell (...)
Star Trek - Discovery : David Cronenberg parle du retour de (...)
Star Trek - Discovery : La science et la famille au coeur de la (...)
Star Trek Discovery : Michael Burnham est un Capitaine comme les (...)
Star Trek Picard : Akiva Goldsman parle de Q, de la reine Borg et (...)
The Morning Show : Review 2.01 My Least Favorite Year
The Boys/Carnival Row : 2 séries Amazon bientôt de retour
The Batman : Un spin-off / préquel The Pinguin en développement (...)
AZF au cœur du chaos : La review
Star Wars Visions : Présentation des nouveaux héros de la série (...)
Mortal Kombat : Des suites et des spinoffs en préparation
The Outpost : Fin de parcours pour Talon
Grendel : Nouvelle série Dark Horse Comics pour Netflix
Luther : Cynthia Erivo & Andy Serkis pour le film (...)