494 connectés

The Nevers : Une amitié indéfectible au centre de la série Joss Whedon de HBO

Date : 13 / 04 / 2021 à 13h30
Sources :

Collider


Dans un entretient accordé à nos amis de Collider, Laura Donnelly et Ann Skelly, les Amelia True et Penance Adair de la série de super-héros créée par Joss Whedon, The Nevers, évoquent leur rencontre avec celui qui a quitté le projet en pleine tempête du Justice-League-gate. Les 2 actrices parlent également de ce dont on doit s’attendre dans la série et il semble que l’amitié en sera le centre.

Dans la série de science-fiction et d’aventure de HBO, The Nevers, un événement surnaturel a mystérieusement donné à certaines personnes, pour la plupart des femmes, des capacités inhabituelles dans le Londres victorien des années 1890. Au cœur de la série se trouve l’amitié entre Amalia True, une veuve pleine de ressources qui ne recule jamais devant un combat, et Penance Adair, une brillante inventrice dont les créations sont souvent très en avance sur leur temps. Les deux femmes tentent de trouver et de protéger les surdoués de ceux qui veulent les anéantir.

Il est facile de voir à quel point ces personnages sont attrayants. Quand vous regardez un projet qui a tous ces fils conducteurs et ces personnages, et toutes ces choses à explorer dans différents genres, qu’est-ce qui vous a enthousiasmé ? Qu’est-ce qu’on vous a dit sur ce que ce serait ?

DONNELLY : Lorsque j’ai rencontré Joss [Whedon] pour la première fois, j’ai eu droit à tous les secrets. On m’a raconté toute l’histoire d’Amalia et beaucoup de choses sur ce qui allait se passer dans les premiers épisodes. Et c’était essentiel pour la connaître. Son histoire est vraiment essentielle pour la jouer dès le premier épisode. Bien sûr, c’est ça qui m’a attiré. C’était la complexité de ce personnage et la complexité de la série, dans son ensemble. Au début, lors de cette réunion, j’ai eu une idée de l’ampleur de la série, du nombre de personnages différents qu’elle allait suivre, des thèmes de l’histoire et de leur pertinence pour aujourd’hui. Il y avait tellement d’éléments différents. Il y avait tout ce que je pouvais désirer dans un seul rôle, mais pas un rôle que j’aurais pu imaginer, car je ne pensais pas que je pourrais jouer une femme à l’époque victorienne, mais aussi que [la] femme pourrait être indépendante et combattante, au sens propre comme au figuré, et faire les choses à sa façon. Tout était réuni dans un seul personnage, tout ce que je pouvais vouloir faire.

SKELLY : Pour moi, même si je ne savais pas absolument tout, on m’a clairement expliqué qu’il y aurait cette amitié au cœur de la série. J’ai été très impressionnée par la façon dont ces deux personnages très différents affrontent le monde ensemble et peuvent faire ressortir ce qu’il y a de meilleur chez l’autre, s’encourager quand l’autre en a le plus besoin, et que l’autre se montre à la hauteur. C’est agréable à voir au fur et à mesure que la série avance. Lorsque je recevais les scénarios et que je les lisais, plus j’obtenais d’informations, plus leur amitié s’approfondissait, devenait de plus en plus réelle, et reflétait probablement l’amitié la plus proche que j’ai dans ma vie. L’une des choses qui m’a le plus impressionnée est la précision avec laquelle la série est écrite. J’ai trouvé cela très excitant aussi. Cela ajoute cet élément vraiment percutant ou vivant à quelque chose que nous pouvons identifier dans nos propres vies, je l’espère.

Laura, lorsqu’il s’agit d’Amalia, a-t-elle l’impression d’avoir une seconde chance ou lui en veut-elle d’avoir cette seconde chance ?

DONNELLY : C’est un peu des deux. On sent qu’elle sait qu’elle a une mission, mais qu’elle n’en veut pas nécessairement et qu’elle a l’impression qu’on la lui a imposée. Le problème avec Amalia, c’est qu’il ne semble jamais y avoir d’autre issue que d’aller de l’avant. Elle doit juste continuer à avancer de la seule façon qu’elle connaît. Elle le fait en grande partie à contrecœur.

Ann, Penance est celle qui a constamment des intentions et des gadgets différents. Qu’est-ce que ça fait d’avoir ces choses sur le plateau et d’avoir son petit laboratoire pour travailler ?

SKELLY : Oh, mon Dieu, j’adore son atelier. Laura était avec moi la première fois que nous avons vu l’atelier de Penance, qui est en fait l’un des plus grands décors construits dans notre studio. C’est tellement interactif. Il y a des choses qui bourdonnent et que vous pouvez allumer et éteindre. Parfois, je me promène dedans et j’ai l’impression d’être à l’intérieur de sa tête. Cela influence vraiment ma façon d’agir en tant que Penance. C’est tellement amusant de travailler avec les accessoires, mais ils sont tellement irritants parce qu’ils se cassent constamment dans mes mains. Tout ce que je touche, ça se casse et je ne sais pas quoi faire. Je suis si heureuse de ne pas avoir de cascades parce que je ne veux pas casser une personne réelle. Je suis tellement contente d’avoir affaire à des objets inanimés. C’est l’endroit le plus sûr pour moi. C’est vraiment, vraiment cool de jouer une femme victorienne. Il fallait qu’elles soient très débrouillardes, surtout les immigrantes, comme Penance à Londres. Cela reflète bien les femmes de cette période, ce sont des femmes hyper-intelligentes et elles sont très débrouillardes. J’aime que le pouvoir de Penance puisse refléter cela.

Laura, à quel point est-ce amusant et rafraîchissant de jouer un personnage qui peut choisir de se battre avec un groupe d’hommes, en sachant qu’elle peut vraiment gagner ?

DONNELLY : C’était l’un de mes jours préférés sur le plateau. Ils n’ont pas pu m’empêcher de sourire, du début à la fin, ce jour-là. Des journées comme celle-là, en particulier les scènes de combat, et celle-là parce qu’elle était particulièrement amusante, sont des journées où je peux venir et où je n’ai pas besoin de penser aux répliques ou au jeu. C’est juste un jour où je peux me laisser aller et m’amuser. C’est tout à fait rafraîchissant. Évidemment, on n’a pas souvent des personnages féminins comme ça, et encore moins en tenue victorienne. C’est extrêmement rafraîchissant.

Vous avez toutes deux des scènes dans une voiture très cool. Qu’est-ce que ça fait d’être dans cette voiture et de travailler avec un accessoire comme celui-là ?

SKELLY : Ce qui est amusant, c’est que lorsqu’il y a ces scènes vraiment intenses où il y a des tonnes de gens et qu’ils font du 90 dans une foule, je ne peux pas être dans la voiture à cause du danger de mort, surtout avec moi au volant. Mais j’ai l’impression d’être James Bond parce qu’elle a été créée de toutes pièces pour la série et pour mon personnage. Penance est tellement cool d’avoir rendu cela possible. C’est tellement amusant de pouvoir conduire ce petit gars.

The Nevers est sur HBO depuis 11 avril, et sur OCS dans la foulée.


Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


The Nevers : Une amitié indéfectible au centre de la série Joss (...)
The Nevers : Nouvelle bande annonce puissante pour la série (...)
The Nevers : Enfin une première bande annonce de la série HBO de (...)
The Nevers : Philippa Goslett remplace Joss Whedon
The Nevers : Départ de Joss Whedon de la série HBO
Cinéma - Bandes Annonces : 12 mai 2021
Star Trek - Strange New Worlds : L’Enterprise sur un rythme (...)
Black Widow : Les affiches personnages
The Nevers : Review 1.05 Hanged
Secret Headquarters : Owen Wilson confirme son intérêt pour (...)
Love and Death : Elizabeth Olsen à la découpe
Infinite : Verra-t-on le prochain Antoine Fuqua avec Mark (...)
Canal + - Bandes Annonces : 11 mai 2021
True Love : Le prochain film de Gareth Edwards avec John David (...)
Five Days At Memorial : Julie Ann Emery pour la mini-série Apple (...)