370 connectés

Superman & Lois : Elizabeth Tulloch promet une Lois Lane Badass

Date : 02 / 03 / 2021 à 14h30
Sources :

SyFyWire


Deuxième article dédié à Superman & Lois, la toute nouvelle série de super-héros de The CW inscrite dans l’Arrowverse. Après Tyler Hoechlin à propos de son Homme d’acier, voici les propos d’Elizabeth Tulloch, qui nous parle de sa version de Lois Lane, la plus grande reporter de l’univers DC.

C’est au micro des gens de SyFyWire que l’actrice, qui incarne le personnage depuis son passage dans The Flash lors de la saison 5, a donné tous ces détails sur son rôle.

D’abord, quand il s’agissait pour elle d’incarner le rôle, un de ses professeurs lui a conseillé de jeter un œil sur les séances tests qui ont permis à Richard Donner de recruter Margot Kidder pour être sa Lois Lane dans son Superman de 1978...

"Elle s’amusait avec ça", se rappelle alors la comédienne, rappelant également que même lorsque les enjeux étaient élevés, Kidder avait cette légèreté qui lui était unique.

Et même si Tulloch s’assure toujours de prendre du plaisir à incarner Lois à l’écran, pour Superman & Lois, les choses sont très différentes. Son super-héros de mari et elle sont maintenant propriétaires de leur ferme à Smallville, et ils les (heureux ?) parents de 2 adolescents jumeaux.

C’est "une complexité et une profondeur accrues", explique-t-elle.

En quoi votre Lois est-elle différente de celle que nous avons vue lors des précédentes apparitions dans l’Arrowverse ? Il est évident qu’elle a des enfants maintenant et qu’elle a déménagé ?

Je ne dirais pas que je change la façon dont je joue le personnage. C’est probablement un peu plus sérieux dans certaines scènes parce qu’elle a affaire à des adolescents en pleine crise hormonale, qui se comportent mal et qui sont mignons, donc il y a... Tyler et moi avons beaucoup plus à faire. Nous avons cette histoire, nous travaillons beaucoup plus. La série est vraiment ancrée dans ce drame familial, mais vous voyez certainement une Lois Lane un peu plus sévère, oserais-je dire punie, parce qu’elle doit faire face à des choses difficiles.

Lois Lane est un personnage intéressant parce que de nombreux grands créateurs ont travaillé dur pour établir qu’elle est bien plus que "la petite amie de Superman" ou "la femme de Superman". S’assurer que Lois était un personnage à part entière, sans l’homme d’acier, était-il important pour vous et les showrunners ?

J’ai l’impression que si Tyler et moi avons apprécié ces personnages, c’est en partie parce qu’il y a beaucoup de respect mutuel entre eux. Vous ne voyez pas cette Lois comme une demoiselle en détresse. Elle sait qu’il est là pour elle si elle a besoin de lui, mais Lois, dans notre série, a son propre ennemi. [Clark] lui offre son soutien et elle n’en a pas besoin. Vous voyez une Lois plus forte.

Là où vous la voyez être maladroite et voyez Clark être maladroit, c’est quand ils essaient d’éduquer des adolescents. Cette version de Lois a beaucoup à voir avec cette volonté intense de réussir en tant que journaliste mais aussi d’être un bon parent pour ses enfants. Maintenant, elle doit être journaliste et écrire ces histoires sans la plate-forme ou les ressources du Daily Planet, ce qui est une difficulté supplémentaire pour elle.

C’est Lois qui se retrouve comme un poisson hors de l’eau à Smallville. C’est une citadine qui ne comprend pas nécessairement ou ne se sent pas très confiante dans une vie plus lente. Cela fait partie de son parcours, apprendre à connaître les habitants de Smallville et à les comprendre. Comment peut-on vraiment se battre pour quelqu’un si on ne comprend pas vraiment ses luttes et ce qu’il a vécu ?

Ma question suivante était de savoir ce qui change pour Lois lorsqu’elle quitte l’agitation de Metropolis et du Daily Planet pour la vie dans une petite ville, Smallville, alors vous m’avez devancé ! [Rires]

Ouais, il y a une grande courbe d’apprentissage pour elle. Elle suppose que tout le monde va automatiquement voir son côté des choses et comprendre pourquoi elle est anti-[méchante de la série] Morgan Edge, mais ils la voient comme une étrangère, comme ils devraient, parce qu’elle l’est.

Sa relation avec Clark Kent a-t-elle changé dans la série ? Soit à cause du déménagement, soit parce qu’elle a eu des enfants ? Et, c’est peut-être une réponse différente, mais y a-t-il un changement dans sa relation avec Superman ?

La principale différence est que nous voyons une version de Lois Lane qui est dans le coup. À ce stade de l’histoire, elle a suffisamment côtoyé Superman pour qu’il ne lui cache rien. Ils cachent des choses à leurs enfants, puis les enfants doivent cacher des choses à leurs amis. Ce n’est pas comme s’il n’y avait pas de secrets - il y en a encore beaucoup - mais au moins, avec Lois et Clark, vous en voyez une version, ce couple emblématique qui se soutient mutuellement, ils ne sont pas particulièrement codépendants, ils sont très communicatifs sur ce qui se passe.

Comme si elle le comprenait. C’est un peu comme ça que j’ai choisi de le jouer. Nous essayons de ne pas en faire une "histoire d’origine" - nous voyons des flashs [des premiers jours de la relation de Lois et Clark], mais pas une tonne. J’ai l’impression que même lorsque Lois ne savait pas que Clark était Superman, et qu’elle ne comprenait pas ce genre de bizarrerie, il avait un certain sens pour elle. Elle le comprend, elle l’admire, elle comprend pourquoi Superman est si important pour les gens. C’est quelqu’un en qui ils peuvent croire et qui cherche toujours le meilleur chez les gens. Il y a beaucoup de respect que les deux ont l’un pour l’autre.

Y a-t-il une partie de la série pour laquelle vous êtes le plus enthousiaste à voir pour les téléspectateurs ?

Je dirais l’aspect familial de la série. Vous voyez Superman et Lois Lane - ces personnages très emblématiques, ces personnages très forts, souvent dépeints comme quelque peu parfaits - vous les voyez être maladroits. Vous les voyez être faillibles et vulnérables et vous les voyez commettre des erreurs en matière de parentalité. Ils sont en quelque sorte en train de revigorer leur vie. « Hé, on a donné la priorité à nos carrières et ça a fait du mal à nos enfants. Peut-être que déménager de Metropolis à Smallville est exactement ce dont cette famille a besoin, aussi fou que cela va être pour nous tous ».

Il y a une sorte de prise de conscience qu’ils doivent vraiment faire passer leurs fils en premier, surtout à ce moment très délicat et important de leur vie.

Ma dernière question : Lois a-t-elle la possibilité de botter des culs dans la série ?

Absolument. Oui. Lois Lane est géniale même sans combat physique ou quoi que ce soit. C’est une dure à cuire. Elle est super intelligente et motivée et elle incarne vraiment, pour moi, l’aphorisme « être le changement que vous souhaitez voir dans le monde ». Elle veut aussi sauver le monde, avec son intellect et ses mots. Elle ne se soucie pas de ce que les gens pensent d’elle, elle ne fait pas ce travail pour la gloire ou les prix, elle le fait parce qu’elle croit aussi en la justice et la vérité. La verrons-nous aussi botter des culs et devenir une dure à cuire ? Oui.


Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


Superman & Lois : Production mise en pause et stock (...)
Superman & Lois : La série renouvelée pour une saison (...)
Superman & Lois : Elizabeth Tulloch promet une Lois Lane (...)
Superman & Lois : Quel Homme d’acier êtes-vous, Mr. (...)
Superman & Lois : Les choix de Clark Kent
Canal + - Bandes Annonces : 14 avril 2021
Star Trek Picard : La pression et le plaisir de reprendre le rôle (...)
DCEU : Chris Terrio dénonce un manque flagrant de planification
The Nevers : Une amitié indéfectible au centre de la série Joss (...)
Jupiter’s Legacy : Les affiches personnages
The Walking Dead - World Beyond : Max Osinski pour l’ultime (...)
The Crowded Room : Tom Holland pour l’anthologie (...)
La Voie du Tablier : Review de la saison 1
Nash Bridges : Le retour de la série confirmé par Don (...)
Rocks : La review du film