543 connectés

Zone hostile : La review du film Netflix

Date : 15 / 01 / 2021 à 13h45
Sources :

Unification


Zone hostile est un film de science-fiction, malheureusement beaucoup desservi par son scénario.

L’histoire de Rob Yescombe et de Rowan Athale présente un jeune pilote de drones qui, suite à un problème d’obéissance, se retrouve à faire équipe avec un androïde de la dernière génération pour éviter, en plein zone de combat ukrainienne, que des anciens missiles nucléaires russes soient utilisés contre les États-Unis.

Le récit pourrait tenir debout s’il n’y avait pas tant de failles, d’ellipses, d’imprécisions, et d’erreurs qui très rapidement font décrocher l’attention lorsque l’on porte un minimum d’intérêt à la plausibilité intrinsèque une histoire.

De plus, Si les robots sont bien faits, grâce à de bons effets spéciaux, et ont des apparences sympathiques, malgré leur orientation purement militaire, la différence technologique entre leur IA et celle de l’un des deux personnages principaux, qui est aussi une machine, est tellement immense, que l’on n’arrive pas à croire du tout à ce qu’il se passe. En effet, on a d’un côté des robots particulièrement malhabiles et réellement pas convaincants dans leurs tâches opposés à une machine qui fait passer le premier Terminator pour une simple calculatrice un peu évoluée.

Du coup, visuellement, on a de très belles séquences. Néanmoins, entre des éléments technologiques du passé que la technologie récente ne peut curieusement pas hacker, des robots modernes que l’on déploie en zone de combat et qui ne sont pas fiables et une machine ultra puissante qui n’exploite pas toutes ses fonctionnalités, même la suspension d’incrédulité devient difficile à maintenir devant tant d’incohérences à de tels niveaux. Par exemple, l’androïde devrait savoir parler tous les langages locaux et tente à un moment d’extorquer des informations d’un l’extrémiste russe, en anglais... Langue heureusement comprise par tous sauf quelques minions très méchants pour des raisons scénaristiques tombant à l’eau.

On a donc l’impression que le scénario est régulièrement écrit à la truelle, ne possède aucune nuance, ne tient pas compte de la géopolitique existante pour s’en inspirer un minimum, et tombe sur la fin dans une réflexion sur l’humanité et les intelligences artificielles qui ne vole vraiment pas très haut. Il semblerait que cette œuvre a pour vocation de lancer une licence futuriste qui n’est pas sans rappeler celle de Terminator, mais dans ce cas, il faudrait travailler un peu plus sur le récit pour éviter de donner à voir quelque chose de très beau visuellement, mais de bien creux, voir même de complètement bancal.

D’autant que le personnage principal, interprété par Damson Idris, n’a pas beaucoup de personnalité, ni de charisme et se fait voler la vedette à chacune des apparitions d’Anthony Mackie qui est remarquable dans le rôle de cette machine hyper évoluée. Il réussit même à être éclipsé par les deux apparitions d’Emily Beecham, formidable en responsable d’un orphelinat. Les autres acteurs sont aussi souvent caricaturaux et très monolithiques, à l’image de leur rôle.

La mise en scène de Mikael Hafstrom laisse la part à de très belles séquences action. On en prend vraiment plein les yeux à certains moments. Les cascades, principalement celles faites par le personnage joué par Anthony Mackie, sont vraiment impressionnantes et parfaitement millimétrées. Ce qui rend la fin franchement difficile de croire.

Zone hostile est un film d’action qui propose des passages efficaces et dantesques, mais souffre d’un scénario qui aurait été acceptable dans les années 90 et ne l’est plus vraiment aujourd’hui, surtout à mes yeux en tant qu’amatrice de science-fiction littéraire. Les amateurs de ce genre de long métrage se feront sans doute plaisir, mais j’ai trop souffert des situations abracadabrantes et du manque de charisme du personnage principal pour en avoir été enchantée. Il reste des effets spéciaux intéressants, des robots qui ne sont pas sans rappeler ceux de certains animes japonais, une mise en scène qui fait l’affaire et un deuxième rôle principal, interprété Anthony Mackie, qui est vraiment très bon.

Spectaculaire et peu crédible.

SYNOPSIS

Dans le futur, un pilote de drone est déployé dans une zone militarisée meurtrière où il va travailler pour un officier androïde chargé d’empêcher une attaque nucléaire.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 54
- Titre original : Outside The Wire
- Réalisateur : Mikael Hafstrom
- Scénariste : Rob Yescombe, Rowan Athale
- Interprètes : Anthony Mackie, Damson Idris, Emily Beecham, Pilou Asbæk, Enzo Cilenti, Michael Kelly, Velibor Topic, Henry Garrett
- Photographie : Michael Bonvillain
- Montage : Rickard Krantz
- Musique : Steve Davis
- Costumes : Caroline Harris
- Décors : Kevin Phipps
- Producteur : Rory Aitken, Brian Kavanaugh-Jones, Anthony Mackie, Ben Pugh, Erica Steinberg pour Automatik Entertainment, 42, Inspire Entertainment, Leeding Media, Pioneer Stilking Films
- Distributeur : Netflix France

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Zone hostile



Les films et séries TV sont Copyright © Netflix et les ayants droits Tous droits réservés. Les films et séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de Netflix et les ayants droits.



 Charte des commentaires 


Sword Art Online Alternative - Gun Gale Online : Review de la (...)
Ma douce et odieuse amie : La review du film Netflix
Snowpiercer : Review 2.06 Loin du Transperceneige
Moxie : La review du film Netflix
Sky-High Survival : Review de la saison 1
Star Trek : Paramount engage une scénariste de Star Trek (...)
The Walking Dead : Michael James Shaw sera Mercer dans la saison (...)
Donjons & Dragons : Hugh Grant et Sophia Lillis pour le (...)
Resident Alien : Review 106 Sexy Beast
Asterix : Alain Chabat en charge d’une série animée sur (...)
Les Simpson : Pas question de vieillir encore
Sandkings : Gore Verbinski et Dennis Kelly pour adapter George (...)
Fistful of Vengeance : L’équipe de Wu Assassins se venge le (...)
Le Capitol de Singapour : La review du film Ciné+ Classic
The Terminal List : Constance Wu rejoint Chris Pratt