501 connectés

Brothers in Arms : Review du Film

Date : 12 / 01 / 2021 à 11h30
Sources :

Unification


Même s’ils sont moins sophistiqués que leurs grands frères hollywoodiens (surtout par manque de budget), les films indépendants sortent souvent leur épingle du jeu grâce à des scénarios qui cassent volontiers les codes de l’industrie. En voici un exemple typique.

Démonstration : prenons Ocean’s 11 (au hasard). Le 1er quart du film nous permet de découvrir les personnages, les 2ème et 3ème quarts nous montrent comment s’organise le casse, le 4ème quart nous montre le casse et la résolution de l’histoire. Vous retrouverez ce découpage en 4 actes dans tous les films d’Hollywood, comédies, drames, films d’horreur, de guerre, bref, tous les genres sont ainsi formatés, et articulés autour de moments-clés (’plot points’) qui pimentent la narration.

Dans Brothers in Arms, le premier acte nous présente bien les protagonistes et le 4ème acte l’événement majeur de l’histoire, une évasion, mais les 2 actes du milieu n’ont rien à voir avec la préparation de l’évasion. Et c’est plutôt déconcertant, car pendant une bonne partie du film on se demande : ’Mais à quoi ça sert, tout ça ? Où on va ?’. Et puis arrive la dernière partie et on réalise que tout ce que l’on vient de voir a servi à expliquer pourquoi cette évasion est nécessaire et pourquoi ces hommes foncièrement intègres (ce sont des Marines) sont prêts à se compromettre pour sortir l’un d’entre eux de prison. Et il n’y a que le cinéma indépendant qui peut nous offrir ce genre de structure. On n’a pas l’habitude, alors ça peut gêner un peu aux entournures...

Le titre original de ce film, Semper Fi, fait référence à la devise des Marines : ’Semper fidelis’ (’Toujours fidèle/loyal’, en latin), et c’est ce que va mettre en avant la narration en décrivant la relation quasi sacrée entre ces hommes. Au centre de l’histoire, Cal (Jai Courtney), à la fois policier et sergent-chef réserviste dans les Marines. Cal a un demi-frère, Oyster (Nat Wolff), une tête brûlée qui a souvent eu des démêlés avec la justice. Pour tenter de le recadrer, Cal l’a fait entrer dans la réserve des Marines, où Oyster brille par son absence de jugeote. Une grande partie du film consiste à nous expliquer tout ce que Cal a fait pour Oyster et surtout à exposer le ’buddy love’ entre Cal et ses trois amis d’enfance, Jaeger (Finn Wittrock), Snowball (Arturo Castro) et Milk (Beau Knapp) - tous trois aussi réservistes dans le peloton de Marines de Cal.

Puis arrive la ’crise’ : Oyster tue un homme par accident. Cal, policier intègre, arrête son demi-frère en espérant que la lumière sera faite sur l’incident et que le jeune homme s’en sortira sans trop de dommages. Manque de bol, Oyster en prend pour 25 ans. Une autre partie du film nous montre alors la vie pourrie d’Oyster en prison, tabassé par les matons.

Et après, on fait l’addition : Cal se sent coupable du malheur de son frère, décide de le faire évader, et ses trois amis de coeur qui lui sont tellement loyaux acceptent de l’aider malgré l’incroyable stupidité de l’acte. Quatrième partie : préparation de l’évasion, évasion et The end. C’est quand même un peu short niveau action, et ce n’est pas la courte séquence de guerre en Irak qui rend le film plus excitant...

Le public masculin se trouvera certainement des affinités avec les personnages et leur relation, et il appréciera probablement plus que moi les démonstrations d’amour fraternel qui sont la trame principale de l’histoire. Un point appréciable qui rend ce film, à mon goût, assez crédible et au final plutôt touchant : l’absence du tsunami de testostérone que l’on aurait pu attendre d’un film du même genre produit par un gros studio. Les acteurs ne cherchent jamais à trop en faire, bien dirigés par un réalisateur inconnu qui maîtrise son art. Celui-ci n’a peut-être pas assez d’entregent pour percer à Hollywood, mais il nous propose un film qui, bien que passablement remarquable, a très bien utilisé ses petits 6,6 millions de dollars de budget.


SYNOPSIS

Cal est officier de police ; il arrondit ses fins de mois comme réserviste dans les Marines en compagnie de son demi-frère rebelle, Oyster, et de ses meilleurs amis d’enfance, Jaeger, Snowball, et Milk. Oyster, toujours prêt à se battre, tue accidentellement un homme au cours d’une bagarre et se retrouve injustement condamné à 25 ans de prison. Les quatre autres sont déployés en Irak pendant quelques mois et, à leur retour, Cal découvre qu’Oyster est brutalisé par les matons. Il décide alors de le faire évader avec l’aide de ses potes, quel que soit le prix à payer.

BANDE ANNONCE - EXTRAITS


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 39
- Titre original : Semper Fi
- Date de sortie : 04/10/2019
- Réalisateur : Henry Alex Rubin
- Scénaristes : Sean Mullin, Henry Alex Rubin
- Interprètes : Jai Courtney, Nat Wolff, Finn Wittrock, Arturo Castro, Beau Knapp, Leighton Meester, Lance E. Nichols
- Photographie : David Devlin
- Montage : Kevin Tent, Kyle Valenta
- Musique : Hanan Townshend
- Costumes : Christina Flannery
- Décors : Claire Sanchez
- Producteurs : David Lancaster, Karina Miller
- Distributeur : Lionsgate


Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


Le Capitol de Singapour : La review du film Ciné+ Classic
Le Rythme de la vengeance : La review du film Canal+
Nomis : La review du film Canal+
Près d’une étoile : La review du film Canal+
Meurtre en Italie : La review du film Planète+ CI
Star Trek : Paramount engage une scénariste de Star Trek (...)
The Walking Dead : Michael James Shaw sera Mercer dans la saison (...)
Donjons & Dragons : Hugh Grant et Sophia Lillis pour le (...)
Resident Alien : Review 106 Sexy Beast
Asterix : Alain Chabat en charge d’une série animée sur (...)
Les Simpson : Pas question de vieillir encore
Sandkings : Gore Verbinski et Dennis Kelly pour adapter George (...)
Fistful of Vengeance : L’équipe de Wu Assassins se venge le (...)
Le Capitol de Singapour : La review du film Ciné+ Classic
The Terminal List : Constance Wu rejoint Chris Pratt