530 connectés

Le feu sacré : La critique

Date : 17 / 10 / 2020 à 10h00
Sources :

Unification


Le feu sacré c’est celui qui alimente la forge et anime les travailleurs dans leur lutte pour préserver leur outil de travail, dans cet extraordinaire documentaire d’Éric Guéret.

Qui vient ici poser la brûlante question du sacrifice humain et matériel, par la haute finance, plus prompte à privilégier ses actionnaires et leurs dividendes que les ouvriers qui font "tourner la boutique".

À la fois touchant et admirablement informatif, le documentaire d’Eric Guéret dépasse en qualité tous les reportages.
Qui ont pu être, trop rapidement, réalisés pour la télévision et ses chaînes d’info, toujours elles prêtes à diffuser des images choc de pneus qui brûlent et d’hommes hurlants, excédés de ne pas être entendus.

C’est ici dans un calme relatif, que la situation est clairement exposée et en partie analysée, tant par les protagonistes du conflit que par les spectateurs, habilement immergés dans la lutte et dans la recherche des solutions.

Le film est d’une qualité technique irréprochable.
Maîtrisé de bout en bout, autant sur le fond que sur la forme.

C’est ainsi que devrait toujours être expliqués les conflits. De l’intérieur.
Entendre la voix de ceux qui sont impliqués dans les changements insupportables qu’on leur impose, pour des raisons financières et la plupart du temps pas terriblement éthiques.
Le problème est posé, les solutions étudiées, les coulisses de cette reprise sont horriblement édifiantes.
L’humain ne pèse pas lourd en regard de la rentabilité. Le matériel, fusse-t-il neuf et en parfait état de fonctionner, pas bien plus. Et tout le monde peut se retrouver "à la casse" du jour au lendemain, si cela peut rapporter gros... à "qui de droit".

Pas étonnant qu’on ait envie de prendre fait et cause pour ces courageux ouvriers, et ma foi à ma grande surprise, pour leur PDG, qui se sont battus bec et ongles pour sauver leur entreprise.

L’exemple est parfait pour illustrer le cynisme et la cruauté du capitalisme qui se pose en modèle. Et qui pourtant comporte bien des failles et met en péril nombre de sociétés et leurs personnels.

À voir absolument. Pour mieux comprendre comment fonctionne notre société.
Et peut-être, on peut rêver... Réfléchir à mieux l’organiser.

Très bien fait. Et utile.

Festival 2 Cinéma de Valenciennes 2020


SYNOPSIS


Dans le Nord, l’aciérie Ascoval est menacée de fermeture. Les 300 salariés ont une année pour trouver un repreneur. Dans la chaleur des fours, sur les barrages routiers et jusqu’aux couloirs de Bercy, les ouvriers, la direction, et les responsables syndicaux refusent de se laisser submerger par cette violence mondialisée : l’usine est neuve, rentable, et parfaitement convertible dans une économie de développement durable. Ce sont les vies de ces hommes et femmes et de leurs familles qui sont en jeu. Leur ténacité et leur union feront leur force.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE


- Durée du film : 1 h 33
- Titre original : Le feu sacré
- Date de sortie : 21 octobre 2020
- Réalisateur, Photographie : Éric Guéret
- Montage : Isabelle Szumny
- Musique : Etienne Bonhomme, Pierre Fruchard
- Producteur : Yves Darondeau, Emmanuel Priou-Bonne Pioche
- Distributeur : New Story

LIENS


- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Le feu sacré



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Le feu sacré : La critique
Manhunter : La critique
Babylon : La critique
A Dark, Dark Man : La critique
The Good Criminal : La critique
Star Trek - projet Noah Hawley : Quelques nouvelles infos
Hawkeye : Florence Pugh confirmée pour la série Marvel de (...)
Fear the Walking Dead : AMC renouvelle le spinoff pour une saison (...)
Euphoria : Review Episode Spécial - Rue
Don’t Look Up : Les premières images de Leonardo DiCaprio (...)
Les mondes extraterrestres : Review de la saison 1
Disney+ - Bandes annonces : 5 décembre 2020
La Panthère rose : Un reboot en préparation par Jeff (...)
Projet élections USA 2020 : Le livre de John Heilemann en option (...)
Empire Of Sin : La critique du jeu de simulation de mafia