626 connectés

Away : La fin de la saison 1 expliquée et une potentielle saison 2

Date : 20 / 09 / 2020 à 12h00
Sources :

Collider


Away de Netflix se déroule peut-être dans l’espace, mais il n’y a pas d’extraterrestres, pas de batailles de laser. A la place, la série adopte une approche très réaliste de ce qui pourrait arriver lorsqu’une initiative internationale lance avec succès une mission avec un équipage vers Mars. La première saison, lancée dernièrement, met en scène une distribution dirigée par Hilary Swank et Josh Charles, et retrace le bilan émotionnel et physique qu’il faut faire pour laisser derrière soi sa famille, son monde entier, et risquer sa vie en voyageant dans le vide de l’espace vers un nouveau monde.

Pour la showrunner Jessica Goldberg et le créateur Andrew Hinderaker, faire la série signifiait trouver un moyen d’équilibrer les éléments scientifiques de l’histoire avec les histoires complexes des personnages, qui englobent la foi, les relations et les conflits interpersonnels. C’est un voyage de plus en plus difficile pour Emma (Swank) et ses collègues astronautes, mais à la fin de la saison, ils arrivent finalement à destination en toute sécurité, ce qui amène à la question... que se passe-t-il après ?

Aucune deuxième saison n’a encore été officiellement validée, mais la fin de la première saison montre assez clairement sur quoi porterait l’action d’une deuxième saison. Ci-dessous, Goldberg et Hinderaker parlent de réunir de tous les éléments compliqués de la série, de la raison pour laquelle les choses ont commencé par une rupture entre les membres de l’équipage et de la façon dont les "derniers mots" proposés par les astronautes, révélés dans la finale, ont vu le jour.

Donc, pour commencer, la genèse initiale de la série a été tirée d’un article de magazine, mais parlez-nous de la façon dont l’histoire est arrivée à vous.

ANDREW HINDERAKER : Oui. Jason Katims et Matt Reeves m’ont apporté cet article vraiment extraordinaire d’Esquire. Il s’agissait de l’astronaute Scott Kelly et de sa mission de longue durée à bord de la Station spatiale internationale et ce que j’ai trouvé si incroyablement émouvant dans l’article était vraiment 2 choses. D’une part, la façon dont Chris Jones, le journaliste, explique en profondeur comment la Station spatiale internationale a vu le jour. Et cette idée improbable de pays qui normalement ne travaillent pas ensemble, travaillant ensemble pour créer la station spatiale et comment cela pourrait être identique pour la mission internationale vers Mars. Et puis, tout aussi profondément, il parle de ce que cela a été physiquement et émotionnellement pour Scott Kelly. Il était là-haut quand il y a eu une urgence avec sa famille ; sa belle-sœur a été abattue et il a essayé de gérer ça à distance. Et j’ai ensuite présenté cette série à Jason et Matt, avec au centre le personnage d’Hillary, Emma, qui dirigeait l’effort international.

C’est donc ce moment-là que j’ai ressenti incroyablement fort, le sentiment d’être éloigné. Je suis quelqu’un qui a une relation à distance avec mon partenaire, qui vit avec un problème médical grave qui a été diagnostiqué lorsque j’étais parti et nous avons fait face à cette situation. C’était donc le noyau émotionnel de la série et la façon dont cette histoire s’est déroulée. Et puis l’opportunité s’est présentée de travailler avec Jessica et de lui faire diriger la série, ce qui était passionnant pour moi après avoir travaillé pour elle sur The Path. Et je savais que la profonde connexion personnelle que Jess nous apporterait en tant que mère accomplie qui travaille. J’ai donc eu le privilège de lui présenter la série.

JESSICA GOLDBERG : Andrew et Jason m’ont envoyé le pilote et tout de suite après, j’ai été tellement impressionnée par cette femme que c’était comme le nec plus ultra des séries sur les mères qui travaillent. Elle aime sa famille. Elle aime son travail. Elle est ambitieuse et se soucie profondément de sa famille. Et je pouvais voir cela représenté avec une telle complexité. C’était tellement excitant. Et je voulais vraiment continuer à raconter cette histoire et aussi dire "Wow". Comme si c’était l’occasion, à une époque si divisée, de parler du monde qui se rassemble pour l’exploration et les grandes réalisations scientifiques. Alors j’ai dit : "Comptez sur moii."

Ce qui est vraiment remarquable dans cette série, c’est qu’elle part d’un endroit où il y a une dissension très active entre les membres de l’équipe, ce qui semble être un changement par rapport aux autres récits orientés vers l’espace. Qu’est-ce qui était important pour vous à ce sujet ?

GOLDBERG : Vraiment, pour commencer avec leurs divergences. Et puis ils ont commencé à se retrouver au cours de la saison, sans trop en dévoiler. L’hypothèse est que la Chine et les États-Unis ne seront jamais ensemble dans un vaisseau spatial, mais que se passerait-il s’ils l’étaient ? J’aime l’audace, les rêves sur la façon dont les gens font tomber les barrières de l’autre. Et si nous communiquions différemment ?

HINDERAKER : Il est intéressant de noter que l’événement qui se produit dans le pilote et qui crée beaucoup de dissensions a été très librement inspiré par une histoire que j’ai entendue d’un astronaute qui, j’en suis sûr, préférerait rester anonyme. Mais c’est une situation qui s’est produite sur la station spatiale et qui aurait pu, en fin de compte, poser problème. Et c’est en partie parce que l’un des astronautes n’écoutait pas les autres et, comme Jess le soulignait, je pense que la situation est d’autant plus grave que vous avez tant de personnalités différentes et tant de cultures différentes qui se côtoient.

Mais ce que je pense que la série explore, c’est la possibilité de ce qui se passe si l’on peut transcender cela et trouver une référence plus profonde de travail en commun et de mise en commun des forces respectives de chacun, et la perspective de chacun se renforce, et chacun apporte son expertise respective à la table. Il y a de plus grandes possibilités de défis, mais aussi de plus grandes possibilités de réalisations. Et cela représente un défi, et c’est à partir de là qu’il faut travailler.

La religion joue un rôle assez important dans Away, pour une série qui traite de l’espace et de la science, et vous avez inclus non pas une seule foi, mais plusieurs croyances différentes dans la trame de la série.

GOLDBERG : Oui, c’est tellement intéressant, parce que comme beaucoup de gens, chaque fois que nous parlons avec des gens comme des astronautes, nous demandons toujours ce qui serait la plus grande réalisation sur Mars et il y a toujours cette question de trouver de la vie et ce que cela signifie. Nous avons donc ce personnage de Kwesi, il a été adopté par une famille juive et la foi joue donc un rôle très important dans son monde. Alors que le personnage de Viviane, Yu, qui vient de Chine, est je suppose qu’on la qualifierait d’athée au début. Et vous savez, c’est tellement excitant d’avoir ces gens de partout qui apportent avec eux des points de vue vraiment différents sur la création. Donc c’est... Je ne sais pas si je réponds à votre question, mais c’est à cela que ça m’a fait penser.

En gros, qu’est-ce qui était important pour vous, pour vous assurer que les conversations sur la foi fassent partie de cette série ?

GOLDBERG : Le personnage de Kwesi, c’est ainsi qu’il a grandi. C’est ce qu’il croit au plus profond de son personnage. C’est un choix qui vient du caractère.

HINDERAKER : Nous avons eu une conversation vraiment incroyable avec quelqu’un du Jet Propulsion Laboratory en parlant de toutes les différentes missions des rovers vers Mars. Et l’un des objectifs est de découvrir des preuves de vie sur une autre planète. Et j’ai juste demandé, à un niveau très basique, ce que cela change, pensez-vous, si cette découverte est faite ? Et elle a répondu : "tout". Elle parlait également de la foi et je pense donc qu’il y a quelque chose d’intrinsèque à l’histoire qui explore cela, qui recoupe la foi.

La saison se termine donc avec leur arrivée sur Mars. Etait-ce important pour vous de faire que la fin de la saison 1 se termine là-dessus, et à quel point parlez-vous en ce moment des saisons futures ?

HINDERAKER : Le jour où l’idée a germé dans l’esprit de la série, celle-ci a commencé par le regard d’Emma sur la Terre depuis la lune et s’est terminée par son regard sur la Terre depuis Mars. C’est le sujet principal de la série.

La seule autre chose que j’ajouterai est que Jess et moi avons pu voir InSight, la sonde, se poser sur Mars en 2018. Nous étions au Jet Propulsion Laboratory avec les personnes qui ont aidé à la concevoir alors qu’elle approchait de Mars. Et avec eux dans la pièce, dans ce silence d’église, alors qu’ils regardent le travail de leur vie, soit s’enflammer, soit s’écraser sur une autre planète. Et le moment, c’était si excitant et si émouvant, il y a eu un petit moment où la première photo d’InSight est revenue, une photo d’une autre planète couverte de poussière.

Et nous avons tous éclaté de joie, puis un de nos scénaristes s’est tourné vers nous et a dit : "Imaginez maintenant qu’il y ait eu des gens dessus." On a donc eu l’impression que c’était ce que nous voulions construire.

En ce qui concerne la saison 2, j’ai toujours eu l’impression que s’il y avait une dernière carte que j’aimerais avoir sur la saison, ce serait "Away sera de retour pour une saison 2... sur Mars." Une partie de ce que nous promettons est ce que cet équipage vit à la toute fin, nous pouvons maintenant vivre dans un nouveau monde.

GOLDBERG : Oui. Et je pense qu’il faut ajouter à cela, en passant par ce voyage émotionnel, parce que vous avez vu la série, donc vous savez qu’il y a un certain moment à mi-chemin, et cela se produirait vraiment où vous ne pouvez plus vous voir sur Skype ou sur votre ordinateur et tout doit être envoyé par texte et il y a un délai de 20 minutes. Et ça a été assez dur pour nous tous de devoir réaliser comme, "Oh j’ai dû m’isoler 2 semaines avant de pouvoir voir ma mère". Et ces étapes sont si importantes pour le voyage émotionnel de ces personnages.

En général, quand on en arrive là, un thème commun à beaucoup d’histoires qui mettent autant l’accent sur les voyages spatiaux est que l’espace est un endroit terrifiant qui veut vous tuer. Quels étaient vos sentiments sur l’espace en tant que lieu pour raconter une histoire ? Et ont-ils changé lorsque vous avez terminé la première saison ?

HINDERAKER : Je pense que l’espace est un lieu qui exige un changement. L’une des choses dont parle ce premier article est la façon dont, lorsque vous faites un voyage comme celui-ci, votre corps change dans l’espace et littéralement des parties de votre corps, comme votre talon que vous n’avez plus besoin d’utiliser commence à glisser de votre pied ... d’une façon qui vous dit que tout ce que vous avez appris sur le haut et le bas passe par la fenêtre. Ce serait différent à bien des égards d’être dépouillé de son armure et d’évoluer. Et je pense que c’est ce que nous voyons comme conséquences de notre présence dans l’espace. Mais je ne pense pas nécessairement à un ennemi impitoyable, mais plutôt à un agent de transformation impitoyable.

GOLDBERG : Oui, je pense que pour moi, je suis venu à cette série en tombant tellement amoureux des histoires personnelles, des histoires intimes. Et ma découverte a été de vraiment comprendre l’importance des voyages spatiaux et le rêve qu’ils suscitent, l’espoir qu’ils suscitent, du genre : "Oh, si nous pouvons faire cela, comme qui sait ce que nous pouvons obtenir d’autre, nous pouvons guérir le cancer. Avant la recherche et avant de parler aux astronautes, j’étais plus obsédée par la nature qui m’entourait, par les arbres et les montagnes. Et j’ai soudain compris que ces limites doivent être repoussées pour que nous puissions aller vers les prochains lieux de réalisation. Ce fut donc une véritable révélation de travailler sur cette série.

Ainsi, lorsqu’il s’agit des derniers mots discutés dans le finale de la saison, était-il très facile de déterminer ce qu’ils devaient être ? Ou est-ce que c’est quelque chose qui vous a posé problème ?

HINDERAKER : C’est la meilleure question qu’on nous posera jamais.

GOLDBERG : Je suis très heureux que vous me posiez cette question parce que c’était un moment dans writer’s room et que quelque chose avait commencé à nous arriver, à Andrew et à moi, pendant l’écriture. Ce n’est même pas comme si nous traînions ensemble, nous travaillons juste ensemble, mais nous avions cette idée qu’ils enverraient leur dernière phrase et nous nous sommes regardés et nous l’avons juste dite exactement au même moment.

Oh, c’est étrange.

GOLDBERG : N’est-ce pas le cas ?

HINDERAKER : Oui, tout à fait vrai. Et puis les autres scénaristes se sont en quelque sorte éclipsés de la pièce.

GOLDBERG : Oui. Ils étaient du genre "c’est trop bizarre, vous êtes trop semblables". Mais nous savions tous les 2 exactement à ce moment-là. C’était très étrange.

HINDERAKER : Oui, c’était amusant. On s’est regardé et on s’est dit : "Ça valait le coup". En même temps.

La saison 1 de Away est actuellement en streaming sur Netflix.


Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


Away : Le space-trip jusqu’à Mars prend fin sur (...)
Away : La fin de la saison 1 expliquée et une potentielle saison (...)
Away : La première bande annonce
Away : La nouvelle dimension de la série Netflix en cette période (...)
Away : Une distribution internationale pour un équipage (...)
The Stand : Stephen King et les séries TV adaptées de ses (...)
La fabuleuse Mme Maisel : Retour en production confirmé pour la (...)
L’art de l’espionnage : Review de la saison (...)
The Sparrow : Des échecs aux extraterrestres
Saved by the Bell : Le revival aura une saison 2 sur (...)
Do It Yourself : Construire vos décors en utilisant des moules de (...)
Canal + - Bandes Annonces : 25 janvier 2021
Godzilla vs Kong : La première bande annonce
Star Trek Discovery : Les plans pour la saison 4 commencent à (...)
American Gods : Review 3.03 Ashes and Demons