555 connectés

Star Trek Lower Decks : Review 1.03 Temporal Edict

Date : 24 / 08 / 2020 à 14h30
Sources :

Unification


Le nom de l’épisode, Temporal Edict, était une promesse d’histoire de voyage dans le temps. Hélas, triple hélas, ce n’est pas le cas. Et pourtant, un petit voyage dans le passé nous aurait permis de nous auto-prévenir de la nullité abyssale de ce troisième épisode de Star Trek Lower Decks.

Petit à petit, les minces sourires, esquissés lors du pilote de la série animée, s’effacent pour ne laisser que consternation. Je le répète, je n’ai rien contre le fait de se moquer des oeuvres que j’aime, je trouve même cela plutôt sain. Mais l’épisode de cette semaine montre de manière plus que conséquente, que les scénaristes et producteurs de Lower Decks n’ont aucune conscience de ce qu’est Trek, ses valeurs, sa portée.

Outre le fait de n’être aucunement drôle, la série se complaît cette semaine dans le pathétique le plus vomitoire possible. Yves avait déjà noté que le soit disant humour de la série se fondait sur la mise au piloris des valeurs véhiculés par Star Trek. Mais là, le niveau de négation de Trek, c’est comme si la série se parodiait elle même. Chaque "gag" est comme un crachat. Bref, si vous connaissez quelqu’un dans votre entourage qui déteste au plus au point Star Trek, n’hésitez pas à lui conseiller Lower Decks, il va se régaler.

Je laisse Yves vous faire un état des lieux circonstancié des horreurs, pauvre homme. Vite une petite bière Romulienne pour oublier au plus vite cette bouse...


FM

Oui, Frank, tu as parfaitement saisi et dénoncé l’ampleur et la puanteur de cette déjection...
En 2009, année de la grande rupture, ces scénaristes et producteurs (Kurtzman & co) avaient montré au monde à quel point ils n’avaient "aucune conscience de ce qu’était Star Trek, ses valeurs, sa portée."
Or en 2020, ces mêmes scénaristes et producteurs (Kurtzman & co) n’ont toujours rien compris ! Pis, c’est même comme s’ils comprenaient de moins en moins avec le temps, car chaque nouvelle déclinaison réussit à être pire que la précédente – pour non pas une reductio ad infinitum mais une reductio ad nullum !
L’aventure Star Trek depuis 2009 oscille malgré elle entre une tragédie ubuesque (Jarry) et un théâtre de l’absurde (Ionesco).

Venons-en factuellement à l’épisode lui-même...
Le temporal edict porte uniquement sur le temps "gâché" – lâdrement chronométré ou à l’inverse librement octroyé – dans le cadre d’une optimisation de productivité des officiers de Starfleet.
Humiliée de découvrir que l’USS Cerritos est un vaisseau de seconde ligue, sa capitaine cherche à en accroitre l’efficience par tous les moyens. Apprenant que l’astuce du Scotty (gonfler les estimations de délais d’exécution des tâches pour se valoriser auprès de sa hiérarchie) est devenue la norme à bord (sous la dénomination informatique de "buffer time"), Carol Freeman impose alors à tout son équipage une taylorisation asservissante – timers systémiques à l’appui !
Mais sous l’emprise du stress et de la terreur, les gaffes et les erreurs se multiplient rapidement, jusqu’à ruiner une mission de second contact sur Gelrak 5 (se transformant en casus belli). Et la rigidité de cette pseudo-OST en flux tendu est telle que le personnel n’est même pas autorisé à repousser une invasion en règle du vaisseau !
Il faudra que l’enseigne Brad Boimler fasse doctement la leçon à la capitaine affligée (comme à une môme en fait) pour que celle-ci consente à revenir à une gestion plus humaine, laissant même la latitude à chaque équipier de s’accorder le "temps tampon" qu’il souhaitera. Ce droit à ne pas respecter les règlements sera in fine officiellement nommé le Boimler effect ! Aussitôt, tout rentre dans l’ordre : l’invasion de l’USS Cerritos est repoussée, et les bonnes relations avec les Gelrakiens sont restaurées.
L’épisode s’achève par un flash forward dans le futur (chez des Éloïs-wannabe), où le Boimler effect vaudra à son créateur Brad d’être célébré par la postérité et considéré fièrement comme le plus grand paresseux de Starfleet !

Sous couvert de parodie qui réussit le "tour de force" de ne même pas arracher une esquisse de sourire durant tout son run, Lower Decks 01x03 Temporal Edict aligne par contre les "prouesses" suivantes (liste non exhaustive) :
- Assujettir le 24ème siècle trekkien aux pires formes de lean management du 20ème siècle (entre fordisme et toyotisme effréné), présenté comme la norme de Starfleet avant l’adoption du nonsensique Boimler effect, et accentuant d’avantage encore l’incompatibilité entre The Lower Decks et la timeline historique d’ENT-TOS-TNG-DS9-VOY.
- Faire passer la capitaine de l’USS Cerritos pour une hystérique irresponsable et indigne, dépourvue de tout sens des priorités opérationnelles et de toute compétence en ressources humaines.
- Transformer l’amirauté de Starfleet en conseil d’administration de la Compagnie britannique des Indes orientales et même... de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. Mention spéciale à l’amirale qui parle avec mépris des "diplomatic trinkets" (sic) à l’attention des civilisations nouvellement rencontrées, en somme de verroterie destinée à amadouer les sauvages ! La Prime Directive méritait-elle vraiment pareille caricature qui en représente la négation-même ?
- Agrafer quelques super-qualités et super-exploits supplémentaires au tableau de chasse de super-Mary-Sue-Mariner-je-sais-tout-j’ai-tout-fait-j’ai-tout-vu (shock rockeuse de scène, badass exhibant toutes ses cicatrices comme autant de trophées de guerre, gladiatrice prête à affronter en combat singulier le plus monstrueux guerrier de Gelrak 5...) !
- Faire du commander Jack Ransom un super-héros avec la force d’Obélix !
- Rendre les personnages de la série plus prétentieux, imbuvables et anti-trekkiens les uns que les autres...
- Réduire un vaisseau de Starfleet taillé pour l’impulsion et la distorsion (FTL) en passoire de basses fréquences ; les vibrations sonores du concert de métal improvisé par Mariner traversent même le vide spatial jusqu’au vaisseau klingon !
- Cultiver avec beaucoup de maestria en animation la laideur graphique.
- (...)
- Et en rajouter une nouvelle couche idiomatique bien grasse d’un logiciel kurtzmanien définitivement figé dans le présent le plus nombriliste et le plus égocentré (e.g. il ne manquait plus que d’entendre dans ST le "Godspeed" de l’US Army...).

Mais que le fanboy enamouré se rassure : Lower Decks prétend toujours tout rédimer au moyen du plus factice des alibis, celui du "fan service pour les nuls", à savoir un empilement d’Easter eggs décontextualisés formant une couche toujours plus épaisse de name dropping ad (e)metum : les concerts de musique classique à bord l’USS Enterprise D (mais vite frappés de ringardise par la scène grunge de la "trop cool" Mariner) ; les émules du "miracle worker" de ST III The Search For Spock et TNG 06x04 Relics (au secours !) ; la superbe BO de Jerry Goldsmith dans ST The Motion Picture fredonnée par Boimler dans un turbolift (un peu comme la BO de Voyager pour annoncer les massacre de la nouvelle Seven/Lara Croft) ; les références appuyées aux spores de TOS 01x25 This Side Of Paradise, au Mugato de TOS 02x16 A Private Little War, à Armus de TNG 01x23 Skin Of Evil ; une projection holographique de Miles O’Brien considéré par le futur comme le personnage le plus important de l’Histoire de Starfleet ; la mise en abyme dévoyée par la postérité façon VOY 04x23 Living Witness...

Ou comment convoquer à chaque fois le meilleur... pour accoucher systématiquement du pire ! Tant de madeleines de Proust, tant de référents audiovisuels, tant de morceaux de bravoures et d’états de grâce, tant de gimmicks emblématiques... que la pop culture étatsunienne avait déjà cannibalisés non-stop et digérés ad nauseam durant cinquante ans jusqu’à les réduire progressivement aux clichés les plus triviaux et les plus communs. Et c’est maintenant un "Star Trek" prétendûment canon qui a le culot (aussi misérable que turpide) de repasser derrière (comme si de rien n’était), à la manière d’un camion d’éboueurs puis d’une usine de recyclage pour tenter de fabriquer du "fun" et du "cool" à partir des égouts d’Hollywood !
Trop c’est trop, la coupe déborde. Lower Decks s’emploie avec une conscience de vandale à avoir absolument tout faux dans tous les domaines possibles : fond et propos, caractérisation des personnages, pertinence de la parodie, sens de l’humour, compréhension de Star Trek, intégration au Trekverse/STU, respect du label et des trekkers, et même élégance graphique...
Et ce n’est pas le format stand alone, ni la déco de TNG, ni les Easter eggs bidons (en réalité le syndrome de la "culture wiki" d’auteurs ignares et cuistres) qui rachètent ici quoi que soit. Au contraire, les câbles de la manipulation n’en sont que plus grossiers, le mépris que plus blessant...

Dès lors que Frank en arrive lui-même à attribuer à un Star Trek in name only la note plancher d’Unif (à savoir 1/5), cela signifie que mes déconstructions & pamphlets rituels ont en quelque sorte "parachevé leur mission"... perdant donc dorénavant en grande partie leur raison d’être.
Je n’ai plus rien à ajouter qui n’ait déjà été écrit, répété et martelé dans toutes mes critiques exhaustives depuis maintenant onze ans.
QED.

Il ne suffisait pas que Star Trek soit mort en 2005, enterré en 2009, puis "révisionnismé" par les deux bouts en 2017 et en 2020... Oh non... Il faut désormais en sus que sa tombe soit bestialement profanée et son cadavre obscènement mutilé dans un abject spectacle trash ou gore hebdomadaire !
Mais "beware what you wish for", Mister Kurtzman. Car lorsque toutes les larmes se sont taries, il ne reste en effet plus que le "rire". Mais un "rire" de désespoir, un "rire" de colère, un "rire" absurde, le "rire"... du Joker.

Bien des trekkers étaient disposés à avaler toutes les couleuvres depuis 2009 au nom de l’habituelle devise des junkies : « mieux vaut ça que pas de Star Trek du tout ». Eh bien l’effet cumulé de Kelvin, Discovery, Picard... et maintenant de Lower Decks aura finalement réussi à inverser cette proposition addictive : « mieux vaut aucun Star Trek que ça » ! Une prise de conscience tardive qui s’abat comme une sentence... et un couperet ou un Rubicon.
Ironiquement, la série animée Lower Decks aura accompli une seule chose : être devenue (malgré elle) la plus cathartique pub possible pour The Orville... durant cette ère si morne où l’unique Star Trek digne de ce label légendaire n’est pas légalement autorisé à le porter.

0 en réalité.

Et c’est sur l’autel de ce zéro absolu qu’agonise ainsi l’ultime critique croisée d’Unif...
Ultime du moins à l’endroit de cet anti-Star Trek décomplexé et dégénéré.
Car lorsque les mots se révèlent impuissants, mieux vaut encore se taire.
Et lorsque point un commencement de dégoût envers le STU lui-même, il devient salutaire de boycotter l’intox.


YR

EPISODE

- Episode : 1.03
- Titre : Temporal Edict
- Date de première diffusion : 20/08/2020 (CBS All Access)
- Réalisateur : Bob Suarez
- Scénariste : Dave Ihlenfeld & David Wright

BANDE ANNONCE - EXTRAITS






 Charte des commentaires 


Star Trek Discovery : Review 3.13 That Hope Is You, Part (...)
Star Trek Discovery : Review 3.12 There Is a Tide...
Star Trek Discovery : Review 3.11 Su’Kal
Star Trek Discovery : Review 3.10 Terra Firma partie (...)
Star Trek Discovery : Review 3.09 Terra Firma partie (...)
SOS Fantômes - L’héritage : Une nouvelle image du (...)
4x4 : La review du film Canal+
Snowpiercer : Le train est bel et bien lancé (SPOILERS)
Star Trek : Les séries se téléportent aussi de CBS All Access à (...)
Le Muppet Show : La série des années 70 sur Disney+
Peaky Blinders : La fin de la série mais pas la fin de (...)
New York, unité spéciale : Le retour de Annabelle Sciorra dans la (...)
Micro Art Studio - Scenery : Les décors prépaints pour (...)
Netflix - Bandes annonces : 21 janvier 2021
The Expanse : Review 5.08 Hard Vacuum