314 connectés

Toajêne : La critique

Date : 26 / 09 / 2020 à 08h30
Sources :

Unification France


Toajêne

  • Editeur : Declourt
  • Scénario : Bruno Bozzetto
  • Dessin : Grégory Panaccione
  • Série : Toajêne
  • Collection : Hors collection
  • Date de sortie : 10 juin 2020
  • Format : 22.8 x 29.5 cm
  • Nombre de pages : 104
  • ISBN : 9782413027515
  • Prix : 18.95 €

Quand un microbe amoureux d’une icône du cinéma redonne espoir à l’humanité accablée... Un récit drôle et enchanteur né de l’imagination de deux auteurs dont l’exubérance juvénile n’aura pas été anéantie par l’expérience.

Drames et passions constituent aussi le quotidien de l’univers microscopique et même s’ils ne mesurent qu’un micromètre, les héros n’y sont pas moins remarquables... Par l’odyssée improbable d’un microbe, panacée à l’épidémie qui frappe le monde que seul son amour pour une star du cinéma stimule, les auteurs nous révèlent une dimension fascinante où le burlesque touche à la fantaisie poétique.

Découvrez un extrait.

Décryptage

Dans un monde où l’humanité fait face à une épidémie qui fait disparaître des parties des visages, le professeur Krass découvre par le plus grand des hasards un antidote. Cet antidote n’est ni plus ni moins que Moatarzan un micro organisme féru de tables d’addition, fan absolu du Tarzan de Johnny Weissmuller et amoureux transi de Maureen O’Sullivan, l’actrice incarnant Jane.

Loufoque et décalée, ce sont les premiers mots qui viennent à l’esprit en découvrant cette étrange bande dessinée. Mais c’est surtout une merveilleuse histoire d’amour impossible de ce micro organisme pour l’actrice qui incarne Jane à l’écran auprès de Tarzan. Les pérégrinations de Moatarzan sont empreinte de poésie, de tendresse et d’humour. Compliqué à expliquer et à décrire, c’est une expérience qui surprend et intrigue à chaque page, ce petit être fasciné par les mathématiques mais qui ne trouve pas de répondant autour de lui, qui fini par tomber amoureux et qui sera un sauveur malgré lui, de l’humanité.

Les auteurs nous proposent un récit abracadabrantesque qui pourrait repousser de premier abord, mais qui finalement nous plonge dans un bon délire tandis que l’on suit le protagoniste principal, qui en véritable Don Quichotte part en quête de sa dulcinée. Le récit trouve toute sa cohérence et un nouveau tournant dès le chapitre 2 pour évoluer jusqu’à la toute fin hilarante et pleine de bon sens, sans oublier les questionnements méthaphysiques sur le sens de la vie de ce petit bonhomme très attachant qui évolue dans un monde microbien (mais pas que) en noir et blanc très beau et très immersif dans l’époque et très travaillé. Une étonnante réussite dépaysante et poétique de bout en bout.


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Nains : La critique du tome 17
La part du ghetto : La critique
Dceased Unkillables : La critique
Crusaders : La critique du tome 2
L’espion de César : La critique du tome 1
The Suicide Squad : Le droit de tuer accordé à James (...)
Avatar 2 : Kate Winslet vole sous l’eau ?
Utopia : La review de la saison 1
Titans : Les premières images de Red Hood
Bullet Train : Aaron Taylor-Johnson prendra le TGV avec Brad (...)
American Gods : La saison 3 disponible en janvier dans un climat (...)
Saved by the Bell : La dernière bande annonce du revival (...)
Outer Banks : Elizabeth Mitchell sera la méchante de la saison (...)
Dopesick : Rosario Dawson pour la mini-série Hulu
The Woman in the House : Kristen Bell verra des morts sur (...)