201 connectés

Snowpiercer : Review 1.01 D’abord, le temps changea

Date : 18 / 05 / 2020 à 14h30
Sources :

Unification


Snowpiercer est une excellente série de science-fiction de 10 épisodes de 50 minutes qui se double d’un thriller palpitant.

À l’origine, Snowpiercer, Le Transperceneige, est une bande dessinée française de Jacques Lob et Jean-Marc Rochette qui a été adaptée en 2013 par le réalisateur coréen Bong Joon Ho dans un film éponyme. La série part du même principe et double son récit avec une enquête policière réservant de nombreuses surprises.
Il faut bien sûr accepter le postulat de base de départ qui est assez invraisemblable. En effet, pour lutter contre le réchauffement climatique, l’humanité décide de refroidir la terre. Mais en faisant trop bien les choses, c’est la Terre entière qui est gelée jusqu’à son noyau. Un homme de génie, Monsieur Wilford, décide alors de créer une véritable arche, un train géant parcourant la terre en permanence.

Le scénario se focalise sur ce train, le "transperceneige", et sur ceux qui se trouvent en ses entrailles. Car à l’image de la société d’avant, ce building couché sur des rails de 1001 wagons, est séparé en classe sociale. La première contient tous les riches et les puissants, la seconde ceux les moins aisés où les personnes importantes du train, la troisième les travailleurs indispensables au bon fonctionnement de l’engin. Puis en queue de train, sont enfermés les voyageurs sans-billets qui ont forcé l’entrée du train et qui servent de main-d’œuvre à tout faire.

Les épisodes permettront de mettre en valeur tous ces éléments qui demeurent dans un équilibre extrêmement précaire.

L’histoire de Josh Friedman se focalise avant tout sur un meurtre commis en troisième classe. Le seul détective embarqué, un sans-billets, et alors chargé de trouver le coupable. C’est à travers lui que l’on va découvrir le microcosme dans lequel il se trouve et tous les jeux d’influence et de pouvoir qui sont exacerbés par cette proximité.

C’est d’ailleurs ce personnage qui sert de voix off au premier épisode. Il va parcourir quelques wagons permettant de prendre la mesure de cet immense train. Il va aussi servir à présenter quelques-uns des personnages qui prendront de l’ampleur par la suite.

Le casting est vraiment très bien trouvé. Tous les personnages sont formidables. Bien que lors de ce premier épisode, ce soit l’excellent Daveed Diggs, en enquêteur voulant améliorer la condition de ceux hors classe, et la formidable Jennifer Connelly, en voix du train, qui crèvent l’écran. Les rencontres entre les deux comédiens sont toujours marquantes et ces derniers imposent la présence de personnages qui marquent leur empreinte sur la série d’une façon indélébile.

Les décors et les costumes sont extrêmement travaillés et rendent vraiment crédible cet environnement sortant de l’ordinaire. Dans un tel milieu fermé, tout objet, et individu, ont leur importance et cela est fort bien démontré.

La réalisation est très bonne et ne donne jamais l’impression aux spectateurs d’être coincé dans un milieu fermé. On passe d’un wagon à l’autre, et d’une ambiance à l’autre, d’une façon très aisé. Et les passages spectaculaires sont brillamment mis en scène.

Le premier épisode sert d’exposition, mais dès les premières minutes, on est complètement capté par la tension qui se dégage de cette apocalypse glacière. Il y a tellement d’éléments montrés, que dès la fin de l’épisode, on a envie de le revoir une nouvelle fois pour en apprécier sa subtile complexité et le brio de son déroulement qui s’achève sur un formidable cliffhanger. Sans compter que la partie policière est loin d’être anecdotique et qu’elle joue un rôle très important dans les épisodes à venir.

Le premier épisode de Snowpiercer est vraiment réussi et permet de s’immerger complètement dans ce monde apocalyptique et cette enquête passionnante qui a lieu en son sein. Avec un grand soin apporté aux décors, aux costumes et aux effets spéciaux, des acteurs impeccables et une mise en scène très efficace, la série se lance parfaitement sur ses rails et ne cesse jamais de prendre de la vitesse.

Impressionnant et immersif.

ÉPISODE

- Episode : 1.01
- Titre : D’abord, le temps changea
- Date de première diffusion : 25 mai 2020 (Netflix)
- Créateur : Graeme Manson
- Réalisateur : Scott Derrickson
- Scénariste : Josh Friedman
- Avec : Daveed Diggs, Jennifer Connelly, Sean Bean, Mickey Sumner, Annalise Basso, Sasha Frolova, Alison Wright, Benjamin Haigh, Roberto Urbina, Katie McGuinness, Susan Park, Lena Hall, Sheila Vand, Sam Otto, Iddo Goldberg, Jaylin Fletcher, Steven Ogg, Rowan Blanchard

RÉSUMÉ

Sept ans après que le monde soit devenu une vaste étendue glacée, les survivants ont trouvé refuge dans un train en perpétuel mouvement. Composé de 1001 wagons, l’engin fait le tour du globe à toute vitesse. A bord, la guerre des classes, l’injustice sociale et la politique interne sèment le trouble.

BANDE ANNONCE



Les films sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les films, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits



 Charte des commentaires 


Ju-On - Origins : Review de la saison 1
The Old Guard : La review du film Netflix
Warrior Nun : Review de la saison 1
Les Baby-sitters : Review de la saison 1
Snowpiercer : Review 1.08 Ce sont ses révolutions
The Umbrella Academy : La bande annonce de la saison (...)
Agents of S.H.I.E.L.D. : Review 7.07 The Totally Excellent (...)
Batwoman : Javicia Leslie sera la nouvelle héroïne et Ruby Rose (...)
The Boys : Du rôle de Giancarlo Esposito aux mésaventures de (...)
Ju-On - Origins : Review de la saison 1
In Memoriam : La dystopie à la mémoire qui flanche pour HBO (...)
Felicità : La critique
Nine Bodies in a Mexican Morgue : Le petit streamer développe une (...)
Disco Elysium : Une série TV en développement
La chute de Delta Green : La critique du JdR Cthulhu in (...)