489 connectés

Amazing Stories : Review 1.05 The Rift

Date : 06 / 04 / 2020 à 13h00
Sources :

Unification


The Rift est le cinquième et dernier épisode de cette première saison du reboot d’Amazing Stories, et l’on constate une fois de plus que le côté surnaturel de cette série n’est qu’un doux prétexte pour explorer les relations humaines.

À mi-chemin entre Nimitz : retour vers l’enfer et Philadelphia Experiment, ce nouvel opus de l’anthologie produite par Spielberg et re-créée par Edward Kitsis et Adam Horowitz ne brille toujours pas par son originalité. Néanmoins pleins de bonne volonté, les deux compères ont commencé cette saison par un voyage du présent dans le passé et ils la terminent avec un voyage du passé vers le présent : la boucle est bouclée.

Elijah (Duncan Joiner) et sa belle-mère Mary Ann (Kerry Bishé) ont perdu l’un son père, l’autre l’amour de sa vie. À la recherche d’un nouveau départ, ils traversent les US d’est en ouest dans leur vieux break chargé à ras-bord. Au détour d’une route de l’Ohio, un P40 Warhawk des Flying Tigers s’écrase à quelques mètres de leur voiture. Mary Ann, n’écoutant que son courage, sort le pilote du cockpit alors que l’avion semble prêt à exploser. L’homme se présente comme étant le Lieutenant Cole (Austin Stowell), en mission de combat au dessus de Rangoon en... 1941. Les secours interviennent, prennent le pilote pour un fou dangereux et le parquent sous bonne garde dans une chambre d’hôpital. Et puis la cavalerie arrive, avec force agents du gouvernement, véhicules de combat et scientifiques en combinaisons blanches qui ont un objectif et un seul : renvoyer le pilote en 1941 à travers la faille (rift) temporelle qui l’a amené - pas forcément par hasard - dans l’Ohio au 21ème siècle. Faute de quoi, un gros méchant malheur pourrait bien arriver !

Je vous passe les clichés (’Non, ne t’en vas pas, reste avec moiiiii !’), incohérences (quelques heures à peine pour reconstruire un P40 qui vient de se manger la gueule ? Bravo !), platitudes (’Une dernière danse, ma chérie ?’) et autres points du scénario peu ou mal aboutis, pour vous poser ZE question : de quoi parle vraiment cet épisode ?

Mais d’amouuuuur bien sûr !

L’amour de ce gamin pour son père, pilote de chasse lui aussi, qui a perdu sa vie au combat en Afghanistan. Elijah trouve en Cole un autre père potentiel et va tout faire pour l’aider à échapper au destin funeste qui l’attend s’il repart dans le passé.

L’amour de ce déraciné temporel pour son épouse qu’il aimerait tant retrouver pour lui dire enfin ’au-revoir’, chose qu’il avait refusée de faire avant de partir au combat, de peur que cela ne lui porte malheur.

L’amour de Mary Ann pour Elijah, et réciproquement, amour qui risque de ne pas survivre à leur voyage, sauf si la jeune femme se rend compte qu’elle est en train de commettre une grosse erreur de jugement.

Et au milieu de tout ça, un dangereux événement surnaturel que l’agent Kaminski (Edward Burns) essaie de contrer pour éviter le pire.

Évidemment, cet amoncellement de clichés romantiques prend beaucoup de place dans l’histoire, alors pour le surnaturel, on a du mal à faire du neuf et on ressert des moments piqués dans les films des petits copains susmentionnés. Avec pour couronner le tout, la reconstitution approximative d’une des scènes de Rencontres du troisième type (voir photo), un hommage à Steven Spielberg qui n’en demandait peut-être pas tant et qui a dû, en visionnant l’épisode, hésiter entre ’Thank you !’ et ’What the f... ?’ .

Y aura t-il une saison 2 ? Le public américain semble apprécier ce joli livre de contes illustrés, ce délicieux paquet de guimauves au chocolat en forme de nounours rondelets, ce bain moussant senteur vanille-fraise. N’oublions pas qu’une grande partie des Américains n’ont pas la Sécu et qu’il faut bien leur trouver un autre moyen de se procurer des anti-dépresseurs... Je pense que Kitsis et Horowitz doivent croire au Père Noël, ou à qui que ce soit qui apporte les cadeaux pendant Hannuka. Normal : on leur a bien commandé 7 saisons de l’inepte Once Upon a Time, de quoi approvisionner toutes les chaînes du monde avec de la daube jusqu’à la fin du 21ème siècle ! Il est donc probable qu’Amazing Stories sera reconduite pour une saison 2. Et je regarderai chaque épisode de cette nouvelle saison, d’abord parce que c’est quand même plutôt bien fait dans le registre ’baume pour l’âme’, et surtout dans l’espoir qu’ils arriveront peut-être à me surprendre...


EPISODE

- Episode : 1.05
- Titre : The Rift
- Date de première diffusion : 3 avril 2020 (Apple TV+)
- Réalisateur : Mark Mylod
- Scénaristes : Don Handfield, Richard Rayner

BANDE ANNONCE - EXTRAITS





Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


Defending Jacob : Review des trois premiers épisodes
Home Before Dark : Review saison 1
Amazing Stories : Review 1.05 The Rift
Amazing Stories : Review 1.04 Signs of Life
The Banker : La review du film Apple TV+
Wonder Woman 1984 : Lasso Psychédélique
The 100 : Pourquoi la septième saison est-elle la dernière ? (...)
I Know This Much Is True : Review 1.03 Episode Three
Control Z : Review de la saison 1
Suicide Squad : Verra-t-on aussi le Ayer Cut sur HBO Max (...)
2040 [VOD] : La critique
Good Bad & Undead : Peter Dinklage et Jason Momoa se lancent (...)
Harry Potter Miniatures Adventure : Enfin en français (...)
Disney+ - Bandes annonces : 25 mai 2020
Snowpiercer : Review 1.02 On se tient prêts