378 connectés

Ozark : Review de la saison 3

Date : 26 / 03 / 2020 à 13h45
Sources :

Unification


Après s’être focalisée sur la délinquance en col blanc et les caractéristiques des familles dysfonctionnelles, la série Ozark concentre sa saison 3 autour de son postulat central : le pacte faustien.

Précisément, cette saison 3 apporte une réponse singulière et intéressante à la problématique faustienne qui consiste à trouver une échappatoire à la damnation malgré le pacte signé avec le diable. Elle consiste aussi à montrer que le diable est multi face, polymorphe et se glisse dans toutes les identités pour mieux semer la mort le plus efficacement possible. Et cela amène des situations rocambolesques et dramatiques allant irrémédiablement à rebours de la logique nécessaire à la discrétion qu’imposerait l’activité des Byrde. Et curieusement, la série y dévoile une de ses qualités majeures dans la mesure où tout ce qui ne devrait pas fonctionner ensemble dans une histoire, fonctionne ici à merveille.

En ce sens, Ozark partage avec Breaking Bad ce charme captivant des séries où se mêlent à une intrigue sombre et cruelle, une touche d’absurde à la fois triste et comique inhérente aux comportements humains imprédictibles.

L’intrigue tient en haleine, car les éléments déclencheurs sont profondément humains. En un sens, dans une entreprise où toute la machinerie est bien huilée et les engrenages parfaitement emboîtées, seul l’humain est la variable capable de tout gripper. Autrement dit, Ozark est une ode à, l’art très humain de se compliquer, voire se saborder sa vie.

Ozark ne met pas en scène des loosers magnifiques, mais des pathétiques gagnants qui s’évertuent à saborder leur magnifique entreprise de manière plus ou moins consciente à l’instar des favoris aux élections présidentielles qui sabordent leur candidature à coup de scandales sexuels.

En un sens, Ozark démontre d’un côté, les mécanismes de résistances de l’inconscient face à des situations issues de choix pris en âmes et consciences. D’un autre côté, la série évoque aussi l’idée que l’esprit humain s’accommode de toutes les situations à condition qu’on lui accorde une période d’acclimatation et d’ajustement cognitif.

Il manque beaucoup à Ozark pour se hisser au niveau de Breaking Bad. Néanmoins, la série possède ce qui manquait à Breaking Bad : des personnages féminins réguliers, puissants, passionnants, magnétiques comme Wendy, Ruth, Helen ou Darlene. À ce niveau, la série témoigne d’une industrie audiovisuelle qui change et évolue vers le bon sens, car ces quatre personnages sont classiquement masculins :

  • L’ambitieuse entrepreneuse - escroc sans vergogne – Wendy Byrde (Laura Linney) ;
  • La fille adoptive successeuse idéale et souffre-douleur – Ruth Langmore (Julia Garner) ;
  • L’avocate véreux à l’allure serpentine – Helen Pierce (Janet McTeer) ;
  • La paysanne faussement naïve et douce – Darlene Snell (Lisa Emery).

Côté masculin, les acteurs livrent une prestation de haute volée, bien que leur traitement soit inégal.

Jason Bateman campe un Marty Byrde qui a très peu évolué depuis la 1ère saison. Malgré les épreuves, Marty garde sa carapace d’expert-comptable ou business angel détaché et psychorigide à la voix moite et monocorde. Sans oublier, la performance de Tom Pelphrey qui apporte le supplément d’âme, la conscience da la série avec sa fragilité, sa spontanéité, son incandescence.

S’il est difficile de se prononcer sur la prestation des plus jeunes acteurs, au regard du petit rôle qu’on leur attribue, ils restent un élément moteur de l’intrigue général de la série. D’aucuns diront qu’ils constituent l’avenir même de celui-ci.

En dépit des situations improbables qui s’enchaînent et l’immoralité du propos, la série parvient à captiver à tenir férocement en haleine de bout en bout. Simplement, parce qu’au moyen d’une écriture efficace et des personnages engageants, la série présente cette dose d’imprévisible, d’humanité qui fait oublier la déconnexion avec le réel pour ériger une réalité fictionnelle qui fonctionne.


EPISODE

- Episodes : 3.01 à 3.10
- Titres : TBA
- Date de première diffusion : 27 mars 2020 (Netflix)
- Réalisateurs : TBA
- Scénaristes : TBA
- Avec : Jason Bateman, Laura Linney, Sofia Hublitz, Skylar Gaertner, Julia Garner

BANDE ANNONCE - EXTRAITS



Les films sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les films, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits



 Charte des commentaires 


Cook Off : La review du film Netflix
Parcours sans faute : La review du film Netflix
Intuition : La review du film Netflix
Dorohedoro : Review de la saison 1
Snowpiercer : Review 1.03 L’accès est la liberté
Agents of S.H.I.E.L.D. : La clôture d’un chapitre du MCU (...)
I May Destroy You : Review de la mini-série
The 100 : Review épisode 7.03 False Gods
True Story : La bande annonce de la série Prime Video
Avengers - L’Ascension de Thanos : La critique des jeux (...)
VOD DVD - Bandes Annonces : 6 juin 2020
Agents of S.H.I.E.L.D. : Review 7.02 Know Your Onions
Mission Impossible 7 & 8 : Reprise de la production en (...)
Cook Off : La review du film Netflix
Cobra Kai : La série Karaté Kid pour Netflix ou Hulu (...)