455 connectés

The English Game : Review de la saison 1

Date : 02 / 04 / 2020 à 11h00
Sources :

Unification


The English Game est une très bonne mini-série anglaise qui revient sur les origines du football et la façon dont le professionnalisme y a émergé.

Le scénario se déroule aux alentours des années 1880, en Angleterre où des gentlemen ont créés les premières règles d’un sport qui le siècle suivant va devenir international et se retrouver pratiqué par des milliards de personnes dans le monde entier.

L’histoire se focalise sur trois hommes marquants de ce début de sport, le noble Lord Kinnaird capitaine de l’équipe Old Etonians qui a remporté de nombreuses coupes de la ligue, et les ouvriers d’origine écossaise Jimmy Love et surtout Fergus Suter qui ont été parmi les premiers hommes jouant dans des équipes d’ouvriers ayant été payés pour pratiquer ce sport.

Le récit prend néanmoins des latitudes avec la réalité, entre autres en modifiant certains évènements historiques, revisitant la chronologie des faits et fusionnant les deux équipes de Blackburn en une seule au nom inventé. Ces choix permettent donc au récit de se dérouler sur l’équivalent de deux années, au lieu de quatre et de concentrer certains éléments marquants du football moderne, tels l’envahissement du terrain et les affrontements entre supporters opposés.

De plus, la vie personnelle des différents protagonistes est passée en revue, ce qui permet de se pencher d’une autre façon sur la lutte des classes se déroulant à la fin du XIXe siècle en Angleterre. Le spectateur se retrouve donc projeté en pleine zone ouvrière et il découvre la façon de vivre des hommes et des femmes qui faisaient tourner les fabriques pour des salaires parfois indignes.

Les Anglais sont des grands spécialistes de reconstitution historique et cette mini-série en est la digne représentante. Les costumes et les décors sont extrêmement soignés et on a vraiment l’impression de se replonger un siècle et demi en arrière. La tenue et d’ailleurs quelque chose d’important, les maillots des joueurs, les habits des nantis et celles de ceux qui survivent au jour le jour sont aussi extrêmement représentatives de la population victorienne et montrent que malgré tout, l’habit fait aussi le moine de temps en temps.

Le casting est très bien trouvé. Kevin Guthrie est très intéressant en joueur passionné par son sport et acceptant de se faire acheter. James Harkness est sympathique en meilleur ami aimant tout autant ce sport. Edward Holcroft est formidable en Lord féru de football qui essaye de changer la société à travers ce jeu. Niamh Walsh est intéressante en mère célibataire se battant pour son enfant. Charlotte Hope est très juste dans celui d’une lady découvrant les causes sociales. Et Craig Parkinson est vraiment très bon en propriétaire d’une usine voulant gagner la coupe. Tous les comédiens, même les plus petits rôles, sont bien joués et participent pleinement à la crédibilité des événements qui se déroulent devant nos yeux.

La réalisation de Tim Fywell et de Birgitte Stærmose, qui s’appuie sur une photographie fort bien travaillé, et bien sympathique. Elle trouve le juste équilibre entre les rebondissements liés au sport et la vie personnelle des différents protagonistes. On ne voit pas beaucoup d’extraits de match de foot, mais il faut avouer que le jeu à l’époque est très éloigné de ce que l’on peut voir aujourd’hui dans les stades. C’est d’ailleurs la pratique des passes mis en place par les premiers joueurs professionnels qui a permis l’essor un sport qui au début a beaucoup d’affinités avec le rugby.

The English Game est une très bonne mini-série qui bénéficie d’une réalisation efficace, de très bons acteurs, d’une histoire passionnante et d’un soin extrême porté aux décors et aux costumes. Elle permet aussi de se replonger, en faisant quelques entorses à la réalité, aux origines du football qui est devenu depuis le sport le plus pratiqué au monde. On y découvre ainsi un jeu collectif qui attire un public de plus en plus nombreux, ainsi que les origines de ce que l’on voit aujourd’hui : les achats de joueurs, qui préfèrent parfois l’argent au club, les prémices de l’hooliganisme et la monétisation croissante d’une passion attirant des spectateurs.

Sympathique et intéressant.

ÉPISODE

- Episode : 1.01 à 1.06
- Date de première diffusion : 20 mars 2020 (Netflix)
- Créateur : Julian Fellowes, Tony Charles, Oliver Cotton
- Réalisateur : Tim Fywell, Birgitte Stærmose
- Scénariste : Gabbie Asher, Richard Barber, Geoff Bussetil, Tony Charles, Edward Charlton, Oliver Cotton, Julian Fellowes, Sam Hoare, Ben Vanstone
- Avec : Edward Holcroft, Kevin Guthrie, Charlotte Hope, Craig Parkinson, Niamh Walsh, James Harkness

RÉSUMÉ

Au 19e siècle, deux footballeurs de classes sociales différentes bravant les défis professionnels et personnels vont changer le sport, et l’Angleterre, à jamais.

BANDE ANNONCE



Les films sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les films, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits



 Charte des commentaires 


Control Z : Review de la saison 1
Snowpiercer : Review 1.02 On se tient prêts
The Lovebirds : La review du film Netflix
La Grande Illusion de Juanquini : Review de la saison 1 de la (...)
Snowpiercer : Review 1.01 D’abord, le temps changea
Wonder Woman 1984 : Lasso Psychédélique
The 100 : Pourquoi la septième saison est-elle la dernière ? (...)
I Know This Much Is True : Review 1.03 Episode Three
Control Z : Review de la saison 1
Suicide Squad : Verra-t-on aussi le Ayer Cut sur HBO Max (...)
2040 [VOD] : La critique
Good Bad & Undead : Peter Dinklage et Jason Momoa se lancent (...)
Harry Potter Miniatures Adventure : Enfin en français (...)
Disney+ - Bandes annonces : 25 mai 2020
Snowpiercer : Review 1.02 On se tient prêts