607 connectés

L’Affaire Pasolini : La critique

Date : 14 / 08 / 2019 à 09h30
Sources :

Unification


L’affaire Pasolini est un bon film revenant sur l’année 75 qui a été terrible pour le réalisateur italien Pier Paolo Pasolini et dont les évènements qui se sont produits se sont toujours pas complètement éclaircit.

Le scénario du réalisateur David Grieco et de Guido Bulla propose une hypothèse plausible sur ce qui est arrivé au réalisateur, en butte à la fois aux critiques concernant son dernier film Salò ou les 120 journées de Sodome et à sa rédaction d’un roman portant sur un individu de pouvoir plus que trouble, Eugenio Cefis.

Le film suit principalement Pasolini dans ses occupations, évitant de tomber dans le bien-pensant et dressant le portrait d’un homme entier, homosexuel dans un pays peu tolérant et communiste, alors que l’Italie est en pleine crise politique. D’autres personnages sont mis en avant, nécessitant une certaine attention pour relier tous ces protagonistes. Néanmoins, l’intrigue est de plus en plus facile à suivre, une fois que l’on a une vision claire des divers intervenants en place. Le réalisateur fait aussi des choix scéniques audacieux qu’il faut saluer.

La reconstitution des années 70 en Italie est bien faite. La belle voiture de Pasolini, qui lui faisait des envieux, paraît flambant neuve. Le travail sur les décors de Carmelo Agate et celui sur les costumes de Nicoletta Taranta apportent un verni de vraisemblance à l’histoire d’un réalisateur qui a défrayé la chronique.

De plus, la belle photographie de Fabio Zamarion sait assombrir les évènements lorsqu’ils le doivent, tout en apportant une belle luminosité à d’autres passages.

À travers l’histoire du réalisateur, le spectateur se retrouve projeté dans la période trouble de la fin du vingtième siècle, lorsque le Parti communiste italien monte en puissance et que les relents fascistes ne se dissipent pas complètement. Une période tourmentée, propice à la montée en puissance d’individus pas toujours recommandables. Et dans laquelle manipulation et mensonge étaient utilisés pour pervertir la vérité.

C’est d’ailleurs à sa recherche que Pasolini est lancé, malgré les avertissements que certains lui prodiguent. Le long métrage réussit à montrer cette imbrication de volontés divergentes et les conflits que les différents acteurs : politiques, policiers, petit criminels...ont entre eux.

Les comédiens sont très bons. L’acteur incarnant le rôle-titre, Massimo Ranieri, retransmet fort bien l’ambiguïté d’un homme génial, réalisateur et auteur, ayant une vision claire de ce qui se passe et se croyant à l’abri d’un coup du sort grâce à sa célébrité. Libero De Rienzo est très intéressant en jeune gigolo ayant des fréquentations peu recommandables.

L’affaire Pasolini propose une vision intéressante d’une année marquante dans la vie d’un homme qui a réalisé et écrit des classiques cinématographiques et littéraires. Avec une histoire véridique conservant des zones d’ombre, auxquelles le réalisateur offre ses propres éclaircissements, un très bon acteur et une immersion réussie dans une époque passée, l’œuvre est intéressante et permet de se (re)pencher sur le cas d’un homme sortant de l’ordinaire.

Passionnant et fascinant.

SYNOPSIS

Pendant l’été 1975, Pier Paolo Pasolini termine le montage de son dernier film, « Salò ou les 120 journées de Sodome ». Son œuvre suscite de fortes polémiques et provoque des débats par la radicalité des idées qu’il y exprime. Au mois d’août, le négatif original du film est dérobé et une rançon importante est exigée. Prêt à tout pour récupérer son film, Pasolini va se laisser enfermer dans une terrible machination qui le conduira à sa perte.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 53
- Titre original : La Macchinazione
- Date de sortie : 21/08/2019
- Réalisateur : David Grieco
- Scénariste : David Grieco, Guido Bulla
- Interprètes : Massimo Ranieri, Libero De Rienzo, Matteo Taranto, François-Xavier Demaison, Milena Vukotic, Roberto Citran, Alessandro Sardelli
- Photographie : Fabio Zamarion
- Montage : Francesco Bilotti
- Musique : Pink Floyd
- Costumes : Nicoletta Taranta
- Décors : Carmelo Agate
- Producteur : Vincent Brançon, Alice Buttafava, Dominique Desforges, Lionel Guedj, Marina Alessandra Marzotto pour Propagande Italia
- Distributeur : 2iFILMS

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

L'Affaire Pasolini



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Good Boys : La critique
Scary Stories : La critique
Ma famille et le loup : La critique
Le Déserteur : La critique
Late Night : La critique
Joker : Le rire du Prince du Crime expliqué par Joaquin (...)
Krypton : Syfy annule la série et son spin-off Lobo
Good Boys : La critique
Fast & Furious 9 : Le film recrute un Ultimate Fighter de (...)
The Nevers : La série de Joss Whedon accueille 6 nouveaux (...)
Penny Dreadful - City of Angels : Piper Perabo rejoint la (...)
Good Morning, Midnight : Kyle Chandler rejoint Felicity Jones et (...)
Hawaii Five-0 : Katrina Law débarque sous le soleil
404 éditions : les party-games de l’été
Cinéma - Bandes Annonces : 19 août 2019