Star Trek Sans Limites : La critique

Date : 26 / 07 / 2016 à 17h00
Sources :

Unification


Sept ans après l’avènement d’une toute nouvelle timeline made in J.J. Abrams, la franchise fête ses cinquante printemps avec le film Star Trek Sans Limites. Et elle revient de loin cette saga. Proche de l’épuisement après des décades d’exploitation à outrance par Paramount, il faut reconnaître à Abrams d’avoir amené à Star Trek un tout nouveau public en lui donnant un coup de jeune salvateur. Dans le même temps, il a fâché tout rouge une grande partie du public initial en ne prenant pas en compte ce qui faisait la différence entre le monde imaginé par Gene Roddenberry et les autres œuvres de science-fiction.

Crevons l’abcès tout de suite, Star Trek Sans Limites est sans aucun doute le plus Trek des 3 films de l’ère Abrams et il n’y a pas photo. Je laisse le soin à notre ami Yves dans un prochain article d’analyser plus en profondeur le film, mais d’une manière globale, le trekkies historique, que je suis, n’a quasiment jamais été gêné par les tenants et aboutissants du film. Le coté philosophico-utopiste si particulier de la saga est présent, peut-être pas en quantités astronomiques, mais beaucoup de personnages, à un moment ou un autre, sont placés devant une problématique à laquelle ils doivent répondre. Ce ne sont pas juste des scènes d’actions qui se succèdent sans discontinuer.

Après la première bande annonce, j’avais très peur d’un syndrome Fast & Furious de la part du réalisateur Justin Lin. Grave erreur de ma part, sa mise en scène est superbe. Elle laisse se déployer le spectaculaire quand il faut et donne du temps à la réflexion, voire quelques moments de contemplation, quand c’est nécessaire. L’action est très lisible, une très bonne chose pour maximiser les effets d’une 3D de très bonne facture. On en vient à souhaiter ardemment la reconduite du réalisateur à la tête du quatrième film.

Satisfecit également sur le scénario de Simon Pegg et Doung Jung, l’histoire est prenante et sans temps morts. Autant sur les deux Abrams, j’avais été gêné par la présence de scènes ultra-WTF-spectaculaires et inutiles dans le développement de l’histoire, autant ici chaque scène se justifie dans la progression du scénario. Star Trek Sans Limites est souvent drôle (merci Simon Pegg) mais sans que cela ne vienne perturber le rythme du film.

À noter que les scénaristes ont été très généreux envers les acteurs secondaires qui ont, enfin, des choses à jouer malgré un petit bémol pour le regretté Anton Yelchin. Mais ce qui m’a fait le plus plaisir, c’est la prise en compte, ENFIN, de la relation à trois si particulière qui lie Kirk, Spock et Bones. Karl Urban, en conséquence, triple son temps de présence à l’écran et hérite des meilleures répliques du film. Zachary Quinto continue d’interpréter un Spock qui laisse plus de place à la moitié humaine du personnage. Cela en énervera certains, mais cela reste logique avec les options prises sur les modifications de cette timeline. Chris Pine y interprète un Kirk plus adulte et responsable. C’est la première fois que je retrouve la sensation d’équipage/famille que j’avais tant aimé dans la série originale.

Je suis plus dubitatif avec le méchant Krall (Idris Elba). Si la nature profonde du personnage pourra surprendre, il reste que, jusqu’à la dernière demi-heure, Elba interprète un personnage uniquement caricatural et déjà vu. Quant à Jaylah (Sofia Boutella), si le personnage est très sympathique, je l’imaginais, au vu des bandes annonces, beaucoup plus complexe et dangereuse.

En attendant Star Trek Discovery, la nouvelle série télé qui sera diffusée en 2017, Star Trek Sans Limites est définitivement un film digne des cinquante ans de la saga. Et c’est une très bonne nouvelle !


SYNOPSIS

Une aventure toujours plus épique de l’USS Enterprise et de son audacieux équipage. L’équipe explore les confins inexplorés de l’espace, faisant face chacun, comme la Fédération toute entière, à une nouvelle menace.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 2 h 03
- Titre original : Star Trek Beyond
- Date de sortie : 17/08/2016
- Réalisateur : Justin Lin
- Scénariste : Simon Pegg et Doug Jung
- Interprètes : Chris Pine, Zachary Quinto, Simon Pegg, Sofia Boutella, Idris Elba, Anton Yelchin, Zoe Saldana, Karl Urban, Lydia Wilson et John Cho
- Photographie : Stephen F. Windon
- Montage : Greg D’Auria, Dylan Highsmith, Kelly Matsumoto et Steven Sprung
- Musique : Michael Giacchino
- Costumes : Sanja Milkovic Hays
- Décors : Thomas E. Sanders et Lin MacDonald
- Producteur : J.J. Abrams, Bryan Burk, Roberto Orci et Lindsey Weber pour
Paramount Pictures, Skydance Productions et Bad Robot

- Distributeur : Paramount Pictures France

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Star Trek Sans Limites Critique





 Charte des commentaires 


Star Trek Strange New Worlds : Critique 1.08 The Elysian (...)
Star Trek Strange New Worlds : Critique 1.07 The Serene (...)
Star Trek Strange New Worlds : Critique 1.06 Lift Us Where (...)
Star Trek Strange New Worlds : Critique 1.05 Spock Amok
Star Trek Strange New Worlds : Critique 1.04 Memento (...)
The Boys : Critique 3.07 La Chandelle Qui Eclaire La Chambre A (...)
Thor - Love and Thunder : Lena Headey devait en être, mais (...)
God’s Favorite Idiot : Critique de la saison 1
James Bond : Un personnage en cours de réinvention
Hunger Games - The Ballad Of Songbirds and Snakes : La (...)
Harbinger : Paul Downs Colaizzo pour remplacer Wes Ball
La carte dont vous êtes le héros : La Nuit du Loup de (...)
VOD DVD - Bandes Annonces : 2 juillet 2022
Star Wars - Obi-Wan Kenobi : Lucasfilm voulait d’abord en (...)
Miss Marvel : Critique 1.04 Retour aux sources