91 connectés

Amityville : Reynolds y a cru (où l’on se demande si certains acteurs ne feraient pas mieux d’apprendre à parler avant de jouer la comédie)

Date : 09 / 04 / 2005 à 00h00


Ryan Reynolds (Blade : Trinity), qui tient le rôle de George Lutz dans le dernier remake d’Amityville, a expliqué qu’il voulait jouer de façon crédible la chute progressive de son personnage dans la folie. “C’est la chose la plus difficile que j’ai jamais eue à faire dans un film”, dit Reynolds. “Vous devez suivre ça de près. C’est une question de petits ajustements d’une scène à l’autre. Lorsqu’on passe d’un George Lutz de zone B à zone X en une journée - on joue deux scènes de ce type - c’est plus facile que d’aller de B à F en un jour. Alors vous devez vraiment essayer de trouver ces moments là”. (si vous savez à quoi il fait référence, vous gagnez une tringle à rideaux... il y a des fois où je me demande si les acteurs ont vraiment quelque chose à dire où s’ils improvisent au dernier moment, histoire de pas rester sans voix devant les journalistes...)


Dans l’une des scènes les plus difficiles pour Reynolds, son personnage retrouve son calme après un accès de rage et de violence contre sa femme, Kathy (Melissa George) et ses enfants. “C’est l’une des scènes les plus difficiles que j’ai jouées, juste parce qu’il y a beaucoup de choses qui se passent, et que c’est très difficile de trouver la bonne température”, dit Reynolds. “C’est une scène dans laquelle je viens en gros de démolir les enfants de ma femme ... Il y a un moment dans le film ou George abandonne son identité de père - de nouveau père, de beau-père - et commence à faire référence aux enfants comme étant ceux de sa femme. "Tes enfants, ton gosse". C’est dans un de ces moments que George revient. Il y a ces moments où vous appuyez sur l’accélérateur, et puis vous ralentissez un peu, et vous devez ramener Kathy. Vous ne pouvez pas la laisser complètement déconcertée ou effrayée ou horrifiée par George. Donc il passe son temps à la ramener”.


Reynolds dit que les personnages de la nouvelle version ont des motivations plus réalistes que ceux du film original de 1979, où le public s’était demandé pourquoi la famille persistait à rester dans la maison longtemps après avoir réalisé qu’elle était hantée. “Ca n’avait vraiment aucun sens dans le premier film, mais dans celui-ci, ça en a. L’intrigue se développe au fur et à mesure du film, des choses étranges commencent à arriver, et une réelle rédemption se produit, ou quelque chose qui est juste suffisant pour qu’ils restent là. Et moi j’y ai cru... Et il y a aussi d’autres facteurs. Ces gens croulent sous les emprunts immobiliers. Ils ont cette maison. C’est la maison de leurs rêves qu’ils ont eu pour un quart du prix du marché. Ils savaient en s’installant ce qui s’était passé dans la maison, mais ils l’ont accepté et ont décidé que ça marcherait, quoi qu’il arrive. Donc je comprends qu’ils y soient restés. Par contre je n’y croirais plus s’ils étaient restés plus longtemps que ça. Ca s’est passé en juste 28 jours, vous voyez. Lorsqu’ils partent, c’est logique. Dans cette version, il est logique qu’ils partent quand ils partent”.

The Amityville Horror sort en salles aux USA le 15 avril.


Amityville est Copyright © Hannibal Pictures Tous droits réservés. Amityville, ses personnages et photos de production sont la propriété de Hannibal Pictures.



 Charte des commentaires 


The Amityville Legacy 3D : Amityville, le retour
Amityville : Encore un remake ?
Amityville : Reynolds y a cru (où l’on se demande si (...)
A Star Wars Story : Les futurs films spinoffs suspendus chez (...)
Ant-Man et la Guêpe : Direction dimension quantique
The Handmaid’s Tale - La Servante écarlate : Review 2.10 (...)
Parvana : La critique
Trailers voDvd & co : 23 juin 2018
Pulsar 2849 : La critique du jeu de plateau
Fake News
Bandes Annonces & Co : 23 juin 2018
Avengers Infinity War : Les effets spéciaux dévoilés
Les Gardiens de la Galaxie 3 : James Gunn brouille les (...)