For All Mankind : Shantel VanSanten revient sur la trajectoire de Karen (SPOILERS)

Date : 19 / 08 / 2022 à 12h30
Sources :

Collider


Spoiler Alert ! Chers lecteurs, si vous n’avez pas encore vu l’incroyable final de la saison 3 de For All Mankind, n’allez pas plus loin, Vous aurez été prévenus...

Dans l’épisode Perdu en terre inconnue, le monde de For All Mankind est une fois de plus bouleversé à la fin d’une saison. Un nouvel élément est ajouté au groupe sur Mars sous la forme d’un astronaute nord-coréen (C.S. Lee) (qui était en fait le premier homme sur la Planète Rouge), Danny (Casey W. Johnson) révèle à Ed (Joel Kinnaman) qu’il était responsable de l’accident de la foreuse, Kelly (Cynthy Wu) est larguée dans l’espace pour qu’elle puisse donner naissance à son bébé, et une tragédie survient au Centre Spatial Johnson de la NASA.

Nos amis de Collider ont parlé avec Shantel VanSanten de l’attaque dévastatrice du centre spatial qui a conduit à la mort de sa Karen Baldwin. Alors que la série n’a jamais hésité à tuer des personnages principaux, cette mort frappe particulièrement fort après avoir vu Karen se hisser au sommet de la réussite. À la fin de la saison, elle était non seulement un femme d’affaires prospère, mais aussi la PDG de l’entreprise Helios. VanSanten parle ici du parcours de Karen, de la façon dont elle a prédit la mort de son personnage, de l’histoire de Karen entre les saisons, de son amitié avec Wayne (Lenny Jacobson), et du passage du témoin à la distribution.

C’est génial de parler avec vous, surtout après avoir regardé cette saison. J’ai l’impression d’être passée par des montagnes russes d’émotions !

Plus que n’importe quelle autre saison ?

Oui, surtout pour votre personnage ! C’était un moment dévastateur. Mais tout d’abord, cette saison a été énorme pour Karen. Pour Karen, qui s’est élevée à une position d’autorité, qu’est-ce que cela a été pour vous de voyager avec elle - de l’époque où elle n’était que la femme de l’astronaute, en passant par une deuxième saison chaotique, jusqu’à ce que nous en soyons là ?

Oui. D’ailleurs, il faut avoir un peu de chaos pour évoluer. Vous savez, c’est toujours plus facile rétrospectivement, maintenant, de regarder le parcours de Karen. Quand j’étais dedans, j’étais dedans. Et j’essayais de comprendre, et de ne pas juger, et juste d’être présente avec ce qui était écrit. Je me souviens avoir commencé la série en me disant "Je suis tellement jalouse", parce que dans la vraie vie, j’irais dans l’espace, je serais la première à signer sur la ligne pointillée : Au revoir, j’aime tout le monde, mais je m’en vais et honnêtement, je n’y réfléchirais pas à deux fois. Et j’étais tellement jalouse de toutes les autres filles qu’elles pouvaient être ces femmes dures à cuire qui redéfinissaient le féminisme, se levaient et changeaient l’histoire.

J’étais une Karen avant qu’on sache ce qu’était une Karen - coincée. À la fin de la saison, j’ai compris qu’il fallait avoir quelqu’un comme Karen pour montrer le progrès. J’ai aussi commencé à comprendre d’où venait sa résistance au changement. Elle venait de la peur et je comprends que c’est l’expérience humaine. Nous sommes tous terrifiés par le changement, et pourtant, à part la mort, c’est la seule fatalité de la vie. Et donc j’ai commencé à l’aimer, parce que j’ai commencé à la comprendre, et je voulais trouver de l’empathie. Puis nous sommes entrés dans la deuxième saison, et j’ai observé l’évolution de la jeune femme qui devenait un peu plus sa propre femme, qui se mettait en avant, et qui se trouvait un peu plus elle-même parce qu’elle était inspirée par ces femmes et par le monde qui changeait. Le bar n’était qu’une extension, dans mon esprit, de la façon dont elle prenait soin de ce qui se trouvait dans sa maison à une plus grande échelle. Elle a été capable de trouver l’étincelle de l’intérêt commercial.

Puis ce choix de [coucher avec] Danny [Casey W. Johnson] s’est produit et, en discutant avec les gens, j’ai constaté que c’est très polarisant, mais c’est aussi simplement humain. Cela ne veut pas dire que je l’excuse, ni que je n’ai pas mes propres sentiments à ce sujet. Mais je ne voulais pas non plus avoir mes propres sentiments, car cela fait partie de son histoire. Ce n’était pas à moi de juger, c’était à moi d’être présente et de comprendre le pourquoi, le comment, le fonctionnement interne, et d’être honnête et sincère.

Cette saison, évidemment, nous voyons enfin ce fonctionnement interne dans la conversation entre Karen et Jimmy [David Chandler]. C’est le catalyseur qui a lui permis de dire enfin sa vérité, qui était beaucoup plus grise que noire ou blanche. C’est beaucoup plus confus, et c’était vraiment difficile d’aimer Ed [Joel Kinnaman]. Cette saison, l’une de mes scènes préférées est celle où ils sont assis dans la cuisine et où il y a encore tant d’amour. Il y en a des tonnes jusqu’à la fin, comme si cela ne disparaissait pas à cause des erreurs ou parce qu’ils ne sont pas mariés. C’est compliqué, humain et beau. Je félicite vraiment nos scénaristes de repousser les limites des choses qui sont inconfortables à voir, à entendre, à parler, à agir et à faire. Parce que c’est en quelque sorte l’expérience humaine.

À partir de la saison 3, nous voyons une femme qui est enfin à un endroit, je crois, où elle a toujours voulu être, mais qu’elle a sacrifié pour d’autres personnes. Et même si c’était beau, ce n’était pas sa vérité qu’elle vivait, et maintenant, elle y est enfin. Et même dans cette vérité, elle est constamment remise en question. Jusqu’à ce que vienne ce jour que nous redoutons tous, et que nous ne savons jamais. Et c’était déchirant. J’aurais aimé voir ce que Karen aurait pu faire de plus de sa vie. Mais n’est-ce pas ce que fait toujours la mort ? Elle nous fait nous demander comment nous aurions vécu et ce qui aurait été possible. En fin de compte, notre série parle de la perte.

Il s’agit de progrès à cause de la perte. Et nous savons tous, en regardant cette série, que tout le monde va mourir parce qu’on saute en avant, et nous savions, en signant, que nous finirions par mourir. Ça ne rend pas les choses plus faciles. J’ai passé la dernière partie de l’année dernière à pleurer la perte d’un ami dans mon esprit. Et de Karen. Et la perte de l’histoire et de mes amitiés dans la série. C’est difficile, mais cela m’a aussi apporté une immense gratitude pour les leçons que j’ai apprises, les histoires que j’ai pu raconter et la famille que j’ai créée dans cette série.

Oui, je veux dire, Karen est l’une de mes personnages préférés en raison de sa complexité. Vous ne savez jamais ce que vous allez obtenir avec elle, mais ça a toujours un sens. Mais en parlant de ce final et de la mort de Karen - et je sanglotais à la fin de celui-ci, parce qu’elle avait atteint un sommet dans sa vie - avez-vous été prévenue de la sa mort ? Le saviez-vous ou l’avez-vous découvert au moment où on vous a remis le scénario ?

Absolument pas. Je ne cesserai jamais de chanter les louanges de mes patrons, pas seulement pour le travail extraordinaire qu’ils m’ont permis de faire, mais aussi parce qu’ils sont très respectueux, Matt [Wolpert] et Ben [Nedivi]. Je leur ai curieusement envoyé un e-mail, dans l’épisode 7 - j’ai eu un sentiment très étrange, comme d’habitude. C’est juste qui et ce que je suis. J’ai des instincts vraiment bizarres, et le jour où je leur ai envoyé un mail en leur disant : "Hé, on devrait discuter du reste de la saison ?" Et je n’en avais aucune idée. Aucune idée. Et j’ai reçu un e-mail le lendemain de Ben, et il était comme, "Comment avez-vous su ?" Il a dit, "On devrait parler. Viens au bureau", ce qui est habituellement comme, "Oh, mon Dieu, le bureau du principal. J’ai des ennuis ?"

Je lui ai juste répondu et j’ai dit, "Je suis en train de mourir, n’est-ce pas ?" Et il m’a dit, "Eh bien, parlons-en." Et j’ai dit, "C’est bon, on peut parler. Mais je veux juste savoir." Et il a dit, "Oui, mais je veux que vous sachiez, c’était si difficile. Et c’est tellement étrange, parce que nous étions dans la salle des auteurs, et nous avons pris la décision et publié l’histoire le jour où tu as envoyé ton e-mail." Je veux dire, Joel se moquera de moi pour toujours parce qu’il y a quelque chose dans l’âme de Karen, qui a commencé comme ma grand-mère, et elle était et est ma grand-mère. Ma grand-mère a perdu un de ses fils à 14 ans, il y a tellement d’histoires là-dedans. Et elle a évolué vers ma mère et certaines de ses histoires, et à la fin, certaines de mes histoires. C’est si personnel, et c’est si difficile de ne pas s’y perdre.

Et Joel se moque de moi pour ça, et ce n’est pas grave parce que j’aime et j’aimerai toujours ce personnage. Et si souvent, je ne trouve pas que les acteurs parlent du chagrin qui vient de la fin des séries télévisées et de la fin de quatre ans de quelque chose que j’ai aimé. Je n’ai pas regardé le final, pour être honnête, je ne veux pas le faire parce que cela signifie que je suis partie. Aujourd’hui, j’ai envoyé des notes vocales [à l’un des acteurs] pendant qu’ils préparaient la saison 4, et ils m’ont dit : "Tu es toujours là". Et j’étais comme, "Je sais. Je sais que je suis là." Je ne veux pas penser que je suis morte. Je veux juste penser que je suis là. Je suis comme un petit ange gardien. Je suis toujours là.

Tout l’amour, les histoires et les souvenirs que nous avons sont encore transmis dans nos amitiés et dans le travail que nous avons pu faire ensemble. J’aimerais pouvoir dire que tout va bien, que je vais bien et que la vie continue. Mais celle-ci a été difficile. C’était vraiment dur et ce sera vraiment dur de s’en séparer. Je ne sais pas si j’aurai un jour la chance d’avoir un autre emploi qui ressemble à l’âme soeur, ce que j’ai ressenti, et je suis d’accord si je ne l’ai jamais. C’est la chose que j’ai le plus aimée, parce que j’ai beaucoup appris. J’ai été mis au défi au-delà de la croyance. Et je me suis fait des amis dans le casting et à Karen pour la vie.

C’est incroyable. J’ai parlé avec Cynthy Wu [qui joue Kelly Baldwin] de la préparation de son personnage et de l’espace entre les sauts temporels. Elle me disait que vous aviez eu l’idée que Karen et Kelly fassent un roadtrip mère-fille après le divorce, et j’aurais adoré voir ça. Y a-t-il d’autres scénarios que vous avez imaginés dans votre tête et qui se sont déroulés pendant ces années intermédiaires ? Des scénarios que vous auriez aimé avoir la chance d’explorer ?

Je ne pense pas que je pourrais vous les raconter tous, parce que j’ai un journal entier. J’ai un journal que j’ai tenu entre chaque saison et c’est là le problème. Voilà ce que les gens ne comprennent pas. Je ne passe pas seulement 10 épisodes et 7 mois à tourner avec Karen. J’ai passé quatre ans à vivre dans la peau de Karen, à rassembler plus de 30 ans de souvenirs et d’histoires, j’ai littéralement un journal dont je pense que peut-être un jour quelqu’un s’intéressera à elle. Et dans ce journal, il y a le moment où elle a commencé sa ménopause, les voyages qu’elle a faits toute seule, les chansons qu’elle écoutait en rentrant chez elle après avoir signé les papiers du divorce, chaque saut dans le temps, il y a probablement des centaines de pages pour chaque tranche de 10 ans, de faux souvenirs que j’inventais entre les deux, qui comblaient les lacunes et permettaient d’avoir une impression de nuance et une histoire que nous n’avons jamais vue.

Mais c’est arrivé. Je pense que Ed et Karen ont finalement fait la lune de miel qu’ils n’ont jamais pu faire entre la saison 2 et 3. Je pense à beaucoup de choses. Et dans mon esprit, elles sont déjà arrivées. Donc, je dis toujours que j’aurais aimé voir le road trip mère-fille. Mais Wayne [Lenny Jacobson] et moi avons vécu de nombreuses aventures et je le sais. Et puis, dans mon esprit, moi et Lenny avons imaginé de nombreux scénarios amusants sur ce qu’ils ont fait ensemble. Comme, "Ok, nous sommes allés faire de l’ayahuasca, c’est sûr." C’est quelqu’un qui l’a vraiment poussée à repousser les limites de ce qui lui convenait, à se trouver dans cette amitié. C’est une partie tellement importante de son histoire que je voudrais explorer à jamais, simplement parce qu’ils sont tellement opposés.

Il y a tellement de choses que j’aurais aimé voir pour Karen. Mais, vous savez, j’ai pu les vivre dans mon imagination, et j’ai pu leur donner vie et apporter des nuances aux scènes. Et donc, d’une certaine manière, ils ont existé, parce qu’ils étaient derrière chaque mot qu’elle disait.

Mon dieu, je veux dire, je signerais totalement pour une mini-série d’une émission de télévision sur Karen et Wayne. Un genre de truc HGTV où ils cuisinent dans un épisode, font du yoga dans un autre, parlent de la vie.

Oui ! Je veux dire que nous disons toujours qu’il avait un van VW, et qu’ils allaient simplement s’installer quelque part. Et j’ai adoré ce chapitre et cette amitié dans sa vie. J’aime que nous puissions en voir un peu cette saison. Notre série va si vite, mais on se souvient que c’est toujours là. Nos scénaristes font un très bon travail d’allusion à ces choses pour que les gens se souviennent que ça fait toujours partie de notre vie, même si on ne le voit pas à l’écran.

Oui, sans aucun doute. J’étais tellement excité de voir Wayne et Karen à nouveau ensemble.

C’était l’une de mes autres choses préférées quand je l’ai lu, et quand on a vu Karen rire. Je me souviens avoir pensé : "À quoi ressemble le rire de Karen ?" Parce qu’on n’a jamais l’occasion de l’entendre rire, comme si elle planait et riait aux éclats. Ce serait tellement amusant.

J’aimerais vraiment passer un après-midi à faire des Bubble Shooters et à me défoncer avec Wayne et Karen !

Dans mon esprit, d’ailleurs, sa vie s’est terminée - elle avait assez d’argent pour passer sur une chaîne de cuisine, et elle et Wayne cuisineraient les choses les plus ridicules avec de l’herbe dedans, parce que c’est maintenant légal, et c’est ce qu’ils ont fait.

J’aime ce futur pour elle. Merci beaucoup d’avoir parlé avec moi. Honnêtement, cette saison a été l’une des meilleures jusqu’à présent. J’ai tellement apprécié de la regarder et de suivre le voyage de Karen. Je suis dévasté que nous soyons à la fin.

Le fait est que j’ai le cœur et la foi en la personne à qui nous allons passer le relais. Sonya [Walger], qui joue Molly, et moi avons eu cette conversation. Elle est là, et nous pouvons la regarder grandir maintenant. Nous avons pu en faire partie. C’est comme si je n’étais pas sûr de savoir ce que ça fait d’avoir un enfant. Je ne saurais pas dire. Mais, tu sais, tu dois être là et aider à façonner et modeler et créer des souvenirs. Puis tu dois juste laisser aller. Je vais être comme vous, une pom-pom girl de la série pour autant de saisons qu’il y en aura, et la défendre à travers le temps et l’espace. Et je me sens chanceuse pour les chapitres dont j’ai pu faire partie.

Eh bien, c’était certainement certains des meilleurs chapitres. Donc, merci beaucoup.

Merci, et merci d’avoir regardé la série et dites à tout le monde de continuer à la regarder, parce que je serai là pour le faire.

Les 3 saisons de For All Mankind sont disponibles en streaming sur Apple TV+. La saison 4, selon les dires de VanSanten, serait en cours de production.


Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


For All Mankind : Tyner Rushing rejoint la saison 4
For All Mankind : Toby Kebbell pour la saison 4
For All Mankind : Daniel Stern obtient un billet en première (...)
For All Mankind : Shantel VanSanten revient sur la trajectoire de (...)
For All Mankind : Une frustration voulue par les showrunners (...)
Le Téléphone de M. Harrigan : La critique du film Netflix
Black Panther - Wakanda Forever : Ryan Coogler décortique sa (...)
Dune - The Sisterhood : Emily Watson & Shirley Henderson pour (...)
Agatha - Coven of Chaos : Emma Caulfield Ford de retour pour le (...)
MonsterVerse : Anders Holm pour la série Godzilla de (...)
The Cursed [DVD / Blu-Ray / VOD] : La critique
Licu, une histoire roumaine : La critique
Insaisissables 3 : Nouveau tour de passe-passe pour Ruben (...)
Emancipation : La bande annonce du film Apple TV+
Nosferatu : Bill Skarsgard & Lily-Rose Depp pour le remake de (...)