Star Trek : De Picard à Strange New Worlds pour Jonathan Frakes

Date : 08 / 04 / 2022 à 13h00
Sources :

Trek Movie


Jonathan Frakes, évidemment ancienne gloire de Star Trek - La Nouvelle Génération, évoque avec les gens de Trek Movie son travail de réalisateur sur l’épisode "Fly Me to the Moon" de la saison 2 de Picard, qui a fait revenir ses anciens collègues de TNG, John de Lancie et Brent Spiner, de l’apport de certaines vibrations de Premier Contact à la série, de ce qu’il a en tête pour Strange New Worlds, de son retour éventuel dans le rôle de Riker, et plus encore.

L’épisode 205 ressemble à un mélange de différents genres : action, thriller psychologique, film de casse et film d’horreur. Lesquels ont été vos préférés ?

J’étais ravi de jouer avec le genre du hold-up. C’est un peu Ocean’s Eleven que nous mettons en place dans la boîte de nuit. Mais je pense aussi que c’est un rappel de notre amie la Reine Borg et de la manière dont elle nous a été présentée dans Premier Contact et dont elle exerce le même type de contrôle. Et quand elle prend le contrôle de Jurati, c’est un rappel complet, à la fois visuel et psychologique, de ce qui s’est passé sur l’Enterprise dans Premier contact.

Vous pouvez vous voler à vous-même, non ?

Je pense que vous devriez. [rires] Si ça a marché la première fois ! Je n’avais pas vu l’effet visuel complet des doigts entrant dans le cou, qui est un hommage complet à cette assimilation dans le couloir de l’Enterprise dans Premier contact. C’est fou de retrouver Brent [Spiner] dans le rôle de Soong. Et [John] de Lancie, qui est mon némésis préféré dans l’histoire de Star Trek, dans le rôle de Q. Tout cela sans oublier l’étonnante et talentueuse Alison Pill. J’ai mon vieux copain, le bon Capitaine Picard [Sir Patrick Stewart]. Et cette nouvelle relation entre Raffi et Seven - leur rythme ensemble est spectaculaire, je pense. Et nous nous en voudrions de ne pas mentionner à quel point Santiago [Cabrera] est charmant et sexy. Les acteurs sont formidables et je pense que le public s’est rapproché de la série d’une manière à laquelle aucun d’entre nous ne s’attendait cette saison. Mais nous en sommes ravis.

J’ai parlé à Terry [Matalas] et Akiva [Goldsman], les showrunners de la série, de la façon dont cette saison a été conçue pour avoir un sentiment et un ton différents. Vous ont-ils parlé de cette approche de la réalisation différente de celle de la saison 1 ?

Ils ne m’ont pas parlé d’une mise en scène différente, mais ils m’ont parlé du ton et j’étais tout à fait d’accord avec eux. Ce qu’ils font avec cette saison et le fait de distribuer les mêmes acteurs dans ces rôles - comme Orla [Brady] et Isa [Briones] qui jouent deux rôles - je pense que c’est intelligent. L’idée de retourner sur Terre et de raconter cette histoire sur notre condition est un conte d’avertissement très approprié à Star Trek qui ferait sourire Roddenberry de quelque part, malgré sa détermination et sa loyauté à être athée. [rires]

Vous connaissez si bien ces types, ce sont vos amis personnels. Ils connaissent si bien ces personnages. Alors, sans vouloir vous offenser, qu’est-ce que vous devez faire pour diriger Patrick et ces gars ?

Juste pour les garder sur la bonne voie. Tout d’abord, laissez-moi dire que Brent et de Lancie sont au sommet de leur art. Il y a un niveau de confiance dans leur travail. J’aime vraiment les regarder travailler en tant qu’acteurs, comme je l’ai toujours fait, mais ils semblent encore plus confiants maintenant qu’il y a 30 ans. Brent joue un nouveau personnage. Même si c’est un Soong. Ce n’est pas Data, ce n’est certainement pas Lore, ce n’est certainement pas l’ancien Soong. Il a trouvé, avec l’aide d’Akiva, de Terry, de Cindy [Appel] et des scénaristes, ce personnage plus cynique, plus âgé et plus amer, et il l’a adopté. Et j’adore la barbe. J’aime le physique qu’il a mis dans ce personnage. Le costume l’aide. Il est différent. Et parce que Brent est si bon en tant qu’acteur, il est capable de convaincre. On oublie complètement Data quand on regarde cette série, je crois.

Qui a décidé que le personnage du psychiatre de John s’amuse un peu et prend l’accent de Freud ?

Oh, mon Dieu ! Nous avons décidé de le faire sur le plateau. Et Akiva et Terry l’ont remis en question. Et j’ai dit, "Eh bien, si vous n’aimez pas ça, vous pouvez le rechanter." Mais tout le monde a semblé l’adopter. C’était un peu exagéré. C’était un peu comme un fruit mûr, alors de Lancie et moi avons décidé de le cueillir. [rires]

Pendant que vous rappeliez votre travail dans Premier Contact, il y avait quelque chose de différent dans cette reine borg, ce n’est pas le même personnage...

C’est vrai, mais elle est informée par le pouvoir des Borgs, qui ont assimilé toute l’humanité dont ils ont pu s’emparer. Cette reine borg a une certaine compétence. Et une faim et un pouvoir. Elle est différente, évidemment, parce que les acteurs sont différents. Mais j’ai trouvé que ce qu’Annie [Wersching] a apporté à cette reine borg était fascinant. Je n’arrête pas de penser à certains des choix qu’elle a faits, parfois avec le sourire, à des trucs méchants et mesquins, et à certaines choses menaçantes que la reine Borg a dites et qu’Annie a prononcées avec ce sourire malicieux et confiant.

Nous manquerions le coche si nous ne mentionnions pas et ne félicitions pas James MacKinnon et Neville Page, ainsi que Jason Zimmerman et toute l’équipe, qui ont créé cette version 2022 de la reine Borg qui est toujours dangereuse, mais aussi belle, sexy et bizarre. Il y a un mélange parfait entre les effets pratiques, les prothèses et les effets visuels. Et le décor de Dave Blass pour la Reine, attachée, tirée et écartelée. Le personnage est vraiment bien servi dans cette série. Et puis à la fin du cinquième épisode, elle s’est assimilée à Jurati, ce qui est une sorte de vibration Borg inversée.

Il y a définitivement quelque chose de différent qui se passe ici. Ce n’est pas l’assimilation habituelle du Premier Contact. Pouvez-vous nous parler de ce qui se passe exactement entre ces deux-là ? Est-ce que Jurati tombe dans le panneau ? Est-ce qu’elle aime ça ?

C’est une question très, très intelligente. J’ai l’impression qu’Alison a choisi d’aimer ça, ou de ne pas y résister autant - une chute intéressante du mot... résistance. Elle n’avait évidemment pas le choix, mais elle fait confiance. Dans l’épisode précédent, elle dit à Picard : "Laissez-moi y aller, je dois régler cette histoire avec les Borgs." Elle fait confiance au fait qu’elle a un cerveau assez grand pour ne pas être assimilée. Et puis de la voir avec ce merveilleux rappel de l’assimilation du Premier Contact et le couloir où les piques sortent des mains de la reine Borg et essentiellement, je suppose, entrent dans Jurati et s’incorporent et prennent le pouvoir. Elle a maintenant le pouvoir sur le comportement de Jurati, auquel Jurati est capable de résister, mais finalement, nous verrons que c’est très compliqué, ce qui se passe à l’intérieur de notre amie Jurati en ce moment.

Vous avez beaucoup réalisé Star Trek ces derniers temps, mais ces épisodes sont différents avec un cadre contemporain et beaucoup de lieux, notamment dans l’épisode suivant que vous avez également réalisé. Pouvez-vous nous parler de ce que cela représente de sortir davantage du studio ?

Chaque fois que nous faisons l’un de ces Star Trek, personnellement, c’est génial pour moi de descendre de la passerelle pour changer. Et de sortir de la combinaison spatiale et d’entrer dans un environnement différent. C’était génial dans Next Gen de faire les trucs de Dixon Hill ou d’aller au Minuet. Et puis dans Deep Space Nine, on a remonté le temps. Il y a quelque chose dans le fait de sortir les enfants du camp dans lequel ils ont été et de les envoyer dans un autre camp qui affecte l’équipe. Ça affecte les acteurs. Et je crois que ça affecte le public. Le fait d’aller à Los Angeles et de tourner Seven au volant d’une voiture de police est visuellement très amusant pour tout le monde. Et c’est suffisamment différent de ce que nous avons l’habitude de voir nos personnages faire pour que tout le monde en profite, de tous les côtés de la caméra, derrière, devant et dans le public. Si nous ne prenons pas trop de temps à la foire, c’est bon pour une série de se mélanger.

Est-il exact qu’au cours de l’année dernière, vous avez réalisé les trois séries Trek en live-action ?

Je n’ai pas encore commencé sur Strange New Worlds. Mon créneau de la saison 1 a disparu à cause de mon emploi du temps sur Picard, et du COVID de tout cela. J’ai donc pu faire Discovery l’année dernière. La semaine prochaine, je vais à Toronto pour tourner un épisode de la deuxième saison de Strange New Worlds.

Avec Strange New Worlds en tête, comment abordez-vous la réalisation de Picard différemment de celle de Discovery ?

Vous l’abordez de la même manière, c’est-à-dire en vous assurant que vous avez un plan et que vous servez le script. Ce qui change, c’est la dynamique du plateau. C’est le plateau de qui ? Une des choses que j’ai découverte en tant que réalisateur qui aide vraiment... Je vais à Strange New Worlds et je connais un des directeurs de la photographie. Je connais quelques-uns des concepteurs. J’ai le privilège d’avoir passé beaucoup de temps avec Anson [Mount] lorsqu’il était Pike sur Discovery. Et je suis vraiment fier d’avoir participé au développement du personnage de Spock par Ethan [Peck]. Et j’ai fait trois séries avec Rebecca [Romijn]. Donc ces relations sont en place. C’est ce qui m’aide vraiment, c’est d’avoir des endroits où je peux m’implanter et construire. Il est difficile de participer à ces séries en tant qu’invité sans connaître quelqu’un ou quelque chose à ce sujet. Et tous les Star Trek ne sont pas créés de la même façon. Chacun d’entre eux a un guide du réalisateur, si vous voulez, une sorte de livre de style et ce qu’ils aspirent à faire. On m’a dit que Strange New Worlds est beaucoup plus épisodique et se déroule une histoire à la fois, ce que j’attends avec impatience. Parce que Discovery et Picard sont tous deux linéaires. À cet égard, il peut être autonome et nous pouvons adopter un style pour la série, et je sais qu’ils ont adopté ce style pour Strange New Worlds. J’ai donc hâte de voir ça.

Alex Kurtzman prépare d’autres Star Trek. Seriez-vous intéressé par un rôle comme celui d’Olatunde Osunsanmi dans Discovery, et par un rôle de producteur délégué / réalisateur pour une série ? Ou cela vous empêcherait-il de jouer sur le terrain ?

Vous posez une question très intéressante, prémonitoire et précise. Et vous y avez répondu pour moi aussi. Il est préférable pour moi, tout d’abord, de pouvoir rester à la maison plutôt que de travailler neuf mois par an à Toronto. C’est mieux pour moi, de rebondir partout et d’apporter ce que je peux apporter. Parce que je sais à quel point le travail de production / réalisation est pénible. Si je l’avais à Los Angeles, je sauterais dessus. Mais s’éloigner de ma femme, de son travail et de sa vie ici, parce qu’elle a une carrière ici, c’est trop long. Un mois, c’est assez long. Alors j’ai finalement réussi à faire passer ma famille en premier. [rires]

Y a-t-il une chance que vous passiez de nouveau de l’autre côté de la caméra et que vous enfiliez à nouveau la combinaison spatiale de Riker ?

Je pense que le Riker Pizza et le Riker qui a sauvé la journée dans la première saison étaient bien assez de Riker.

Il n’y a jamais assez de Riker, je suis désolé. Et il n’y a pas d’autres Lower Decks ?

Oui, Riker vit dans Lower Decks avec Boimler. J’adore Riker et Lower Decks.

Ouais, je le vois presque comme un Riker d’un univers alternatif de jazz.

Ouais ! Exactement ça. [rires]


Star Trek est Copyright © ViacomCBS Tous droits réservés. Star Trek et toutes ses déclinaisons, ses personnages et photos de production sont la propriété de ViacomCBS



 Charte des commentaires 


Star Trek : De Picard à Strange New Worlds pour Jonathan (...)
Star Trek : Jonathan Frakes dans tous les cadrans de (...)
William Shatner : Ça fait quoi d’aller dans l’espace (...)
William Shatner : Vers la frontière de l’infini, pour de (...)
Star Trek Day 2021 : Paramount+ célèbrera les 55 ans de la (...)
The Boys : Critique 3.07 La Chandelle Qui Eclaire La Chambre A (...)
Thor - Love and Thunder : Lena Headey devait en être, mais (...)
God’s Favorite Idiot : Critique de la saison 1
James Bond : Un personnage en cours de réinvention
Hunger Games - The Ballad Of Songbirds and Snakes : La (...)
Harbinger : Paul Downs Colaizzo pour remplacer Wes Ball
La carte dont vous êtes le héros : La Nuit du Loup de (...)
VOD DVD - Bandes Annonces : 2 juillet 2022
Star Wars - Obi-Wan Kenobi : Lucasfilm voulait d’abord en (...)
Miss Marvel : Critique 1.04 Retour aux sources