Dexter - New Blood : Critique de la série limitée

Date : 12 / 01 / 2022 à 13h00
Sources :

Unification


DEXTER NEW BLOOD

- Date de diffusion : Depuis le 16/12/2021
- Plateforme de diffusion : Canal +
- Épisodes : 1.01 à 1.10
- Réalisateurs : Marcos Siega, Sanford Bookstaver
- Scénaristes : Clyde Phillips, Scott Reynolds, Veronica West, Kirsa Rein, Warren Hsu Leonard,
- Interprètes : Michael C. Hall, Jack Alcott, Julia Jones, Johnny Sequoyah, Alano Miller, Jennifer Carpenter, Clancy Brown

LA CRITIQUE

Lorsque Dexter était diffusé, nous ne le savions alors pas, mais nous étions en train de vivre un Âge d’or, pendant lequel certains initiés étaient en train de découvrir des séries qui allaient révolutionner ou imposer leur influence de manière durable sur tout ce qui allait sortir après.

Ainsi au même titre que Lost, Battlestar Galactica, The Office ou Skins qui étaient diffusées au même moment, Dexter imposait un style unique en son genre en faisant d’un serial-killer le plus sympathique des héros.

Outre le casting impeccable porté par l’incroyable Michael C. Hall dans le rôle-titre, la réalisation cinématographique, marquée entre autres par l’un des meilleurs génériques de tous les temps (car il parvenait à dire tout de la personnalité de Dexter et de l’ambiance de la série) et une intrigue rondement menée (du moins jusqu’à sa quatrième raison), aura fait de la série un objet de culte... Qui aura malheureusement été écorné par ses dernières saisons poussives jusqu’à une fin catastrophique, considérée par certains comme l’une des pires de tous les temps.

Dans un premier temps, Scott Buck, le showrunner des deux dernières saisons évoquait en 2017, soit quatre années après la fin de la série, le fait de faire une ultime saison, mais son travail sur Les Inhumains et Iron First ne lui aura pas permis de concrétiser son désir (heureusement d’ailleurs).

C’est finalement Clyde Philips, le showrunner des quatre premières saisons, qui aura géré le retour de notre morphoanalyste des traces de sang. Une nouvelle rassurante, car c’est lui qui aura amené la série à son firmament avec l’arc Trinity Killer. Malheureusement pour les fans, il avait préféré quitter son poste parce que Miami, le lieu de tournage, l’éloignait trop longtemps de sa famille. Connaissant la tournure catastrophique qu’avait prise la série, il avait à cœur d’en redorer le blason avec cette nouvelle saison annoncée comme limitée.

Ainsi Dexter - New Blood avait la lourde tâche de donner une suite permettant de rattraper tous les égarements narratifs dans laquelle s’était embourbée la série à partir de la saison 5. Même si on retrouve certains des thèmes musicaux du compositeur David Licht, fini le générique culte et la chaleur de Miami, notre psychopathe préféré s’est créé une nouvelle identité dans la ville fictive d’Iron Lake (dans l’État de New-York). Outre le changement de climat qui amène à une photographie et une ambiance littéralement glaciale, rafraîchissante pour le téléspectateur, c’est le casting de nouveaux personnages secondaires qui permet de renouveler des enjeux, enjeux qui avaient fini par perdre tous leur sens lors des dernières saisons.

Il faut avouer que les premiers épisodes s’avèrent plutôt agréables à regarder avec cette délicieuse sensation de retrouver une personne familière tant elle aura compté dans notre imaginaire. Malgré tous les actes maléfiques qu’il a pu accomplir, Dexter fascine toujours et sa voix-off continue de nous livrer ses pensées sarcastiques si drôles qui viennent contrebalancer la noirceur et la violence ambiante. De même, quel plaisir aussi coupable que fascinant de le voir appliquer tous ses rituels de justicier pour punir les plus infâmes crapules que l’humanité n’ait jamais connues.

D’ailleurs, l’antagoniste principal de cette saison a un niveau de perversité particulièrement élevé qui va donner bien du fil à retordre à notre viligante. Même s’il n’atteint pas le niveau de Trinity, la crédibilité de sa duplicité, particulièrement effrayante, et ses actes déviants laisseront tout de même une trace indélébile dans l’histoire du show.

Outre la partie enquête /chasse / punition des vilains qui a toujours fait partie des fondamentaux de la série, nous avions tous hâte de découvrir comment Dexter allait gérer la dissimulation de sa véritable identité. Dans les différents teasers montrés avant la diffusion de la série, on pouvait voir à quel point son intégration dans la ville était réussie et il était donc certain qu’un ou plusieurs grains de sable allaient forcément l’amener à gérer des situations compliquées. Au final, si le suspens est quand même au rendez-vous, on va dire qu’il n’est jamais poussé dans ses derniers retranchements, sauf dans les deux derniers épisodes.

La véritable surprise de cette saison est le retour d’Harrison qu’on avait quitté bébé et qu’on retrouve adolescent et en recherche de ce père qui l’a abandonné. La relation qu’il va établir avec Dexter constitue la colonne vertébrale d’une saison qui décolle nettement dès son arrivée dans l’intrigue. Remarquablement bien interprété par Jack Alcott, il était le personnage complexe nécessaire pour amener Dexter à évoluer et à nous dévoiler des facettes qu’on ne lui connaissait pas. Leur relation, forcément conflictuelle, amène d’ailleurs à l’une des scènes de " coming-out psychopathe " les plus bouleversantes et ambiguës qui nous ait été donné de voir à la télévision. C’est sans aucun doute LA scène qui justifiait à elle seule le retour de notre justicier psychopathe.

Chaque épisode de cette saison se laisse donc regarder avec un plaisir constant et une qualité qui fait franchement honneur aux débuts glorieux de la série. Lorqu’arrive le dernier épisode, on se plaît à imaginer d’autres péripéties supplémentaires, mais l’épilogue, un poil trop précipité, fait le choix de nous proposer quelque chose d’à la fois logique et définitif. Il est clair que cette fin va diviser, mais on ne pourra pas lui reprocher d’assumer totalement la façon dont la série limitée avait été vendue : nous proposer une fin franche à la hauteur d’un des meilleurs personnage de la télévision, tout en laissant une ouverture suffisante pour nous offrir... Du sang neuf (New Blood) ! Et vu les audiences stratosphériques de la série lors de sa diffusion au États-Unis, nous n’avons pas fini d’entendre parler du Dark Passenger !

BANDE ANNONCE



Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


Séries - British Touch : La critique du film
Des gens bien ordinaires : Critique de la série
We Hunt Together : Critique de la saison 2
Demon Slayer - Le train de l’infini : La critique du (...)
Vanishing : La critique du film
The Boys : Herogasm, l’épisode de série le plus dépravé de (...)
Thor - Love and Thunder : Les débuts de Mighty Thor dans le film (...)
Superman - Solar : Le projet fou d’un fan de DC
Money Heist - Korea : Critique de la saison 1
Percy Jackson And The Olympians : Nouvelle annonce de casting (...)
Decision to Leave : La critique
The Medium [DVD / Blu-Ray / VOD] : La critique
Holland, Michigan : Nicole Kidman pour un drame hitchcockien sur (...)
Tulsa King : Dana Delany face à Sylvester Stallone pour (...)
Tainted Grail : Luttez contre la Mort Rouge