24 Heures Chrono : Jack Bauer, le héros dont l’Amérique avait besoin après le 11 septembre

Date : 18 / 09 / 2021 à 10h45
Sources :

Deadline


En ces temps de commémoration des attentats du 11 Septembre 2001, qui ont frappé New York il y a 20 ans, le showrunner Howard Gordon explique en quoi les évènements tragiques ont défini 24 Heures Chrono, la série de la Fox...

Producteur délégué de la série de 2001 à 2010, le scénariste a également co-créé et produit la série Homeland de Showtime. Dans une conversation avec Deadline, il revient sur 24, qui "a atteint sa maturité immédiatement après le 11 septembre", sur son rôle inattendu d’exutoire de la colère collective du pays après les attentats et d’exaucement des souhaits, avec un héros qui "fait tout ce qu’il doit faire pour obtenir le job", ainsi que sur l’histoire compliquée de la série sur les sujets de la torture et de la représentation des musulmans, avec lesquels l’Amérique s’est débattue dans les années qui ont suivi le 11 septembre. Il fait également le point sur une éventuelle reprise de 24 et réfléchit aux événements d’Afghanistan à travers le prisme de Homeland.

Le jour où 2 avions de ligne, piratés et détournés, se sont abattus sur les 2 tours du World Trade Center, 24 était en plein tournage de ses épisodes 4 et 5 de sa première saison. Depuis des mois, la Fox faisait la promotion de la série qualifiée alors de "révolutionnaire" sur le thème du terrorisme en temps réel, avec Kiefer Sutherland en vedette, en diffusant une bande-annonce montrant un avion qui explose dans le ciel.

Gordon, qui est né et a grandi à New York, avait chez lui à Los Angeles à ce moment-là de la famille en visite venant de la côte Est des États-Unis. Son oncle l’a réveillé ce jour-là pour lui dire de regarder la télévision.

"Nous devions tourner ce jour-là, et je pense que Sarah [Clarke], qui jouait Nina, avait un frère qui travaillait dans le quartier financier de New York. Elle est rentrée chez elle, donc nous avons arrêté le tournage, et il est difficile de reconstituer exactement le temps qui s’est écoulé avant que nous ne recommencions à tourner parce que, de toute évidence, tout le monde était sous un choc si massif."

Si les souvenirs de ce qui s’est exactement passé ce jour-là sont devenus flous au cours des deux dernières décennies, "je me souviens très bien du sentiment", a déclaré Gordon. "Une colère absolue. Incrédulité, choc et confusion que cela ait pu se produire dans la forteresse Amérique. Comment cela a-t-il pu se produire ? Pourquoi cela s’est-il produit ? Comment cela s’est-il produit ? Ce sont toutes des questions avec lesquelles nous nous sommes débattus en tant que pays et en tant qu’individus pendant longtemps, mais ce qui était assez étonnant, c’est que ce sont les questions que je poserais sous différentes formes pendant les 20 années suivantes."

Lorsque la réaction viscérale initiale aux attaques du 11 septembre s’est calmée, l’équipe de 24 a porté son attention sur l’impact potentiel sur la série naissante. "Wow, notre série est liée à cela d’une certaine manière, en particulier certaines des images", se souvient Gordon. "Par exemple, l’avion qui explose dans le ciel est une image très graphique. Encore une fois, le contexte était très différent, mais néanmoins, c’était une image qui faisait définitivement écho à celle que nous vivions tous en boucle dans nos têtes. Lorsque nous avons pu parler de ce que cela signifiait pour la série, la première chose que nous avons tous pensé était qu’elle était condamnée. Que les comédies et les émissions à l’eau de rose seraient ce que les gens voulaient, et non quelque chose qui faisait écho, même de façon lointaine, à l’anxiété que nous ressentions tous à ce moment-là."

24 était une aberration, et il a fallu du temps pour que ce drame sombre et intense soit adopté. À l’époque, la Fox a sérieusement envisagé de retarder la première de la série. Finalement, elle a été diffusée en octobre 2001 avec la séquence de l’avion explosé coupée au montage. Bien que personne n’ait pu le prédire, le timing a fini par définir la série. "Le 11 septembre a été le point de départ de cette résonance et que le public a regardé la série avec un regard différent de celui qu’il aurait eu si le 11 septembre n’avait pas eu lieu."

Si 24 s’est avérée être la bonne série au bon moment, le fait d’avoir pour protagoniste le Jack Bauer de Sutherland a joué un rôle majeur en tant que héros dont l’Amérique avait besoin dans les heures les plus sombres du pays. Gordon a rejoint 24, créée par Joel Surnow et Bob Cochran, parce qu’il avait un pilote concurrent et qu’il aimait le "concept ingénieux" du drame en temps réel. "Je me sentais aussi très proche de Jack Bauer en tant qu’homme, en tant que père et en tant que mari - j’adorais son personnage", a-t-il déclaré.

Quelques mois plus tard, après le 11 septembre, Jack Bauer a assumé un rôle beaucoup plus important qui a transcendé la télévision.

"Tout à coup, nous pouvions écrire sur ce personnage qui était devenu le héros de l’Amérique, qui ne se contentait pas de combattre les terroristes, mais qui combattait une partie de la rage et du désarroi de tout le monde, en constatant à quel point nos institutions nous avaient laissé tomber, et à quel point les forces de l’ordre et les services de renseignement avaient manqué cette attaque. Jack, taillé dans la vieille école de l’individu, du héros américain robuste qui défie l’autorité et fait tout ce qu’il faut pour faire le travail et ne trouve pas d’excuses, faisait partie de la lignée de Clint Eastwood et Sylvester Stallone, Charles Bronson."

Ce n’était pas un personnage que nous n’avions jamais vu auparavant, mais c’était un personnage que nous n’avions pas vu s’exprimé de manière aussi robuste à la télévision. Nous, les scénaristes, avons vraiment pu exprimer inconsciemment notre colère contre les terroristes et contre la bureaucratie. Nous l’avons écrite de la manière dont les gens la regardaient, et avec cette sorte de « j’aimerais que ce type existe, j’aimerais connaître quelqu’un comme ça », qui dit les choses telles qu’elles sont, qui n’a pas peur des conséquences et qui va droit au but. Dans ce sens, c’était cathartique, et c’était cathartique pour le public aussi."

Mais l’héroïsme de Jack Bauer avait un côté sombre, car 24 reflétait également les questions épineuses de la torture et de l’islamophobie dans le sillage du 11 septembre. Dans la saison 1, conçue avant le 11 septembre, les attaques terroristes étaient liées aux guerres de Yougoslavie, avec le bras droit de l’homme fort serbe Slobodan Milošević comme cerveau. La saison 2, qui suivait les attentats, mettait en scène des cellules dormantes islamiques.

"C’est devenu plus compliqué une fois que nos méchants étaient (liés) au terrorisme islamique. D’une certaine manière, il y a eu une lune de miel - au moins dans nos esprits et même dans celui du public - qu’il y avait ces méchants qui avaient attaqué notre pays et fait tomber les tours jumelles, et cela faisait beaucoup écho à la rage collective que nous avons tous ressentie. Nous nous sommes amusés pendant un moment inconsciemment, sans reconnaître qu’il y avait des conséquences à cette décision, et ces conséquences sont devenues plus évidentes lorsque Jack torturait un suspect et qu’il avait obtenu des informations qui sont devenues célèbres au point que le juge [de la Cour suprême des États-Unis, Antonin] Scalia l’a invoqué dans un cours de droit, qui va poursuivre Jack Bauer pour torture."

C’est "cette danse bizarre avec les événements actuels et avec la réalité" qui a placé Jack Bauer et ses actions dans un contexte différent de celui de ses nombreux prédécesseurs spirituels. "Regardez n’importe quel Clint Eastwood, ou regardez ce que fait Gene Hackman dans French Connection, c’est une chose narrative que ce type de héros fait, mais cela n’a jamais eu la résonance que cela a eu après qu’Abu Ghraib et Guantanamo aient commencé à se produire."

Le changement de point de vue sur le personnage de Jack Bauer, alors qu’il "se confond avec le débat sur la torture en Amérique, ou la question de la torture en Amérique", et les conséquences dans la vie réelle de la représentation des musulmans dans la série ont conduit à des changements dans la narration de 24 et dans l’évolution de la série, a déclaré Gordon. Dans la saison 4, les producteurs ont été contactés par la MPAC, le conseil des affaires publiques musulmanes, et le CAIR, le Conseil des relations américano-islamiques.

"Nous les avons rencontrés par l’intermédiaire de la Fox, et nous avons eu des conversations très productives et révélatrices, au cours desquelles nous avons reconnu que ce n’était pas aussi simple qu’une simple émission de télévision. Il y a des conséquences réelles pour de vrais citoyens américains musulmans que nous ajoutions potentiellement à la xénophobie. C’est la dernière chose qu’aucun d’entre nous n’avait l’intention de faire, mais nous avons reconnu à ce moment-là que c’était un sous-produit potentiel de certaines des histoires que nous racontions. Cela a rendu le personnage de Jack et sa boussole morale plus compliqués, et nous avons lutté pour le reste de la série avec cette question."

Huit saisons et une série limitée - 24 Live Another Day de 2014 - plus tard, Gordon a évoqué la possibilité que lui et Sutherland revisitent Jack Bauer et ce que le personnage pourrait faire en 2021.

"Nous avons le désir de le faire, mais il faut que ce soit pertinent à la fois pour le personnage et pour l’époque. C’est un défi délicat pour toutes les raisons que nous venons d’évoquer. Même si, techniquement, la série n’est pas née après le 11 septembre, 24 a certainement atteint sa maturité dans la période qui a suivi immédiatement le 11 septembre, puis son concept fondamental est devenu de plus en plus complexe, et nous avons essayé d’y répondre au cours de ces dernières saisons ; Jack a payé le prix de son audace, de sa franchise ou de son franc-parler."

Le président de Fox Entertainment, Michael Thorn, a déclaré cette semaine à Deadline qu’il y a des "discussions créatives actives" pour ramener 24 avec une nouvelle version. Gordon a admis qu’une idée est en cours de discussion. "Ecoutez, nous aimons ce personnage, et cela percole, mais rien à dire pour l’instant", a-t-il déclaré.

Gordon a toutefois donné un aperçu des aspects de Jack Bauer de 2021 qu’il aimerait explorer.

"Jack a été tellement malmené et même trahi par son propre pays tant de fois. En tant qu’enquête sur ce que cela signifie d’être américain - Jack est un personnage vraiment intéressant pour poser cette question. Ce serait très intéressant et pertinent, et encore une fois, personnellement, parce que Jack était un personnage d’un certain âge lorsque je l’ai rencontré pour la première fois, l’idée de, « je suis plus vieux maintenant, et Jack Bauer est plus vieux », l’obsolescence et le vieillissement est un sujet qui me tient à cœur. Donc, personnellement, je serais très intéressé d’enquêter sur ce qu’un Jack Bauer enfin plus âgé pourrait faire, et sur la façon dont vous pourriez ne pas être capable d’enfoncer des portes avec votre genou arthritique. Kiefer et moi en parlons avec précaution, mais nous avons tous deux une réelle affection et une réelle nostalgie pour la série, pour le personnage et pour l’expérience. C’était un moment vraiment spécial."

Gordon a continué à explorer les thèmes du terrorisme dans une autre série qui a remporté l’Emmy du meilleur drame, Homeland de Showtime. Elle a consacré deux saisons à l’Afghanistan, que les États-Unis ont envahi au lendemain du 11 septembre et dont ils sont sortis à la veille du 20e anniversaire des attentats.

"Nous avons évidemment fait une plongée très profonde, comme nous le faisons toujours à chaque saison, avec le département d’État et avec nos militaires pour parler des défis de l’Afghanistan et de ce qui allait se passer. Les gens considèrent que c’était prophétique, mais tous les présidents depuis George W. Bush ont parlé de la façon de s’en sortir, et c’est donc quelque chose dont on parle depuis une décennie. Malheureusement, les faits ne sont pas inattendus, c’est juste la vitesse à laquelle ils se sont produits qui était inattendue. C’est surtout un crève-cœur."

Au cours des deux dernières semaines chaotiques du retrait américain, Gordon a participé à un effort visant à faire sortir d’Afghanistan un certain nombre d’acteurs, de cinéastes et leurs familles, en écrivant des lettres au département d’État, en essayant de les inscrire sur diverses listes et en offrant un parrainage pour l’obtention de visas. Compte tenu de la nouvelle résonance de la guerre de 20 ans en Afghanistan, Gordon et Alex Gansa, co-créateur de Homeland, seraient-ils intéressés par l’exploration de ce sujet dans un nouveau volet de la série avec Claire Danes et Mandy Patinkin ?

"Tout dépend de l’état d’esprit de chacun au moment où l’idée se présente. Je dirais qu’il ne faut jamais dire jamais parce que Carrie est un personnage fascinant, Saul est un personnage fascinant, et ils sont tous les deux, pour autant que nous le sachions, toujours en vie."


24 heures chrono est Copyright © 20th Century Fox Television, Imagine Entertainment, Real Time Productions et Teakwood Lane Productions Tous droits réservés. 24 heures chrono, ses personnages et photos de production sont la propriété de 20th Century Fox Television, Imagine Entertainment, Real Time Productions et Teakwood Lane Productions.



 Charte des commentaires 


24 Heures Chrono : Jack Bauer, le héros dont l’Amérique (...)
24 Heures Chrono : Des discussions actives en cours pour faire (...)
24 Heures Chrono : Oui, Howard Gordon travaille sur une nouvelle (...)
24 Heures Chrono / Prison Break : Bientôt de nouvelles séries sur (...)
24 Heures chrono : Un pas en avant, deux pas en arrière
Star Wars - Ahsoka : Ivanna Sakhno pour la série Disney+
La Roue du Temps : La Game of Thrones de Amazon ?
Furiosa : Tom Burke remplace Yahya Abdul-Mateen II
Doctor Who : Review 13.05 Flux Chapter Five - Survivors of the (...)
Star Wars : Les Rangers de la Nouvelle République mis à mort par (...)
Disney+ - Bandes annonces : 1er décembre 2021
Chucky : La poupée de retour pour une saison 2
PIFFF 2021 : Son histoire en bande annonce
Les Sorcières d’Akelarre : Le concours
Rush Out : Le jeu de rapidité et lancé de dés en simultané