Star Trek Lower Decks : Review 2.01 Strange Energies

Date : 16 / 08 / 2021 à 14h30
Sources :

Unification


La série animée déjantée sur Star Trek, Lower Decks, est de retour pour une seconde saison sur Paramount+ aux USA et sur Prime Video en France. Avant de parler de ce premier épisode, petit retour en arrière sur ce que m’avait évoqué la première saison.

Au bout du troisième épisode, l’exaspération profonde que provoquait le visionnage de cette série avait eu raison de moi. Quand on fait une review hebdomadaire d’une série, normalement, on sait que, selon les épisodes, on aura des choses positives ou négatives à dire et donc sur les 10 articles des arguments différents à défendre. Au bout de trois épisodes, mon opinion s’était cimentée sur le fait que Lower Decks n’était définitivement pas fait pour moi et que la probabilité que je trouve quelque chose de positif à dire était désormais proche de zéro.

Si pour certains, Yves en particulier, c’est le fond qui était rédhibitoire avec une série qui a pour base de ridiculiser ce qui fait que Star Trek est Star Trek, c’est fondamentalement la forme qui me posait un grave problème. Une demi-heure de vociférations, de hurlements et de personnages caricaturaux grimaçants, c’était une demi-heure de souffrance. Et à un moment, on n’est pas là pour souffrir. Mon opinion était faite. End of transmission.

Il y a quelques mois, j’ai essayé quand même de voir la suite en piochant 2-3 épisodes. L’exaspération que me provoquait le visionnage étant toujours présent, je me suis rabattu pour clore le débat sur le dernier de la saison. Curieusement, celui-ci était différent. Déjà, parce qu’il faisait progresser les personnages qui, jusque-là, étaient bien solidement ancrés dans leurs certitudes. Ensuite, parce qu’il y avait enfin un sens à leur action. Et enfin, parce qu’il n’y avait pas de temps pour vociférer. Bref, plutôt une bonne surprise.

Et nous voici donc à l’aube de la seconde saison de la série. Lower Decks continue de déployer ses fondamentaux qui sont de rire de Star Trek. Avec Strange Energies, c’est à nouveau un concentré de dérision qui utilise les 50 années de la franchise pour rire d’elle. Si c’est un casus belli pour vous, vous continuerez à détester.

Sur la forme, j’ai trouvé que cela continuait sur la lancée du final de la saison 1. La preuve, je n’en suis pas sorti avec des acouphènes. Mariner reste Mariner, mais Tawny Newsome, qui donne sa voix au personnage, peut enfin doubler les épisodes sans avoir à sucer une tonne de pastilles d’Activox pour calmer son extinction de voix. Du coup, sans franchement jusqu’à aimer les personnages, je les trouve plus sympathiques qu’avant.

J’émets tout de même une réserve. Le second hurleur en chef, Boimler, étant quasi-absent de l’épisode, il faudra voir si cette dynamique salutaire pour nos tympans est confirmée dans la suite de la saison.

Sur le fond, Mariner est une casse-couilles et elle le prouve amplement dans cet épisode. Alors, oui, je suis d’accord, à un problème, il faut trouver une solution. Et, de bien entendu, elle sera la plus éloignée possible d’une résolution trekienne. Honte à moi, cela m’a fait sourire.

En définitive, j’ai toujours autant de doute sur le fait que j’aurais quelque chose à dire de différent chaque semaine sur la série. Radoter is Futile...

FM

Alors que la messe (noire) était dite (et bien dite) depuis la première saison, est-il encore utile de chroniquer la seconde saison de Lower Decks… sans se répéter tel un pauvre disque rayé enfermé dans une boucle temporelle sans fin ?
Seule une incurable espérance (ou un inavouable masochisme) peut encore conduire à lever ponctuellement le boycott critique pour réaliser un check périodique sur l’état du sinistre ou du ravage...
Soyons donc ouverts et sans préjugés, et donnons une nouvelle chance à Lower Decks... allez... une fois par an.

Malheureusement, aucune (bonne) surprise n’est à signaler : "nihil novi sub sole" !

À nouveau, l’horizon créatif de Lower Decks 02x01 Strange Energies se borne à faire un étalage obscène – en mode name dropping – de clins d’œil à un Star Trek qui n’existe plus à l’écran depuis quelques seize ans… en lieu et place d’une quelconque idée de SF nouvelle ni même simplement intéressante.
À nouveau, la vocation et l’esprit trekkien est tourné en ridicule dans un ballet ininterrompu d’arrogance nombriliste, de cuistrerie autosatisfaite, et de contradictions en flux tendu.
À nouveau, une série qui se veut humoristique et parodique n’arrache pas même un sourire, ou alors seulement en mode Mystery Science Theater 3000, c’est-à-dire à ses dépens. Ce qui est rédhibitoire envers sa définition même... et hautement embarrassant.
À nouveau, (...)
Stop ! Trêve de radotages !

Si, au premier abord, le trekker nostalgique pourra être saisi d’un tressaillement par l’évocation du lieutenant-commander Gary Mitchell devenu une pseudo-divinité sous l’effet de "l’énergie étrange" dans ST TOS 01x01 Where No Man Has Gone Before puis par la figuration de deux mains spatiales en écho à celle d’Apollon dans ST TOS 02x04 Who Mourns For Adonais ?, la madeleine de Proust sera de bien courte durée – ou pire à double tranchant – devant le massacre grossier de ces thématiques par Lower Decks 02x01 Strange Energies.
De même, tout le bénéfice géostratégique et humaniste de ST DS9 est balayé pour une poignée de "fun" qui ne fera rire que Mike McMahan : les Cardassiens sont par innéisme des "méchants forever", et les holoprogrammes de space-opera servent juste à l’aérobic.
Et puis, dans une production Kurtzman, la tentation de profaner le Star Trek historique n’est jamais aussi grande que de se contredire soi-même, "non-batissant" un "non-univers" où chaque "Kurtz-série" est incompatible avec les autres, et même avec elle-même. Et il faut bien dire qu’ici, les opportunités "d’autodafés" étaient manifestement trop belles et trop nombreuses :
- Le soudain népotisme exhibitionniste et décomplexé de la capitaine Carol Freeman au bénéfice de sa fille deus ex machina Michael Burnham… euh... Beckett Mariner (mais c’est kif-kif)… réduit en poussière les modestes tentatives de caractérisation qui avaient timidement réussi à émerger d’un fatras de WTF non stop vers la fin de la saison 1 de Lower Decks. L’année dernière, "on" dissimulait à tous les relations mère-fille avec une rigidité aussi martiale que puritaine, mais maintenant que cette filiation a été "accidentellement" révélée (à la fin de la première saison), au nom des liens soapy de famille, "on" foule aux pieds et "on" nargue la chaîne hiérarchique de Starfleet à tel point que presque chaque dialogue opérationnel public se voit ponctué d’un très boursouflé "maman" !
- Par la voix de la cador Mariner, l’USS "Team America" Cerritos est saisie du "besoin pressant" de déféquer... pardon... de décaper les monuments des Apergosians sans même s’assurer de la présence ou plutôt de l’absence de mécanismes énergivores inconnus aux conséquences potentiellement dévastatrices. Bon retour dans Star Trek Idiocracy qui s’était déjà tant illustré dans la troisième saison de Discovery.
- Toute l’histoire B déployée autour du SMD (Synthetic Memory Degradation) supposé frapper Samanthan Rutherford suite à la pose de son nouvel implant cybernétique est une collection de nawaks au mépris de toute cohérence à la fois contextuelle et psychologique : aucune consultation médicale, D’Vana Tendi s’obstine à vouloir malmener, torturer, et finalement mutiler Rutherford par peur de perdre son amitié... Mais what the fuck ? L’objectif narratif est d’être à la fois fun et mélo, mais comme de bien entendu, le résultat est juste navrant, même dans un théâtre d’absurde qui aurait fait honte à Ionesco.
- Quant à l’histoire A, le XO culturiste Jack Ransom est turbo-métamorphosé (deux secondes chrono) en "dieu mauvais" sous l’emprise de ses frustrations professionnelles, alignant méticuleusement les pires clichés possibles (yeux qui s’illuminent comme des projecteurs, voix démoniaque plurielle/légion, télépathie, lévitation, ubiquité/division corporelle, culte imposé, iso-transformation de la population, soif de vengeance...). Il y a trente ans, ce type de parodie aurait pu être un brin caustique... du moins hors de Star Trek, dans Futurama par exemple. Mais aujourd’hui, c’est juste rance, has been, pitoyable.
- (...)
- Finalement, pour tenter de faire avaler la couleuvre de l’ennui et du dégoût mêlés, on clôt le calvaire par une visite éclair sur la passerelle de l’USS Titan... sous le feu nourri des branquignolesques Pakleds (cf. ST TNG 02x17 Samarithan Snare) devenus apparemment les nouveaux "méchants" (on y croit !) de cette timeline sandbox. Après avoir évolué en super-héros dans Lower Decks 01x10 No Small Parts, voilà que le capitaine William Riker involue en irresponsable shooté à l’adrénaline dans Lower Decks 02x01 Strange Energies. Entre MacGuffin, rustine, et joker... tel semble désormais le mektoub ingrat de l’ex-number one de Picard (mais celui de la série éponyme, et non feu celui de ST TNG).
Malheureusement, une mauvaise parodie de cliffhanger-de-la-mort-qui-tue en guise de délivrance tue dans l’œuf tout désir de voir la suite...

Et comme de bien entendu, le "wiki" kurtzmanien est décidément affligé de nombreuses cases en moins : "on" a beau fétichiser maladivement les séries historiques en plaçant des références lourdingues dans presque chaque scène, "on" oublie pourtant commodément des pans entiers du canon quand ça arrange. Ainsi, dans le second pilote de la série originale, il ne suffisait pas de balancer un rocher sur la caboche de Gary Mitchell pour le vaincre, il fallait encore que quelqu’un doté des mêmes "super-pouvoirs" que lui (mais pas de la même malveillance) l’affronte et le matche pour rétablir l’équilibre rompu, quitte à y perdre la vie (une pensée à feue Elizabeth Dehner).
Et dans le même temps, sans une once de scrupule, "on" fait passer une fois de plus les mythiques héros de la franchise pour des crétins aux yeux de la postérité, James T Kirk en tête. Lorsque Gary Mitchell devint une "divinité" dévoyée, c’était un voyage sans retour, et celui-ci eut donc un prix de sang.... Mais selon la "martingale" de Lower Decks 02x01 Strange Energies, il suffisait en fait d’envoyer au "dieu" autoproclamé quelques coups bien sentis dans les valseuses pour le "guérir" et effacer aussitôt rétroactivement (comme par magie) tous les méfaits à son passif (la re-création à son image d’une civilisation entière, la disparition d’une lune...). Et dans ce monde virtuel dépourvu de conséquences et où rien ne compte, il fallait bien une héroïne misandre, puante d’omniscience comme Burnham-Mariner, pour avoir cette idée de génie imparable… symbolisant parfaitement à elle toute seule l’horizon idéologique du #Faketrek contemporain.
Autant dire que le problème n’est même plus que la résolution soit foncièrement anti-trekkienne ou non – nous n’en sommes plus là depuis bien longtemps...

À supposer d’aventure qu’une forte rasade de bourbon ou de bromure de potassium permette d’entériner tous les bullshits et les truismes alignés par Lower Decks 02x01 Strange Energies, l’arrestation et l’emprisonnement de la fille par la mère conclut la geste nonsensique par un ultime illogisme crasse... mais philosophiquement déterminant.
Faut-il rappeler que la mission et le protocole de nettoyage des monuments d’Apergos avaient été dûment autorisés par Carol Freeman ? Ses conséquences (fâcheuses mais involontaires) ne pouvaient donc incomber à la vaniteuse exécutante.
Faut-il également rappeler que c’est à l’initiative obscène de Beckett Mariner "sous la ceinture" (le corps resté à la surface de la planète) et non à la puissance de feu de l’USS Cerritos "au-dessus de la ceinture" (la tête en orbite) que le "super-vilain" Jack Ransom devra d’été neutralisé et ramené à sa condition humaine (sans pertes ni préjudices pour quiconque) ?
Derrière la signature Mike McMahan, c’est donc bien le "système Kurtzman" qui se dévoile sans aveu et dont l’acte de baptême (DIS 01x01 The Vulcan Hello) avait consisté à faire condamner à perpétuité par la dystopique société "trekkienne" l’héroïne messianique et omnisciente qui avait "sauvé le jour".

Pire, en généralisant et en normalisant le cas de Gary Mitchell (ST TOS 01x01 Where Non One Has Gone Before) au point même d’édicter une pseudo-loi naturelle (baptisée "strange energies") moyennant une occultation tendancieuse des contre-exemples, au demeurant bien plus nombreux (Elizabeth Dehner dans le même pilote de ST TOS, William Riker dans ST TNG 01x10 Hide And Q, le Zalkonian dans ST TNG 03x25 Transfigurations, Reginald Barclay dans ST TNG 04x19 The Nth Degree, Kes dans ST VOY 04x02 The Gift...), Lower Decks pose ainsi implicitement que le développement incident de "super-pouvoirs" a automatiquement pour effet de transformer les ressortissants de la Fédération en "démons" psychopathes... qu’ils seraient donc tous en germe dans leur âme et conscience, pour un constat ontologique sans appel ! L’humanité future du #Faketrek apparaît ainsi bien moins évoluée que celle d’aujourd’hui... chez Marvel ou DC ! Et derrière le vernis mondain d’une "utopie" de marketing pour CBS, c’est une fois de plus le pandémonium de la dystopie qui douche les ultimes feux trekkiens... pour mieux ringardiser quarante années de worldbuilding authentique.
Alors même s’il n’y a aucun doute à ce sujet depuis 2009, peut-on imaginer illustration plus emblématique des tragiques effets secondaires de la prétendue intégration de Lower Decks dans le canon trekkien ?

De par leur caractère stand alone, les épisodes de Lower Decks prétendent relater avec dérision des histoires de SF sises dans le Trekverse. Mais de facto, ils ne racontent rien. Ils se contentent de démolir, tout en ratant à chaque fois leur cible humoristique tels des snipers ivres. Leur systémique de l’emprunt réduit les plus grands fondements trekkiens historiques à des farces, des pieds de nez et des doigts d’honneur profondément discréditants... dans le seul et unique but est de servir pesamment la soupe aux relations interpersonnelles des personnages du main cast... pourtant plus antipathiques et exaspérants les un(e)s que les autres. Du coup, rarement les sensations de contreproductivité et de gâchis n’auront été aussi prégnantes et écrasantes. Somme toute, exactement comme dans la série Discovery (et avant elle dans les films Kelvin), moyennant un univers entier gravitant autour des protagonistes et fabriqué sur mesure pour nourrir leurs égos aussi immatures qu’insondables – mais avec ici la vulgarité potache et le mauvais goût en sus.

Soit une alliance encore inédite du cynisme et de la niaiserie, où la prétention désabusée du "je sais tout, j’ai déjà tout vu, je m’attends au pire de tout et de tout le monde" le dispute au pathos ruisselant et gluant de bons sentiments glucoses, adossés aux dévoiements structurels des idéaux trekkiens, à l’éloge perpétuel de la médiocrité la plus contemporano-centrée, et à l’exacerbation d’une sémiotique (langage, postures...) millésimée 2021 (donc viscéralement anti-SF et anti-dépassement).

En fin de compte, il n’existe pas un seul ressort dans Lower Decks 02x01 Strange Energies – aussi bien dans les registres du recyclage éhonté et de l’action idiote que de l’inconséquence comportementale et du mélo gluant – qui ne se déploie ni ne se décline hors du champ de l’égocentrisme et du narcissisme abyssal de chaque personnage.
Cet épisode, comme la série elle-même, n’est qu’un perpétuel concours de b**** enfin de "je" (histoire de rester urbain), à peine habillé de décorum SF et de gimmicks trekkiens (vidés de leur sens of course).

Et ce n’est pas la rubrique technique et artistique qui rédimera l’expérience fût-ce partiellement... étant donné que l’animation souffre d’insuffisances visuelles chroniques jurant au regard de son budget, à l’exemple de l’erreur de perspective durant l’atterrissage de la navette de l’USS Cerritos sur la planète Apergos. Ironiquement, ST The Animated Series ne souffrait pas de ce genre de gaffe en dépit de son visuel low cost, de son économie de moyens, et de son âge canonique (1973-74).

Conclusion

Refermons donc cette consternante parenthèse.

Un an après jour pour jour (ou presque), Lower Decks 02x01 Strange Energies se révèle toujours aussi creux, pathétique, incohérent, woke, vulgaire, et moche que le fut Lower Decks 01x01 Second Contact.

Les quelques "progrès" apparents en fin de première saison (un peu moins de logorrhées soulantes et de grimaces trash certes...) s’avèrent en définitive un énième pâté d’alouette noyé dans un océan de sacrilège-système, de prestidigitations et de manipulations, en renfort de dialogues branchouilles illusoirement smarts, à l’appui de l’adoubement complice de quelques vétérans-sur-le-retour (Jonathan Frakes, Marina Sirtis, John de Lancie...) de la franchise-qui-fut, et en support de l’exploitation putanesque de gimmicks surcotés à la bourse émotionnelle du fanservice (e.g. l’USS Titan de Riker qui apparaît désormais en contrepoint de chaque épisode…).

D’aucuns considèreront peut-être que l’alibi pseudo-humoristique ou pseudo-connivent de Lower Decks serait un moindre mal comparativement aux séries #Faketrek live sorties de la même usine Tricatel... rendant cette série inanimée en quelque sorte inoffensive.
Mais, inoffensive, elle ne l’est pas, à l’instar de toute malbouffe de fast food consommée à haute dose jusqu’à l’empoisonnement ! Car en combinant, épisode après épisode, une trivialisation imbécile ou incomprise des plus ambitieuses thématiques science-fictionnelles, tout en se parant indûment d’une vertu de canonicité, Lower Decks vicie la relation du trekker au paradigme trekkien… susceptible de devenir progressivement – et même peut-être rétrospectivement – au mieux une vaste blague, au pire matière à dégout !
Ô combien offensive et offensante donc.

De quoi confirmer que les productions Kurtzman ne se contentent pas d’être d’une nullité abyssale à la limite du regardable, elles sont également très préjudiciables au matériau existant... en parasitant, phagocytant et profanant à qui mieux mieux quarante années (1964-2005) de créativité audiovisuelle inégalée... et sa mémoire... lovée dans l’intime de chaque trekker.
Dès lors, en l’honneur de ses pompes et ses œuvres, rien de plus logique qu’Alex Kurtzman ait été reconduit à la tête de la franchise par la direction actuelle de CBS pour cinq nouvelles années de vandalisme systématique, et rétribuées un montant exorbitant s’il vous plait ! Objectif : prospérer tel un ver, un coucou ou un changeling… jusqu’à ce qu’il ne subsiste plus rien de Star Trek… hormis une coquille vide dont le contenu aura été entièrement autocannibalisé et gloutonné.

C’est au fond, là (et las), le sentiment amer et malsain que convie désormais chaque épisode de Lower Decks, prouvant – s’il le fallait encore – qu’il ne suffit pas d’un empilement stérile de placements à l’usage des fétichistes d’un Trivial Pursuit trekkien pour sonner moins inauthentique et moins contrefaçon. Le bourrage d’infos puisées voracement dans les wikis en ligne n’est ni une condition suffisante ni une condition nécessaire pour composer une œuvre respectueuse, créative, inspirée, pertinente, intelligente... ou à tout le moins drôle ou décalée. Bien au contraire en réalité... Car les Easter eggs industrialisés sont à la fois le niveau zéro de l’internalisme, l’antithèse du worldbuilding, et finalement la mort de toute créativité.
Or selon l’épistémologie de Karl Popper, comme les mêmes causes dans les mêmes conditions produisent toujours les mêmes effets, il ne subsiste qu’une kafkaïenne sensation de surplace depuis 2020... pour ne pas dire depuis 2017... en vérité depuis 2009 ! Chaque analyse, chaque déconstruction, chaque pamphlet, chaque coup de gueule ne fait que relancer la roue du hamster doré, et il serait peut-être temps que les trekkers tentent de s’évader de cette cage où ils ont été piégés à leur insu...
En pareille situation, l’exercice critique ne s’est-il pas mué en un donquichotisme aussi futile qu’absurde ? Car le vide appelle le vide...
Le pieux boycott de l’an dernier est-il donc plus que jamais idoine et de mise... ou ne serait-il pas devenu lui aussi un peu vain ?

Cette série animée a tout de même le "mérite" (ironie inside) de ne pas faire lanterner le public durant des saisons entières sous l’empire fébrile de promesses politiciennes et de pyramides de Ponzi abracadabrantes avant de dévoiler son intimité si peu érotique, faite de néant et de trous noirs...
En somme, ici l’arnaque se paie cash.
Soit autant de temps gagné pour motiver les spectateurs à visionner autre chose, dans la mesure où tout semble dorénavant "moins pire" que cette chimère ou coquecigrue !
Avec hélas en contrepartie une surenchère d’outrages et de tournantes nécrophiles infligés au cadavre trekkien qui prend cher, toujours plus cher. Tandis que le label "Star Trek", désormais Jackass, est visiblement condamné à incarner la lie au pilori du paysage audiovisuel.

#Faketrek Lower Decks ou le naufrage de la cuistrerie systémique.

Zéro pointé !
Oui, "nihil novi sub sole" décidément.
Et "end of transmission" également.

Épilogue

Pas la peine de vous donner rendez-vous la semaine prochaine, ni les suivantes...
Avec un tableau de chasse qui vire de plus en plus au mur des cons, Lower Decks 02x02 Kayshon, His Eyes Open va se payer :
- ST TNG 05x02 Darmok avec le premier Tamarian de Starfleet,
- ST TNG 03x22 The Most Toys,
- ST TNG 06x24 Second Chances,
- ST TOS 03x22 The Savage Curtain,
- une involution de Starfleet en mode GI Joe,
- et le retour sur l’USS Cerritos, non pas de Brad Boimler, mais de son clone, pour pouvoir jouer sur les deux tableaux et garder l’USS Titan sous le coude.
Si le second opus gagne en qualité formelle, la manipulation anti-trekkienne n’en est que plus efficace, donc davantage trompeuse.
La vieille équation kurtzmanienne se vérifie donc toujours… Qu’on se le dise.

Par-delà tout jugement de valeur, se pose tout de même la question de savoir comment concilier en internaliste le concept de parodie (exagération ou détournement du réel) et la notion de canon (où ce qui est mis en scène est supposé être réel).
Une parodie se situe par définition dans le champ externaliste. Et c’est la raison pour laquelle Galaxy Quest et The Orville ne sont pas en soi problématiques contrairement à Lower Decks.

YR

EPISODE

- Episode : 2.01
- Titre : Strange Energies
- Date de première diffusion : Paramount+ 12/08 - Prime Video FR 13/08/2021
- Réalisateur : Jason Zurek
- Scénariste : Mike McMahan

BANDE ANNONCE





 Charte des commentaires 


Star Trek Lower Decks : Review 2.01 Strange Energies
Star Trek Discovery : Review 3.13 That Hope Is You, Part (...)
Star Trek Discovery : Review 3.12 There Is a Tide...
Star Trek Discovery : Review 3.11 Su’Kal
Star Trek Discovery : Review 3.10 Terra Firma partie (...)
La Folle Histoire du monde : Le film de Mel Brooks aura une suite (...)
Once Upon A Time In Aztlan : Amazon commande un pilote pour un (...)
Adventure Thru the Walt Disney Archives : Disney nous ouvre les (...)
Assassin’s Creed Fragment : Les 2 tomes chez 404 (...)
Salto - Bandes annonces : 23 octobre 2021
Uncharted : La première bande annonce
Chucky : Review 1.02 Give Me Something Good to Eat
Y, le dernier homme : Review 1.07 My Mother Saw a Monkey
Sandman : Jetons un oeil sur Gwendoline Christie en Lucifer
Cowboy Bebop : John Cho, Mustafa Shakir et Daniella Pineda en (...)