Star Trek : La science au défis dans les 6 séries TV Trek par la Dr. Erin Macdonald

Date : 29 / 05 / 2021 à 14h00

Dans un entretien avec les gens de The Pod Directive, la Dr. Erin Macdonald a trouvé des moyens pour dire oui à la science des six séries Star Trek de CBS All Access / Paramount+ (alors qu’il n’y en a que 5 en production...).

La fantasque astrophysicienne vit en fait un rêve car elle a embrassé une carrière à la télévision en commençant par être conseillère scientifique pour Star Trek - Discovery. Finalement devenue consultante sur plusieurs séries Star Trek, elle nous explique comment elle fait pour rester authentique... ou aussi authentique que possible.

Des séries différentes, une science différente :

Invitée au dernier épisode du podcast officiel de Trek, l’ingénieure en aérospatiale a parlé de la façon dont elle s’est épanouie depuis ses débuts sur Discovery et a établi une relation de confiance avec les scénaristes des autres séries de Trek :

"Certaines de ces autres séries étaient du genre : « Nan, on est cool. On n’a pas besoin de ça. » C’est comme, « Eh bien, je suis là... Internet peut être méchant, je peux vous aider. » Et puis c’était comme, « Ok, on va vous envoyer des scénarios. Et j’ai envoyé des notes. » Et puis construire cette relation où je suis passée de cette voix passive qui est comme, « Corrigez ce mot, corrigez ce mot » à dire, « Eh bien, peut-être qu’elle peut aider à résoudre ce problème. » Et donc, pour les séries dont je connais les histoires et les scénaristes un peu mieux, ils vont commencer à me faire participer tout le temps. Ça va du développement du concept à... par exemple, j’ai répondu à trois e-mails aujourd’hui qui disaient : « À quoi ça ressemble ? J’ai besoin d’un mot pour ça. »"

La physicienne a expliqué que chaque série avait une approche différente. Ici, elle parle de la manière dont Lower Decks - qui l’a fait venir pour la deuxième saison - laisse un peu plus de place à la science :

"Mike [McMahan] et moi avons sympathisé et discuté. Il m’a dit qu’il aurait aimé avoir mon aide. Et ils en sont arrivés à un point où ils mettaient simplement « quantum » et ensuite un mot aléatoire comme code pour « Erin, va réparer ça... » C’est aussi le genre d’histoires qu’ils veulent raconter. Avec Lower Decks et Mike et son équipe, ils veulent raconter des histoires amusantes et ils y parviennent vraiment. Mais par exemple, dans la saison 1, quand ils ont le bio-message qui sort et tout ("Vaisseau humide"), à aucun moment ils ne vont essayer de décrire cela et ils n’ont pas à le faire. Et je ne vais pas essayer de défendre ça. Parce que c’est un épisode drôle, et ce n’est pas ce qu’ils essaient de faire."

Elle compare ensuite cette approche à celle de Discovery... et de Prodigy :

"[Pour] une série comme Discovery, on veut vraiment s’appuyer sur le classique « Nous sommes des scientifiques, nous résolvons des problèmes, nous sommes confrontés à des problèmes et nous allons nous en sortir grâce à la science ». C’est là qu’ils veulent vraiment se pencher sur cette question. Et une partie de l’aide que je leur apporte consiste à venir avec le point de vue d’un scientifique. Ils diront : « Ok, en tant que scientifique, vous êtes confronté à ces données. Quelles questions poseriez-vous ? À quoi vous intéresseriez-vous ? Qu’est-ce qui vous ferait penser que les choses sont bizarres ? ». Et donc nous sommes capables de faire ça aussi."

"Et puis même aussi avec Prodigy - qui va sortir - ils ont ça en tête avec un public très jeune. Ils n’essaient pas nécessairement d’y intégrer une science complexe et intense. Mais vous pourriez avoir des scientifiques en herbe qui regardent cette série. Il s’agit donc de trouver un équilibre. Chaque série a un ton légèrement différent et c’est à moi de les aider à trouver la limite entre la science et la fiction."

Dire « oui » même quand la science dit « non » :

Erin a également révélé ce qu’elle considère comme la clé du succès pour travailler sur les nouvelles séries :

"La chose que j’ai apprise - et je pense que c’est ce qui a fait mon succès et qui m’a permis de construire tant de relations formidables avec tant de scénaristes formidables et talentueux - c’est mon existence en tant que fan également. Et la capacité de dire « Oui, et... » à ce qu’ils proposent. Beaucoup de consultants scientifiques, lorsqu’ils ont cette opportunité pour la première fois, ont tendance à se dire : « Ça ne marchera pas comme ça. Non. Ne faites pas ça. Non, vous ne pouvez pas faire ça. » Ce que j’aime faire, c’est d’être comme, « Okay, cool idée. Faisons en sorte que ça marche. » Et puis je pense qu’en construisant ces relations, nous avons été en mesure d’arriver au point où ça devient plus collaboratif. Comme, « Nous avons une idée cool, mais donnons-la à Erin. »"

Elle a ensuite précisé que dans certains cas, sa seule recommandation est de ne pas essayer d’utiliser la science pour expliquer quelque chose :

"C’est un projet de travail collaboratif très amusant. Mais ne vous méprenez pas, il y a des moments où - surtout lorsque les histoires sont brisées et travaillées en atelier, et dans les deux sens - vous recevez des notes qui disent : « Nous voulons vraiment faire ça. » Et je suis comme, « Oh, la science dit non à tous les niveaux ici. Ok, ne l’expliquons pas. Comme, ne pas faire de scans. » On va juste le voir et ça va aller."

Vivre le rêve Trekkie en travaillant sur six séries :

Grande fan de Star Trek, Erin Macdonald a expliqué dans un entretien avec TrekMovie en 2020 que c’est la science-fiction, et en particulier Voyager et le capitaine Janeway (Kate Mulgrew), qui l’a poussée à devenir scientifique. Dans le nouveau podcast, elle explique qu’elle n’arrive toujours pas à croire que c’est son travail maintenant :

"Ils ont déjà eu des conseillers scientifiques, mais pour moi, en tant que fan, c’est parfois « Oh, je dois écrire ça ! ». Ça peut être un peu écrasant. Ma position est unique en ce moment, car dans le passé, les conseillers scientifiques de Star Trek travaillaient sur une série, peut-être une seconde lorsque TNG et DS9 se chevauchaient. Mais ils étaient engagés par l’ensemble. C’était un travail très spécifique. Pour moi, je travaille sur six séries. J’ai toujours des scénarios à lire. J’ai toujours des réunions auxquelles je dois me rendre. Et donc je me mets dans un mode où je suis comme, « Oh mon dieu, je veux juste un jour de congé ». Et mon concubin me dira : « Quoi ? De lire des scripts de Star Trek. Dis-moi encore en quoi ta vie est difficile ? » Et c’est bon d’avoir cette perspective."

La Dr. Erin Macdonald évoque 6 séries Star Trek alors qu’il n’y en a que 5 actuellement en production : Discovery, Picard, Lower Decks, Prodigy et Strange New Worlds. Il y a donc de très grandes chances qu’elle ait lâché une information cruciale : Erin semble travailler sur une autre série Star Trek en développement, à moins qu’elle évoque Short Treks. S’agirait-il de Section 31 pour laquelle des scénarios ont déjà été écrits ? Ou parle-t-elle s’une autre série que préparent CBS Studios et Secret Hideout ?


Star Trek est Copyright © ViacomCBS Tous droits réservés. Star Trek et toutes ses déclinaisons, ses personnages et photos de production sont la propriété de ViacomCBS



 Charte des commentaires 


Star Trek Starfleet Academy : Une série au potentiel très (...)
Star Trek TV : Alex Kurtzman vous hantera encore et jusqu’en
Star Trek : Ronald D. Moore façonneur de l’empire (...)
Star Trek : La science au défis dans les 6 séries TV Trek par la (...)
Ceti Alpha V : Une question de temps pour la mini-série Star Trek (...)
Star Wars - Ahsoka : Ivanna Sakhno pour la série Disney+
La Roue du Temps : La Game of Thrones de Amazon ?
Furiosa : Tom Burke remplace Yahya Abdul-Mateen II
Doctor Who : Review 13.05 Flux Chapter Five - Survivors of the (...)
Star Wars : Les Rangers de la Nouvelle République mis à mort par (...)
Disney+ - Bandes annonces : 1er décembre 2021
Chucky : La poupée de retour pour une saison 2
PIFFF 2021 : Son histoire en bande annonce
Les Sorcières d’Akelarre : Le concours
Rush Out : Le jeu de rapidité et lancé de dés en simultané