361 connectés

Rétrospective Ida Lupino : La critique

Date : 29 / 09 / 2020 à 10h00
Sources :

Unification


Cette rétrospective de l’artiste Ida Lupino est une très belle initiative qui permet de découvrir une réalisatrice, actrice, scénariste et productrice américaine que l’on ne connaît pas forcément en France, surtout si on a moins de 60 ans ou qu’on n’est pas un cinéphile des années 40 et 50 des États-Unis.

Cette dernière, après avoir joué dans de nombreux films s’est associée avec son deuxième mari, Collier Young, pour créer la maison de production The Filmakers. Elle s’est alors tournée vers sa véritable passion, la réalisation et les scénarios et s’est spécialisée dans les films traitant des sujets sociologiques en leur apportant un prisme très en avance sur son époque.

Elle a d’ailleurs été la première femme à réaliser un film noir, avec un casting entièrement masculin, The Hitch-Hiker. Elle a été aussi la seule femme à réaliser un épisode de la quatrième dimension, dans laquelle elle est aussi apparue dans un autre épisode. Elle n’est d’ailleurs pas moins créditée de la réalisation d’une centaine d’épisodes de très nombreuses séries, ce qui en fait une grande réalisatrice un peu méconnue dans notre pays.

D’autant que par ces sujets, elle apporte un vrai charme au cinéma indépendant américain et surprend par la création de personnages féminins particulièrement touchants et travaillés, tout en n’oubliant pas leurs pendants masculins qui sont aussi attachants et humains.

Ce sont quatre films, dans une magnifique version restaurée, que propose Les Films du Camelia. On peut évidemment en découvrir l’un de ses plus célèbre, The Hitch-Hiker, préservé au United States National Film Registry. Deux amis partant à la pêche sont pris en otage par un auto-stoppeur serial killer qui les utilise pour fuir la police. Les trois comédiens, Edmond O’Brien, Frank Lovejoy et William Talman, sont formidables et la virtuosité de la mise en scène de ce road movie à travers les États-Unis et le Mexique crève l’écran. Les personnages sont vraiment intéressants et cette étrange bromance, dans laquelle les victimes sont campées par des hommes, fonctionne parfaitement.

La rétrospective permet aussi de découvrir le premier film en tant que réalisatrice d’Ida Lupino, qui a remplacé au pied levé le réalisateur original, frappé par une crise cardiaque, dans Not Wanted. Cette dernière est aussi la scénariste d’une histoire présentant dans les années 50 une mère-fille et la vie qu’elle mène. L’œuvre est particulièrement poignante, ne tombe jamais dans le misérabilisme et offre de magnifiques personnages en la personne de cette jeune femme abandonnée par l’homme qu’elle aime, campée magnifiquement par Sally Forrest, et de l’homme handicapé de guerre, qui s’éprend d’elle, le formidable Keefe Brasselle.

On retrouve d’ailleurs ces deux acteurs dans les rôles-titres d’une œuvre qui à l’époque n’a pas marché en salle et qui évoque la maladie la polio. En effet, Ida Lupino en a été atteinte et en a eu des séquelles. Elle conte avec une grande véracité, et une très belle délicatesse la descente aux enfers d’une jeune danseuse qui va se retrouver frappée par cette terrible maladie dans Never Fear. La majorité du film se déroule dans un véritable institut de rééducation et montre de vrais patients. Le long métrage permet aussi d’assister à une magnifique scène, celle d’un ballet envoûtant fait en fauteuil roulant. Il faut d’ailleurs signaler que la souche sauvage de la polio n’a été éradiquée en Afrique qu’en 2020, suite à des efforts de longue durée.

Le dernier film, dans lequel Ida Lupino joue aussi, présente un bigame dans The Bigamist. Ce dernier fait l’objet d’une enquête alors que lui et sa femme essayent d’adopter un enfant. Mais c’est sa vie secrète qui est dévoilée et ce dernier raconte comment il en est parvenu à vivre avec deux femmes différentes. Sans aucun moralisme, en présentant un homme particulièrement attachant, formidablement campé par Edmund Gwenn, l’œuvre à une fin ambiguë, permettant à chacun de voir ce qu’il y veut. Joan Fontaine et Ida Lupino complètent très bien ce trio dans les rôles des deux femmes de sa vie.

Les quatre œuvres sont toujours passionnantes à regarder, permettent de se replonger dans une époque passée et de se rendre compte que certains sujets d’actualité restent toujours d’une grande sensibilité. La réalisatrice montre qu’elle maîtrise parfaitement la mise en scène et qu’elle sait filmer avec un grand talent les femmes pour les mettre particulièrement en valeur. Ses personnages entiers et humains sont attachants et si ses sujets sont sensibles, elle les aborde avec une belle délicatesse et les traites avec beaucoup de tendresse.

Cette rétrospective Ida Lupino donne l’occasion de découvrir une grande réalisatrice qui mérite assurément d’être (re)découverte. À la vision de ses œuvres, on comprend pourquoi elle a marqué de son empreinte le cinéma américain et la raison pour laquelle certains de ses films sont d’ailleurs reconnus comme de très grands longs métrages américains. Je ne saurais que vous conseiller d’aller voir les quatre films si vous en avez l’occasion, mais si cela n’est pas possible, leurs sujets variés permettra à chacun de trouver celui qui l’attire le plus.

En tout cas, on prend un grand plaisir à (re)découvrir chacune de ses œuvres, d’autant que le magnifique noir et blanc et la restauration impeccable en font un vrai plaisir pour les yeux.

Une très belle découverte et une filmographie à visionner.

SYNOPSIS

Pionnière du cinéma indépendant américain, l’auteure du Voyage de la peur joua d’abord la comédie chez Raoul Walsh, Nicholas Ray, Robert Aldrich ou Fritz Lang, avant de s’imposer en tant que réalisatrice dans un milieu dirigé exclusivement par des hommes. Entre 1949 et 1953, elle réalise six films à fleur de peau sur les pires tabous de l’époque : le viol, l’adultère, la maladie …

Une redécouverte en quatre films de la grande cinéaste indépendante, engagée et féministe, Ida Lupino, dont l’œuvre majeure reste encore rare et méconnue, dont The Bigamist et Never Fear, inédits au cinéma en France.

Rétrospective en 4 films de la pionnière du cinéma américain indépendant, un hommage à Ida Lupino, l’un des plus beaux secrets cachés de l’histoire du cinéma américain.

- The Bigamist (Bigamie), 1953, 1h23
Résumé : Un couple sans enfant demande à adopter. Mais l’enquête préalable met à jour la vie secrète du mari…
Avec Joan Fontaine, Ida Lupino, Edmund Gwenn

- Not Wanted (Avant de t’aimer), 1949, 1h31
Résumé : Une jeune fille est arrêtée suite à un vol de bébé. Dans sa cellule, elle évoque son passé…
Avec Sally Forrest, Keefe Brasselle, Leo Penn

- Never Fear (Faire face), 1949, 1h21,
Résumé : Après un travail acharné, une jeune danseuse touche à la consécration. Brusquement malade et paralysée, elle est forcée de renoncer à son métier…
Avec Sally Forrest, Keefe Brasselle, Hugh O’Brian

- The Hitch-Hiker (Le Voyage de la peur), 1953, 1h11
Résumé : Un tueur en série se fait prendre en stop par deux amis partis pêcher. Le voyage de l’angoisse commence…
Avec Edmond O’Brien, Frank Lovejoy, William Talman

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 20
- Titre original : The Bigamist
- Date de sortie : 30/09/2020
- Réalisateur : Ida Lupino
- Scénariste : Ida Lupino
- Interprètes : Joan Fontaine, Ida Lupino, Edmund Gwenn, Sally Forrest, Keefe Brasselle, Leo Penn, Hugh O’Brian, Edmond O’Brien, Frank Lovejoy, William Talman
- Producteur : Ida Lupino pour The Filmaker
- Distributeur : Les Films du Camelia

LIEN

- SITE OFFICIEL


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Michel-Ange : La critique
Poly : La critique
Petit Vampire : La critique
Le feu sacré : La critique
Manhunter : La critique
Raya et le dernier dragon : La première bande annonce du nouveau (...)
Star Wars The Mandalorian : Une seconde bande annonce pour la (...)
The Batman : Superman & Wonder Woman sur les plateaux de (...)
The Third Day : Review 1.06 La nuit
The Falcon and The Winter Soldier : Danny Ramirez pour un rôle (...)
Rebecca : La review du film Netflix
Netflix - Bandes annonces : 21 octobre 2020
The Flight Attendant : Yasha Jackson pour la série HBO Max (...)
The Crown : Dominic West sera le Prince Charles pour la saison (...)
FBI - Most Wanted : Amy Carlson & Terry O’Quinn pour la (...)