470 connectés

The Boys : Anthony Starr réagit au final de l’épisode 4 (Spoilers)

Date : 16 / 09 / 2020 à 14h30
Sources :

TVLine


Attention chers lecteurs, Spoilers Alert ! Si vous n’avez pas encore vu l’épisode Rien de tel dans le monde entier, le 4e de la saison 2 de The Boys, n’allez pas plus loin, vous allez découvrir un élément crucial de l’intrigue de celui-ci.

On découvre donc dans cet épisode que Le Protecteur (Anthony Starr), quand il est en manque d’amour (ou de lait), se réfugie dans une cabane au fond des bois pour y retrouver une certaine Madelyn Stillwell (Elisabeth Shue). On comprend très vite qu’il ne s’agit pas de la vraie Madelyn, mais d’un polymorphe qui se fait passer pour elle. À la fin de l’épisode, ce même polymorphe joue avec le feu et se transforme en Protecteur. Confronté à lui même, Le Protecteur montre alors toute l’étendue de son état émotionnel et ce qu’il pense de lui-même. L’acteur s’est donc prêté au jeu de questions / réponses avec TVLine au sujet de ce face à face "perturbant".

Cette scène en dit long sur la psychologie du Protecteur...

Oui, tout à fait. Toute cette séquence, la séquence de la cabine, appelons-la ainsi, est vraiment très perturbante. C’est une chose assez bizarre à faire. Mais c’est aussi très amusant. J’ai regardé cette scène et je me suis dit : "Wow, c’est épouvantable mais hystérique."

Quand vous avez filmé la scène, avez-vous eu un moment où vous vous êtes dit : "Qu’est-ce que je fais ? C’est tellement bizarre".

Je ne vais pas mentir : j’ai des moments comme ça tout le temps, que ce soit juste à propos du travail général que je fais ou que ce soit un moment spécifique, pas plus que lorsque nous avons fait cette série. Dans celle-ci, il y a des moments où je me gratte la tête en me disant : "Wow, on va vraiment faire ça ? Est-ce que je lis bien ?" et puis je le vois à l’écran, et j’adore ça.

Pensez-vous que c’est une faiblesse que Le Protecteur ait encore besoin de Stillwell et qu’il ait besoin d’un sosie pour prétendre être Elle pour lui ?

Oui. D’emblée, j’ai vu Le Protecteur comme le personnage le plus fort, physiquement, et absolument le plus faible de la série, émotionnellement et psychologiquement. ... [Sans Stillwell], il n’y a pas de tampon entre lui et le géant qu’est [Vought], et aussi, il n’y a personne pour masser son ego et le maintenir, à la manière bizarre d’Oedipe, debout et sur un pied d’égalité, vraiment. Quand des problèmes surgissent, Madelyn s’en occupe en s’ingérant dans les affaires. Il ne sait tout simplement pas comment faire face. Du début de la saison 2, jusqu’à la fin, il essaie vraiment de retrouver un certain équilibre. Et c’est en grande partie parce qu’il a désintégré le visage de Madelyn Stillwell. [rires]

Quand le polymorphe passe de Stillwell au Protecteur, que se passe-t-il dans la tête du vrai Protecteur quand il se voit et qu’il est si suggestif ?

Je me souviens que ce jour-là, j’ai donné tellement d’options différentes qui allaient partout. Nous en avons fait quelques-unes où j’ai ri de façon hystérique, et d’autres où j’ai gonflé les yeux, et d’autres encore où je ne savais pas comment réagir, et je pense que beaucoup de ces options ont été utilisées. Mais c’est un moment de clarté très surréaliste pour Le Protecteur quand il se voit et qu’il se rend compte à quel point il est faible et dans le besoin. En même temps qu’il est dégoûté et repoussé par cela, il y a aussi une empathie pour lui-même, pour le petit garçon qui est en lui. C’est un moment très bizarre, surréaliste, que nous avons essayé d’intégrer dans notre travail. Il faudrait que je le revoie, mais je pense que la plupart des choses se sont passées dans une situation assez dingue.

Et le dialogue est tellement pointu à ce moment-là. Vous lui dites : "T’es pathétique. Je n’ai pas besoin que tout le monde m’aime. Je n’ai besoin de personne. Je n’ai pas besoin de toi."

Une partie de ce personnage est un petit garçon. C’est un petit garçon qui traverse une puberté émotionnelle, peut-être, dans laquelle ses émotions ont été coupées très tôt dans sa vie, et maintenant il a atteint un point, pour une raison quelconque, où il ne veut plus de la vie. Depuis le début de la saison 1, il essaie de se développer et de devenir meilleur et plus grand. Peut-être qu’il se prend pour un dieu et qu’il mérite d’être élevé à ce statut aux yeux de tous. Et puis le problème est qu’il ne sait pas comment faire face à certaines des choses qui se présentent et à une grande partie de ces l’effets. C’est un peu comme les montagnes russes pour Le Protecteur. Le pauvre vieux chéri a beaucoup à apprendre.

Je trouve très intéressant qu’il dise qu’il n’a besoin de personne et qu’il montre beaucoup de mépris pour les gens, mais en même temps, [...] il cherche désespérément l’approbation de tout le monde.

Il est, en un sens, le personnage le plus vulnérable émotionnellement, le plus nécessiteux, le plus faible, à cent pour cent, de la série. L’éternel dilemme pour Le Protecteur est que ce qu’il déteste le plus chez lui, c’est son humanité, mais c’est aussi ce qui fait de lui ce qu’il est : ce besoin, cette envie et ce désir de se connecter avec quelqu’un ou n’importe qui, vraiment. Il est tellement isolé. C’est donc un gros sac de contradictions et d’idées contrastées. C’est un type très, très perturbé.


Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


The Boys : Anthony Starr réagit au final de l’épisode 4 (...)
The Boys : Mais où était Butcher pendant l’épisode 1 de la (...)
The Boys : Eric Kripke explique la sortie échelonnée de la saison (...)
The Boys : Le Protecteur est-il invincible ?
The Boys : En attendant la saison 2
Star Wars - The Mandalorian : Giancarlo Esposito évoque déjà une (...)
Supergirl : La saison 6 sera la dernière !
Enola Holmes : La review du film Netflix
Dark Crystal - Le temps de la résistance : Netflix met fin à la (...)
Batman : Le Batman Day fêté à Paris
The Hunt For Atlantis : Netflix se lance dans l’aventure
Your Honor : La bande annonce de la série Showtime avec Bryan (...)
Un pays qui se tient sage : La critique
Rebel : ABC adapte Erin Brockovich en série
It Will Just Be Us : Nicolas Coster-Waldau acquiert les droits (...)