398 connectés

Raised by Wolves : Review des 3 premiers épisodes

Date : 06 / 09 / 2020 à 13h00
Sources :

Unification


Raised by Wolves est une intrigante série de science-fiction qui voit pour la 1ère fois Ridley Scott, l’un des maîtres du genre au cinéma, passer derrière la caméra pour réaliser un support scénarisé pour la télévision.

Le concept est le suivant. Dans un futur très éloigné (l’an 2158, si je ne me trompe pas), l’Humanité s’est déchirée dans de mortelles guerres de religions. Ce qui reste des humains vit à l’abri dans une Arche, à la recherche d’une nouvelle planète à coloniser. De leur côté, Père (Abubakar Salim) et Mère (Amanda Collin) sont 2 androïdes créés par des humains athées et envoyés à travers l’espace dans la constellation du Cygne sur Kepler-22b, une éxoplanète inhospitalière située à plus de 638 années-lumières de la Terre. Ils ont en charge de concevoir, de mettre au monde et d’élever des enfants dans la pure tradition athée, et cela pour faire naître une nouvelle civilisation dépourvue de toute croyance superflue. Tout bascule lorsque les humains, extrémistes religieux - de confession "Mithraïque" - atterrissent 12 ans plus tard et veulent s’emparer des enfants.

Scott réalise ici un excellent support de science-fiction à très gros budget et cela se voit tout de suite. La scène d’introduction du 1er épisode est particulièrement réussie. Des décors à couper le souffle, des effets visuels très haut de gamme et on plonge directement dans la série. La mythologie est installée, on nous explique comment des androïdes font pour concevoir des enfants (pas comme des humains évidemment) et le principe est tout bonnement crédible.

Récit sur ce qui fait de chaque être un humain ou non, la série écrite par Aaron Guzikowski pose des questions existentielles cruciales, tant en lien avec nos actes qu’avec nos croyances : 1) Qu’est-ce qui fait de chacun de nous un être humain ? 2) Une intelligence artificielle peut-elle être considérée comme humaine ? 3) Quelle est la place de la religion dans l’humanité qui nous est propre ? 4) Un humain n’est-il pas "génétiquement programmé" pour trouver le réconfort dans la prière ?

Les réponses à ces questions, ce sont les 2 singuliers personnages - et leurs enfants - qui nous les donnent. Père et Mère ont beau ne pas correspondre à une définition de l’être humain, ils se comportent pourtant comme tel. Programmés pour prendre soin l’un de l’autre, ils représentent exactement ce que nous connaissons sous le nom de parents. Ils élèvent les enfants dans un monde désertique et hostile comme s’il s’agissait des leurs, et sans jamais leur faire défaut, mais sans être parfaits. Ils font face aux épreuves de la "vie" comme n’importe quel humain. Mais ils se rendent également compte que croire en quelque chose de - soit disant - supérieur est le propre de l’humain. Les 2 androïdes possèdent également nos côtés les plus sombres : ils mentent (ou plutôt, ne disent pas forcément la vérité, histoire de protéger), ils haïssent, et finissent par tuer... Mère possède également des capacités dont on a encore du mal à comprendre les origines.

Les humains, les "vrais", de leur côté, ne sont pas forcément ceux qu’ils prétendent être. Pétris de croyances aveugles, ils débarquent et, comme souvent dans ce cas, cherchent à imposer leur vision et sèment le chaos sur leur passage. Ils sont une référence évidente à ces chrétiens extrémistes du Moyen-Âge, pendant l’époque bénie de Dieu (demandez au pape Urbain II ce qu’il en pense), les Croisades. Affublés d’un uniforme blanc et auréolé d’un soleil rougeoyant (mais pas une croix), ils font vraiment penser aux chevaliers croisés de cette époque si sombre de l’Histoire du Monde. Certains d’entre eux - Marcus (Travis Fimmel) en tête - ont des secrets et les épisodes lèvent progressivement le voile sur ces derniers.

Raised by Wolves, pour ce qu’on a pu en voir pour le moment, vaut vraiment la peine d’être vue. Vous me direz que l’évocation de Ridley Scott à elle seule est un gage de qualité, mais la série n’est pas uniquement la vision du réalisateur. Il ne réalise que les 2 premiers épisodes, il pose sa marque, il installe son esthétique, mais laisse ensuite d’autres réalisateurs (dont son fils, Luke) prendre le relais. J’ai hâte de voir ce que cela va donner, d’autant que retrouver Travis Fimmel dans une série après Vikings (en Ragnar Lothbrok) est un très grand plaisir...

ÉPISODE

- Episodes : 1.01, 1.02, 1.03
- Titres : Raised by Wolves, Pentagram, Virtual Faith
- Date de première diffusion : 3 septembre 2020 (HBO Max)
- Créateur : Aaron Guzikowski
- Réalisateurs : Ridley Scott, Luke Scott
- Scénariste : Aaron Guzikowski
- Avec : Travis Fimmel, Amanda Collin, Abubakar Salim, Winta McGrath, Niamh Algar, Felix Jamieson, Ethan Hazzard, Jordan Loughran, Aasiya Shah, Ivy Wong, Matias Varela

RÉSUMÉ

Alors que les êtres humains se déchirent sur fond de guerres de religion, les robots apprennent qu’il est compliqué et dangereux de vouloir contrôler les croyances des humains. Pendant ce temps, deux androïdes tentent d’élever un enfant humain sur une planète vierge.

BANDE ANNONCE



Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


The Third Day : Review 1.06 La nuit
Lovecraft Country : Review 1.10 Full Circle
The Third Day : Review 1.05 The Daughter
Lovecraft Country : Review 1.09 Retour en 1921
The Third Day : Review 1.04 The Mother
The Suicide Squad : Le droit de tuer accordé à James (...)
Avatar 2 : Kate Winslet vole sous l’eau ?
Utopia : La review de la saison 1
Titans : Les premières images de Red Hood
Bullet Train : Aaron Taylor-Johnson prendra le TGV avec Brad (...)
American Gods : La saison 3 disponible en janvier dans un climat (...)
Saved by the Bell : La dernière bande annonce du revival (...)
Outer Banks : Elizabeth Mitchell sera la méchante de la saison (...)
Dopesick : Rosario Dawson pour la mini-série Hulu
The Woman in the House : Kristen Bell verra des morts sur (...)