550 connectés

Lovecraft Country : Review des 5 premiers épisodes

Date : 17 / 08 / 2020 à 14h00
Sources :

Unification


Les 5 premiers épisodes de la saison 1 de Lovecraft Country, série de 10 épisodes de 1 heure de Misha Green et Jordan Peele, sont très réussis et prometteurs.

Le scénario de Jonathan I. Kidd, Sonya Winton, Misha Green, Matt Ruff et Jordan Peele se déroule dans les années 50 en pleine ségrégation aux États-Unis. Il présente un jeune homme qui part chercher son père disparu en compagnie de son oncle et d’une amie. Ceux-ci vont alors non seulement se retrouver confrontés à la violence des hommes, mais aussi à des créatures issues des œuvres Lovecraftiennes.

Ainsi, les monstres, la magie, les sociétés secrètes d’hommes blancs, le racisme très présent, et la société américaine de ces années cinquante sont montrés d’une façon particulièrement prenante.

Ce qui marque le plus le récit est sa capacité constante à se renouveler, à en mettre plein les yeux et surtout à apporter de nombreux rebondissements qu’on ne voit jamais venir et des révélations tout aussi étonnantes. Car dès le premier épisode, l’intrigue entraîne le spectateur à 100 à l’heure et ne le relâche jamais. L’atmosphère est tout aussi réussie, parfois pesante et fantastique, matinée de magie et même, de temps en temps, crépusculaire.

D’ailleurs, si les cinq derniers épisodes gardent un tel rythme, et offre des révélations aussi originales, la série deviendra clairement excellente et sera une véritable pépite du fantastique à côté de laquelle il ne faut en aucun cas passer. Les cinq premiers épisodes sont d’ailleurs particulièrement captivants et donnent vraiment envie de savoir comment la série va se développer, et la manière dont elle va lier les éléments qu’elle nous dispense au gré de ses différents épisodes.

La réalisation est vraiment très bonne. Celle-ci est sans temps mort et propose des séquences particulièrement haletantes et anxiogènes. Les différentes aventures que subissent les protagonistes sont de temps en temps spectaculaires et parfois même dantesques. L’atmosphère est vraiment très travaillée et tant dans les moments plus intimes, que ceux vraiment troublants, il est impossible de décrocher de chaque épisode.

Les comédiens sont tous très bons. Jonathan Majors est formidable en jeune homme essayant de trouver son père et se battant pour rester en vie malgré les aléas auxquels il est confronté. Jurnee Smollett-Bell est très bonne en meilleure amie ayant un caractère affirmé qui ne s’en laisse conter par personne. Michael Kenneth Williams est intéressant en père ambiguë qui est le dépositaire de bien des secrets. Wunmi Mosaku est sympathique en chanteuse ayant envie d’une vie normale. Et Abbey Lee est impressionnante en jeune femme mystérieuse qui en sait beaucoup.

La reconstitution des années 50 est remarquablement bien faite. Certains passages se déroulant dans un Chicago du siècle précédent sont plus vrais que nature. Le soin extrême apporté aux décors, aux accessoires, aux voitures et à l’environnement donne réellement l’impression de se retrouver plongé des décennies en arrière. La très belle photographie apporte d’ailleurs une bien jolie touche à ce qu’il se passe à l’écran.

Les effets spéciaux sont d’ailleurs tous impeccables. Et les monstres, qui sont parfois humains, présentés sont plus vrais que nature, donnant l’impression qu’ils sont des plus vivants et que si nous aussi nous voyageons en plein cœur des États-Unis, nous pourrions les croiser et finir comme certains, d’une bien horrible façon.

Les 5 premiers épisodes de la saison 1 de Lovecraft Country sont particulièrement passionnants à suivre et si la deuxième partie est au moins du même niveau, il faut vraiment espérer qu’il y a une seconde saison aux aventures extraordinaires de personnages sortant de l’ordinaire.

Avec une histoire réservant sans arrêt des surprises très intelligentes, une réalisation parfois impressionnante, des effets spéciaux superbes et des comédiens excellents, la série est vraiment inventive et donne une très grande envie de la découvrir en entier afin d’en savoir un peu plus sur ce qu’il advient aux différents protagonistes.

Impressionnant et envoûtant.

Vous pouvez retrouver ci-dessous les articles vers :
- Les épisodes 1 à 5
- L’épisode 6
- L’épisode 7

ÉPISODE

- Episode : 1.01 à 1.05
- Titre : Sundown, Whitney’s on the Moon, Holy Ghost, A History of Violence, Strange Case
- Date de première diffusion : 17 août 2020 (OCS)
- Créateur : Misha Green, Jordan Peele
- Réalisateur : Daniel Sackheim Yann Demange, Cheryl Dunye, Victoria Mahoney, David Petrarca
- Scénariste : Jonathan I. Kidd, Sonya Winton, Misha Green, Matt Ruff, Jordan Peele
- Avec : Jurnee Smollett-Bell, Jonathan Majors, Aunjanue Ellis Courtney B. Vance, Wunmi Mosaku, Abbey Lee, Jamie Chung, Jada Harris, Michael Kenneth Williams

RÉSUMÉ

Dans l’Amérique raciste des années 1950, Atticus Black, un jeune homme de 25 ans, embarque avec son amie Letitia et son oncle George dans un road trip à la recherche de son père disparu. Sur la route, ils rencontrent des monstres fantastiques, ainsi que des monstres bien réels...

BANDE ANNONCE



Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


The Third Day : Review 1.06 La nuit
Lovecraft Country : Review 1.10 Full Circle
The Third Day : Review 1.05 The Daughter
Lovecraft Country : Review 1.09 Retour en 1921
The Third Day : Review 1.04 The Mother
The Suicide Squad : Le droit de tuer accordé à James (...)
Avatar 2 : Kate Winslet vole sous l’eau ?
Utopia : La review de la saison 1
Titans : Les premières images de Red Hood
Bullet Train : Aaron Taylor-Johnson prendra le TGV avec Brad (...)
American Gods : La saison 3 disponible en janvier dans un climat (...)
Saved by the Bell : La dernière bande annonce du revival (...)
Outer Banks : Elizabeth Mitchell sera la méchante de la saison (...)
Dopesick : Rosario Dawson pour la mini-série Hulu
The Woman in the House : Kristen Bell verra des morts sur (...)