591 connectés

Virus tome 2 : La critique

Date : 08 / 08 / 2020 à 07h45
Sources :

Unification France


Virus
Tome 2, Ségrégation

  • Editeur : Declourt
  • Scénario : Sylvain Ricard
  • Dessin : Rica
  • Série : Virus
  • Collection : Néopolis
  • Date de sortie : 10 juin 2020
  • Format : 20 x 26,5cm
  • Nombre de pages : 120
  • ISBN : 978-2-7560-8231-8
  • Prix : 18.95 €

La pandémie gagne du terrain ! Laissez-vous infecter par le virus et embarquez à bord du « Babylon of the Seas » pour une croisière mortelle en Méditerranée. Lorsque la fiction donne un terrible avant-goût de réalité…

Les autorités chargées de l’enquête remontent la piste sanglante du virus jusqu’à la firme menant des recherches épidémiologiques très officieuses. Ils découvrent rapidement comment Guillaume Roblès, le patient zéro, a embarqué sur le bateau de croisière. Il faut maintenant dépêcher des volontaires pour monter à bord et recouper les cahiers volés contenant les notes et les protocoles expérimentaux.

Décryptage

La situation s’aggrave en mer Méditerranée sur le Babylone of the Seas, le gigantesque paquebot de croisière. Elle se dégrade même d’heure en heure. Le virus continue à se propager, les passagers meurent les uns après les autres, et une partie de l’équipage fomente une mutinerie pour prendre le contrôle du bateau, pendant que le gouvernement tente d’endiguer la crise, loin dans sa tour d’ivoire.

Forcément, une telle histoire, même si elle a débuté bien avant qu’on entende parler du Covid-19 (pour rappel le premier tome est sorti le 9 janvier 2019), qui raconte ce qui se déroule sur un paquebot de croisière où se déclare une pandémie mortelle, n’est pas sans rappeler, avec un certain malaise, notre actualité, notre quotidien maintenant... Le secret, la désinformation, les actions du gouvernement, les journalistes, la diffusion de l’information par les médias, la désinformation, les réactions épidermiques des gens sur le bateau, tout est empreint d’une vérité qui fait froid dans le dos. Même si elle est traitée avec une certaine ironie et un humour noir, il reste que des centaines, voire des milliers de gens périssent.

L’histoire prolonge celle du premier tome et se concentre sur Guillaume Roblès et la manière dont il est arrivé sur le bateau, sur ceux qui le traquent pour comprendre son parcours et ses travaux et sur les employés des cuisines qui ne comptent pas rester sans rien faire sur le bateau, sans parler du gouvernement qui fait... pas plus que ce qu’on attend de lui. C’est cliché mais tellement vrai.

Légère déception (gêne ?) pour ce second tome. Peut-être qu’on en attendait trop après un excellent premier tome, ou qu’il ne tombe pas forcément au bon moment, mais ce tome 2 de Virus est un poil décevant (gênant ?), comme si l’époque que nous vivons nous interdit empêche d’apprécier ce récit débuté bien avant la crise du Covid. Alors du coup ça fait bizarre de voir "si tôt" des gens avec des masques dans une BD, comme ça fait bizarre de voir des séries avec des gens qui se serrent la main ou qui s’embrassent encore. Etrange époque, mais passé ce "sentiment inconfortable", on reste sur une BD de très bonne qualité avec un récit maitrisé, des personnages "hauts en couleur" et un humour décapant.


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


La part du ghetto : La critique
Dceased Unkillables : La critique
Crusaders : La critique du tome 2
L’espion de César : La critique du tome 1
Classe tous risques : La critique
Kipo et l’âge des Animonstres : Review de la saison (...)
Servant : Bande annonce et date pour la saison 2 de la série (...)
Guillermo Vilas - Un classement contesté : La review du film (...)
Day Shift : Jamie Foxx chassera des vampires sur Netflix
Zonakron - Valliance : La critique du jeu de rôle et de (...)
Cinéma - Bandes Annonces : 26 octobre 2020
Star Trek Discovery : Review 3.02 Far From Home
Battlestar Galactica : Simon Kinberg pour écrire et produire le (...)
La Famille Addams : Tim Burton pour produire et réaliser une (...)
GLOW : Des questions de représentation auraient-elles provoqué la (...)