295 connectés

Jumbo : La critique

Date : 29 / 06 / 2020 à 10h45
Sources :

Unification


Jumbo est un bien premier étrange long métrage de Zoé Wittock qui présente une étonnante histoire d’amour.

Le scénario de Zoé Wittock se base sur une histoire vraie qui sort franchement de l’ordinaire. Une jeune fille, gardienne de nuit dans un parc d’attractions, et ayant une relation fusionnelle avec sa mère, tombe éperdument amoureuse d’un manège. Entre réalité, onirisme et fantastique, le récit emporte le spectateur à la suite de cette jeune femme peu commune.

Le premier long métrage de Zoé Wittock propose des scènes vraiment magnifiques. Elle filme fort bien la jeune fille et sa relation très forte avec sa mère. Elle met aussi parfaitement en scène ce manège au cœur de l’attention de la première. Les séquences nocturnes de celle-ci et de son cher manège adoré sont très belles visuellement et bénéficient d’un magnifique travail sur la lumière de Thomas Buelens et d’une bande sonore particulièrement bien travaillée.

L’ambiance qui plane sur le long métrage est très particulière. À travers cette femme qui a du mal à s’intégrer, c’est la question de la différence qui est abordée d’une bien délicate façon. La réalisatrice montre cette dernière avec ses failles et ses points forts et raconte un superbe conte de fées moderne montrant que le prince charmant n’a pas besoin d’avoir de sexe et que l’amour n’a pas besoin d’avoir de barrière.

Si la relation mère-fille et les divergences entre les deux protagonistes sont très importantes, l’œuvre ne raconte jamais l’histoire de la folie. En effet, malgré ses goûts étranges, la jeune fille est montrée comme une femme sachant ce qu’elle veut. Si certains peuvent se moquer d’elle, Zoé Wittock porte une très grande bienveillance à son égard et laisse la porte ouverte sur la possibilité de se retrouver face à un manège ayant vraiment une âme.

L’interprétation est très bonne. Noémie Merlant crève l’écran en jeune fille à l’amour dévorant. La comédienne propose des séquences marquantes qu’elle interprète parfaitement. Emmanuelle Bercot est très bonne dans le rôle de sa mère, essayant de faire rentrer sa fille dans le même moule qu’elle. Bastien Bouillon est vraiment intéressant en responsable du parc d’attractions ayant des vues sur la jeune fille. Et Sam Louwyck incarne avec justesse un homme bien sympathique qui sort avec la mère du personnage principal. Il faut évidemment signaler le protagoniste impressionnant du manège qui a un charme certain et une présence parfois magnétique.

Jumbo est un film vraiment curieux, mais qui conte avec beaucoup de délicatesse l’histoire d’amour improbable entre une jeune fille et un manège. Avec un récit simple et efficace, une ambiance parfois poétique, à la limite du fantastique, et de bons acteurs, l’œuvre ne s’adresse pas à tout le monde, mais vaut assurément la peine qu’on s’attarde dessus.

Étrange et onirique.

SYNOPSIS

Jeanne, une jeune femme timide, travaille comme gardienne de nuit dans un parc d’attraction. Elle vit une relation fusionnelle avec sa mère, l’extravertie Margarette. Alors qu’aucun homme n’arrive à trouver sa place au sein du duo que tout oppose, Jeanne développe d’étranges sentiments envers Jumbo, l’attraction phare du parc.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 34
- Titre original : Jumbo
- Date de sortie : 01/07/2020
- Réalisateur : Zoé Wittock
- Scénariste : Zoé Wittock
- Interprètes : Noémie Merlant, Emmanuelle Bercot, Bastien Bouillon, Sam Louwyck, William Abello, Tracy Dossou, Jonathan Bartholme
- Photographie : Thomas Buelens
- Montage : Thomas Fernandez
- Musique : Thomas Roussel
- Costumes : Carine Ceglarski
- Décors : William Abello
- Producteur : Anaïs Bertrand, Gilles Chanial, Annabella Nezri pour Insolence Productions, Les Films Fauves, Kwassa Films
- Distributeur : Rezo Films

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Jumbo



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Mon Ninja et moi : La critique
Felicità : La critique
Lucky Strike : La critique
Tout simplement noir : La critique
Scooby ! : La critique
Jurassic World - Dominion : Retour en production placé sous de (...)
The 100 : 7.08 Anaconda
Mon Ninja et moi : La critique
Watchmen : Pourquoi il n’y aura pas de saison 2 par Damon (...)
Mom : La review du film Netflix
Village Of The Damned : David Farr pour écrire une nouvelle (...)
Gangrène, une histoire d’amour : Anti-romance corrosive (...)
VOD DVD - Bandes Annonces : 11 juillet 2020
The Umbrella Academy : La bande annonce de la saison (...)
Agents of S.H.I.E.L.D. : Review 7.07 The Totally Excellent (...)