427 connectés

Home Before Dark : Review saison 1

Date : 08 / 04 / 2020 à 13h00
Sources :

Unification


The Future is Female proclame le huitième épisode de cette remarquable série. Après avoir vu Home Before Dark, je veux bien le croire. En tout cas, en ce qui concerne l’avenir des femmes dans l’audiovisuel.

Remarquable, parce qu’une fois de plus il nous est donné de constater qu’une équipe créative principalement féminine est capable de faire aussi bien, sinon mieux, qu’une équipe majoritairement masculine (à part pour l’insupportable Vagrant Queen, mais je continue à penser que j’ai dû louper un truc sur ce coup là). Remarquable, parce qu’on est à la limite du zéro défaut : les scénarios sont bien construits, prenants et - à quelques détails près - tout à fait crédibles ; la mise en scène est parfaitement adaptée au sujet ; les acteurs sont justes et les créatrices nous font cadeau d’un gimmick graphique beau et original, présent dans presque tous les épisodes et qui fonctionne vraiment bien.

J’en ai un peu soupé de toutes ces séries du genre ’whodunnit’ où une paire de policiers névrosés traîne à résoudre le meurtre ou la disparition qui a divisé une tranquille petite bourgade américaine. Petit jeu de confinement : combien pouvez-vous en citer ? Moi, j’ai arrêté de compter... Alors une de plus à visionner, cela me semblait insurmontable.

C’était sans compter l’approche très originale de l’histoire : exit les flics mal dans leur peau, ’enter’ la journaliste de 9 ans et son papa (un peu névrosé lui aussi, mais les clichés font les choux gras d’Hollywood...). Et cette nouvelle configuration a d’autant plus de valeur qu’elle s’appuie sur l’histoire d’Hylde Lysiak (13 ans aujourd’hui), une gamine intelligente et curieuse qui - suivant l’exemple de son père, reporter au New York Daily News - s’est lancée dans le journalisme à l’âge de neuf ans en créant sa propre feuille de chou en ligne : Orange Street News. Son premier article : la naissance de sa soeur, rien de bien passionnant. Mais au fur et à mesure que sa passion se développe, ses sujets deviennent de plus en plus sérieux et elle en vient même à rapporter une affaire de meurtre dans son quartier, coiffant au poteau les journalistes professionnels.

Évidemment, le public américain - qui est, comme on le sait, l’un des plus misogynes du monde - n’a pas manqué de lui faire remarquer que les petites filles feraient mieux de jouer à la poupée plutôt que de faire du journalisme. Hylde ne s’est pas laissé faire et a publié une vidéo dans laquelle elle a lu les critiques, parfois violentes, que les internautes lui ont adressées. Elle en a dans le bide, la gamine ! Si vous allez faire un tour sur OSN, vous découvrirez son accroche : ’VANDALISME ? CORRUPTION ? VOUS N’AVEZ PLUS PERSONNE VERS QUI VOUS TOURNER ? IL N’Y A PAS D’HISTOIRE TROP IMPORTANTE NI TROP INSIGNIFIANTE, L’OSN MÈNERA L’ENQUÊTE !’

La Hilde (prononcer ’Hildi’) de Home Before Dark - parce qu’il fallait bien nous tenir en haleine pendant 10 épisodes - enquête sur la mort ’accidentelle’ de sa voisine. Hilde (l’excellente Brooklynn Prince) ne croit pas à la version de la police et va s’opposer au shérif tête-à-claques, Frank Briggs Sr. (Louis Herthum) pour prouver que cet accident est en réalité un meurtre. Ce sera le point de départ d’une enquête beaucoup plus longue et fastidieuse qui lui permettra de découvrir les circonstances de la disparition mystérieuse - 31 ans auparavant - de Richie Fife, le fils du maire de la ville et meilleur ami du père de Hilde, Matt (Jim Sturgess). Bien qu’ayant mis un terme à ses activités journalistiques, soi-disant pour écrire son premier roman mais surtout suite à une enquête qui aura eu raison de sa carrière, Matt va soutenir Hilde et l’aider à réunir toutes les preuves nécessaires pour faire triompher la vérité. Car au delà de la satisfaction de mettre impunément son nez là où les autres ne veulent pas qu’elle le mette, c’est la recherche de la vérité qui motive Hilde dans ses enquêtes, même si parfois elles risquent de faire remonter à la surface des secrets qui auraient - au goût des adultes - mieux fait de rester enterrés...

Un excellent divertissement pour toute la famille.


SAISON 1

- Episodes : 1.01 à 1.10
- Titres : Magic Hour ; Never Be the Same ; Sting Like a Bee ; The Bird, Man ; The Green Bike ; 88 Miles an Hour ; Search Party ; The Future Is Female ; Superhero Monster Slayer ; Bigger Than All of Us
- Date de première diffusion : 3 avril 2020 (Apple TV+)
- Réalisateurs : Jon M. Chu, Rosemary Rodriguez, Kat Candler, Jim McKay, Kate Woods
- Scénaristes : Dana Fox, Dara Resnik, Ann Cherkis, Hillary Cunin
- Distribution : Brooklynn Prince, Jim Sturgess, Abby Miller, Kylie Rogers, Michael Weston, Aziza Scott, Louis Herthum

BANDE ANNONCE - EXTRAITS



Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


Defending Jacob : Review des trois premiers épisodes
Home Before Dark : Review saison 1
Amazing Stories : Review 1.05 The Rift
Amazing Stories : Review 1.04 Signs of Life
The Banker : La review du film Apple TV+
Wonder Woman 1984 : Lasso Psychédélique
The 100 : Pourquoi la septième saison est-elle la dernière ? (...)
I Know This Much Is True : Review 1.03 Episode Three
Control Z : Review de la saison 1
Suicide Squad : Verra-t-on aussi le Ayer Cut sur HBO Max (...)
2040 [VOD] : La critique
Good Bad & Undead : Peter Dinklage et Jason Momoa se lancent (...)
Harry Potter Miniatures Adventure : Enfin en français (...)
Disney+ - Bandes annonces : 25 mai 2020
Snowpiercer : Review 1.02 On se tient prêts