389 connectés

Chez moi : La review du film Netflix

Date : 25 / 03 / 2020 à 13h00
Sources :

Unification


Chez moi est un très bon film espagnol racontant l’intrusion de plus en plus imposante d’un homme dans la vie d’une famille presque parfaite.

Le scénario de David et d’Alex Pastor se concentre sur un ancien publicitaire reconnu au chômage. Ce dernier est obligé d’abandonner son bel appartement et va progressivement faire une fixation sur les nouveaux habitants de celui-ci et essayer de s’immiscer dans leur vie.

L’histoire présente donc un étrange huis clos psychologique dans lequel on suit en permanence le protagoniste principal. C’est donc devant une home invasion originale que le spectateur se trouve et qui réussit à revisiter fort bien le genre pour proposer une œuvre singulière, marquante et parfois glaçante. L’œuvre est aussi une critique acerbe de notre société consumériste et parfois inhumaine et en fait une démonstration flagrante à travers la façon dont cet homme, qui a perdu son statut, symbolisé par cet appartement classieux, est près à tout pour le reconquérir.

Le film de David et d’Alex Pastor est très bien réalisé et fait monter progressivement une certaine angoisse liée au comportement de ce curieux stalker. S’il propose peu de scènes vraiment anxiogènes, sa construction inexorable jusqu’à une fin qui l’est tout autant, est vraiment bien menée. D’autant que les personnages sont intéressants et très bien mis en valeur.

Le casting est d’ailleurs superbe. Avec en tête Javier Gutiérrez qui est incroyable et porte complètement le film sur ses épaules. Il incarne parfaitement cet homme sur le déclin qui décide de rebondir sans se préoccuper d’une autre personne que lui. Mario Casas est très bon en homme riche qui devient son ami. Et Bruna Cusí est sympathique en épouse voulant le mieux pour sa famille.

Il faut saluer le travail sur les décors qui donne une véritable personnalité à cet appartement luxueux, central dans le récit, et point focal de la fixation du personnage principal qui continue de le considérer comme chez lui.

Chez moi est un très bon film espagnol, mâtiné de thriller et d’étude psychologique, qui est vraiment bien réalisé et interprété. Il propose une histoire passionnante à découvrir, diabolique dans son déroulement et qui ne laisse assurément pas indifférent. Avec une belle réalisation, un acteur qui crève l’écran et une écriture redoutable, l’intrigue est de plus en plus envoûtante et réserve d’intelligents rebondissements.

Captivant et fascinant.

SYNOPSIS

Quand un publicitaire au chômage décide d’espionner les nouveaux occupants de son ancien domicile, la situation tourne vite au cauchemar.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 43
- Titre original : Hogar
- Date de sortie : 25/03/2020
- Réalisateur : David Pastor, Alex Pastor
- Scénariste : David Pastor, Alex Pastor
- Interprètes : Javier Gutiérrez, Mario Casas, Bruna Cusí, Ruth Díaz
- Photographie : Pau Castejón
- Montage : Martí Roca
- Musique : Lucas Vidal
- Costumes : Irantzu Campos
- Producteur : Adrian Guerra pour Nostromo Pictures, Netflix España
- Distributeur : Netflix France

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Chez moi



Les films sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les films, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits



 Charte des commentaires 


Feel Good : Review de la saison 1
Le goût du vin : La review du film Netflix
Ozark : Review de la saison 3
Chez moi : La review du film Netflix
Unorthodox : Review de la mini-série
The Suicide Squad : La profondeur des liens entre James Gunn et (...)
World War Z : La distanciation sociale selon Max et Mel (...)
Feel Good : Review de la saison 1
Bluebird : La bande annonce
Tales From the Loop : Le making-of de la série Amazon Prime (...)
Maverick : La série First Daughter de The CW recrute Mark (...)
Survivre : Le nouveau thriller de Vincent Hauuy
VOD DVD - Bandes Annonces : 28 mars 2020
Mad Max - Furiosa : George Miller a contacté Anya Taylor-Joy pour (...)
Thor - Le Monde des ténèbres : Patty Jenkins explique son départ (...)