454 connectés

Dernier train pour Busan : La suite se déroulera 4 ans plus tard

Date : 26 / 03 / 2020 à 10h00
Sources :

Screen Daily via Collider


Vous avez aimé Dernier train pour Busan ? Le thriller de zombies sud-coréens au rythme effréné, ambitieux et à l’émotion surprenante, du réalisateur Yeon Sang-ho ? Si vous ne l’avez pas vu, précipitez-vous dessus. Le film est diffusé sur Netflix, et c’est un incroyable film d’horreur contemporain. Si vous l’avez vu (et que vous avez aimé), voici une bonne nouvelle. D’après ScreenDaily, Yeon prépare une suite spirituelle au film, intitulée : Peninsula.

Bien que Yeon ne considère pas le film comme une "suite officielle", il existe un lien explicite avec Dernier train pour Busan :

"Le film se déroule 4 ans après Dernier train pour Busan, dans le même univers, mais il ne poursuit pas l’histoire et présente des personnages différents. L’autorité gouvernementale a été décimée après l’épidémie de zombies en Corée, et il ne reste rien d’autre que les caractéristiques géographiques du lieu, c’est pourquoi le film s’appelle Peninsula (Péninsule)."

On dirait que Yeon suit les traces de maestros comme George Romero pour donner à son récit sur les zombies des répercutions géopolitiques à grande portée. Cette description rappelle le sous-estimé Land of the Dead de Romero, croisé avec certains des meilleurs thrillers de genre, politiquement teintés, de Corée du Sud. En fait, Land of the Dead a été l’une des influences de Yeon sur le nouveau film, aux côtés d’œuvres comme The Road, Mad Max : Fury Road et Akira.

Peninsula mettra en vedette Gang Dong-won (1987 : When the Day Comes) dans le rôle d’un soldat qui s’échappe de la péninsule infectée par les zombies, anciennement connue sous le nom de Corée du Sud. Lorsque lui et son équipage rentrent chez eux pour une mission, ils trouvent un certain nombre de survivants non infectés et un certain nombre d’attaques de zombies. Le film met également en scène Lee Jung-hyun, Lee Re, Kwon Hae-hyo, Kim Min-jae, Koo Kyo-hwan et Lee Ye Won. Yeon retrouve également les membres de l’équipe de Dernier train pour Busan comme le directeur de la photographie Lee Hyung-deok, le superviseur des effets visuels Jung Hwang-su et le directeur artistique, Lee Mok-won.

Au début, Yeon était inquiet de retourner sur le sujet après le succès retentissant de Dernier train pour Busan, jusqu’à ce qu’il trouve l’inspiration.

"L’idée de pouvoir construire un monde post-apocalyptique, qui serait en quelque sorte sauvage, mais aussi en quelque sorte comme les temps anciens, ou comme les temps modernes ruinés, avec des règles qui lui sont propres, m’a intéressé. Il pourrait y avoir de nombreuses histoires qui pourraient continuer à sortir de ce monde. Détruit, isolé, extrême, mais avec un espoir d’évasion et d’humanisme, et la façon dont les puissances mondiales regarderaient cet endroit. Il pourrait y avoir beaucoup de matériel avec beaucoup plus de signification."

Yeon promet également d’élargir le champ d’action de Peninsula par rapport à Dernier train pour Busan, une sorte de situation d’Alien à Aliens : "L’ampleur de Peninsula ne peut pas être comparée à celle de Dernier train pour Busan, cela donne l’impression que c’est un film indépendant. Dernier train pour Busan était un film ambitieux tourné dans des espaces étroits alors que Peninsula a un champ de mouvement beaucoup plus large." Étant donné le niveau d’artisanat et le suspense dans la maîtrise de Yeon de ses espaces plus restreints, on a hâte de voir ce qu’il fera sur une toile plus large.

Yeon, dont le propre Dernier train pour Busan a suscité une partie de l’intérêt général et mondial pour le cinéma sud-coréen, a également cité Parasite de Bong Joon Ho, lauréat d’un Oscar, comme étant essentiel à la prolificité et à la visibilité de ses œuvres en cours, espérant qu’il puisse en résulter un marché plus diversifié :

"Avant, la façon dont un réalisateur coréen "allait aux États-Unis" était d’aller faire un film américain avec des acteurs américains en anglais. Maintenant, avec l’essor de multiples plateformes comme Netflix et le dernier effet de Parasite, tout a changé. Je pense que le rôle des films qui suivront sera très important. Ce n’est pas parce que Parasite a été un succès que nous avons besoin d’un autre Parasite. Nous pourrions voir un intérêt plus diversifié pour, par exemple, une superproduction à la coréenne ou des films indépendants coréens. C’est de franchir un mur la première fois que c’est difficile."


Les films sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les films, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


Dernier train pour Busan : La suite se déroulera 4 ans plus (...)
Dracula : Le retour du Comte Vlad à Universal produit par (...)
Distant : Rachel Brosnahan rejoint Anthony Ramos dans la comédie (...)
Les Douze Salopards : David Ayer pour un remake contemporain
The Dark Half : Alex Ross Perry pour adapter La Part des (...)
The Suicide Squad : La profondeur des liens entre James Gunn et (...)
World War Z : La distanciation sociale selon Max et Mel (...)
Feel Good : Review de la saison 1
Bluebird : La bande annonce
Tales From the Loop : Le making-of de la série Amazon Prime (...)
Maverick : La série First Daughter de The CW recrute Mark (...)
Survivre : Le nouveau thriller de Vincent Hauuy
VOD DVD - Bandes Annonces : 28 mars 2020
Mad Max - Furiosa : George Miller a contacté Anya Taylor-Joy pour (...)
Thor - Le Monde des ténèbres : Patty Jenkins explique son départ (...)