518 connectés

Trouble : La critique

Date : 27 / 02 / 2020 à 09h30
Sources :

Unification


Trouble est un bon premier film présentant une réalisatrice en plein tournage qui est épileptique et qui voit sa vie se compliquer singulièrement.

Le scénario de Catherine Diran et de Stéphane Allégret est en partie autobiographique. En effet, la scénariste, autrice, chanteuse, actrice, réalisatrice est atteinte d’épilepsie depuis son plus jeune âge et elle a décidé de parler de ce sujet qui reste curieusement tabou. Elle s’est alors associée au professeur Antoine Depaulis pour présenter cette pathologie qui atteint de nombreuses personnes et qui reste encore extrêmement méconnue du grand public à l’heure actuelle. Elle dédie d’ailleurs son œuvre à sa mère.

C’est une excellente idée, d’autant que le film, en utilisant le biais de la fiction, permet parfaitement de se glisser dans la peau de cette femme qui est au milieu d’un tournage ne se déroulant pas comme il faut et se trouvant prise dans un couple qui bat de l’aile. Sans compter que le stress lié aux travaux de son appartement et que sa mère, qui ne veut pas entendre parler de cette maladie, débarquant dans sa vie, renforcent les facteurs de risques du déclenchement de ses crises.

En effet, le stress, la consommation d’alcool, la fatigue sont des éléments aggravant de l’épilepsie, même lorsque le patient prend un traitement, toutes les épilepsies n’étant malheureusement pas traitables efficacement La mise en scène, qui suit de près le personnage principal, montre très bien comment se passe une crise et ce que ressent la personne qui la subit. Ainsi que le sentiment d’impuissance qui touche la personne concernée et son ressenti à ne jamais pouvoir tout faire complètement comme tout le monde.

Il est très étonnant de se rendre compte qu’effectivement l’épilepsie est quelque chose dont on ne parle pas, alors qu’elle peut être vraiment très diversifiée selon les personnes, n’est pas contagieuse et n’a aucune raison d’être source de honte. D’ailleurs, si on se retrouve face à quelqu’un en train de faire une crise de convulsion, il faut essayer de l’attraper avant qu’il ne tombe par terre si cela est possible. Et ensuite la laisser faire sa crise en veillant uniquement à dégager tous les éléments aux alentours qui pourraient lui occasionner une blessure, voire en la gardant dans ses bras. Il ne faut donc en aucun cas essayer de forcer sa bouche pour retirer sa langue qu’elle n’avalera pas, ni essayer de la fixer au sol pour éviter qu’elle ne bouge et encore moins lui mettre des clés ou d’autres objets dans sa main qui pourrait la blesser. Et il ne faut pas hésiter à lui parler pour la rassurer et lui montrer qu’elle n’est pas seule.

Le parti-pris de la réalisation est très intéressant. Il alterne un entretien avec quatre spécialistes de l’épilepsie, les professeurs Antoine Depaulis, Vincent Navarro, Stéphane Charpier et Philippe Kahane, qui parlent de la maladie, avec la fiction permettant de suivre cette réalisatrice en plein tournage qui est le cœur de l’histoire. La ville de Valence est d’ailleurs le parfait contrepoint au récit et sa luminosité intérieure vient bien contrebalancer l’obscurité dans laquelle on enferme l’épilepsie, d’ailleurs longtemps considérée, à tort, comme maladie mentale.

Le personnage principal est formidablement interprété par Catherine Diran elle-même qui est extrêmement crédible dans sa prestation. Le rôle de sa mère est tenu par une très bonne Evelyne Granjean plus vraie que nature. Leur duo fonctionne vraiment bien et permet aussi d’évoquer le silence et le malaise qui peut exister dans les familles dans lesquelles l’un des membres est atteint de ce mal.

La musique de Dominique Cravic est très sympathique et de nombreux boléros viennent ponctuer les tribulations de cette femme prête à tout pour mener à la fois son métier et sa vie à bien. Et rappeler à tous que ce n’est pas parce que l’on est malade que l’on a moins de qualité que les gens qui ne le sont pas et que malgré des difficultés supplémentaires, on peut atteindre les mêmes objectifs.

Trouble est un bon film qui permet de présenter une maladie dont on ne parle curieusement pas et de montrer que cette dernière n’empêche pas les personnes de vivre avec. Portée par une histoire sympathique, un très beau duo d’actrices et une réalisation intéressante, l’œuvre est plaisante à découvrir et vaut la peine d’être vue.

Original et nécessaire.

SYNOPSIS

Valencia, Espagne. Ana se bat avec le tournage de son premier film. Elle est au bord du gouffre : le tournage se passe mal, les travaux de l’appartement qu’elle vient d’acheter n’en finissent plus, son mec refuse de venir l’aider. Pour couronner le tout, la mère d’Ana débarque avec sa valise de non-dits, et les conflits que ça engendre avec sa fille. Mais Ana a une particularité : elle est épileptique. Avec tout ce que ça comporte d’interdits. Eviter le stress : un tournage à l’étanger avec deux balles en poche, un chantier espagnol, c’est 100% stress. Ne pas boire : à chaque coin de rue il y a une terrasse, 100% impossible de résister à une bière. Un homme qui l’insécurise, une mère névrosée qui ne veut jamais parler avec elle de sa maladie : c’est 100% émotions dévastatrices...Un challenge un peu rude pour Ana, qui tente tant bien que mal de s’en tirer. Un seul exutoire pour Ana : Ecouter du Boléro. Ce qu’elle fait précisément le soir où tout va basculer dans sa vie...

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 15
- Titre original : Trouble
- Date de sortie : 04/03/2020
- Réalisateur : Catherine Diran
- Scénariste : Catherine Diran, Stéphane Allégret
- Interprètes : Catherine Diran, Evelyne Granjean, Lionel Tua, Juanma Mallen, Benoite Vandesmet, Antoine Depaulis, Vincent Navarro, Stéphane Charpier, Philippe Kahane
- Photographie : Matthias Eyer
- Montage : Dominique Paris
- Musique : Dominique Cravic
- Producteur : La Robe Orange
- Distributeur : Cinéma Saint-André des Arts

LIENS

- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Trouble



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Les Grands Voisins, la cité rêvée : La critique
Brooklyn Secret : La critique
Les lèvres rouges : La critique
Visions chamaniques - Territoires oubliés : La critique
Radioactive : La critique
La Casa de Papel : Review de la saison 4
Superman & Lois : Dylan Walsh sera le (nouveau) général Lane (...)
Amazing Stories : Review 1.05 The Rift
Snowpiercer : La série post-apocalyptique de TNT avancée
Hollywood : Les premières images de la série Netflix de Ryan (...)
The Third Day : La mini-série également repoussée par HBO pour (...)
50 States of Fright : La bande-annonce bien flippante de la série (...)
National Anthem : Feu vert pour la série de Scott Z. Burns pour (...)
Cinéma - Bandes Annonces : 6 avril 2020
Westworld : Review 3.04 The Mother of Exiles