272 connectés

La voie de la justice : La critique

Date : 26 / 01 / 2020 à 13h45
Sources :

Unification


La voie de la justice est un très bon film américain revenant sur une affaire judiciaire qui a fait beaucoup parler d’elle à la fin des années 80.

Le scénario de Andrew Lanham et Destin Daniel Cretton présente les événements qui ont poussé un jeune avocat fraîchement diplômé à défendre des personnes condamnées à mort. À l’aide d’une militante locale, Eva Ansley, Bryan Stevenson s’est battu pour aider des personnes qui ont reçu de lourdes de condamnation et se retrouvent dans le couloir de la mort, souvent à cause d’un manque de moyens et d’une défense qui n’a pas été assurée. C’est d’ailleurs son livre qui a été adapté pour le long métrage

C’est principalement l’affaire Walter McMillian qui est racontée. Celle d’un homme d’origine afro-américaine accusé du meurtre d’une jeune femme blanche dans une petite ville américaine en Alabama. Condamné, alors que de nombreuses preuves prouvaient son innocence, on découvre comment l’avocat s’est battu afin d’obtenir un nouveau procès pour défendre véritablement son client.

Le récit présente les faits tels qu’ils sont dévoilés au fil des ans, et s’il grossit un peu le trait est tombe parfois dans le mélo, il n’en reste pas moins extrêmement efficace. L’histoire permet aussi de s’immiscer au cœur du système américain qui montre que certains ont moins de droits que d’autres. Le racisme et la peine de mort servent aussi de fil rouge dans un récit humaniste et très émouvant.

Il faut d’ailleurs savoir qu’à l’heure actuelle, de nombreux états américains utilisent toujours la condamnation à mort comme peine maximale. Une pratique toujours décriée, alors qu’un condamné sur 10 se trouvant dans le couloir de la mort voit sa peine être annulée après un nouveau procès.

La réalisation de Destin Daniel Cretton est très propre et classique. Sans prise de risque et complètement linéaire, elle appuie bien cette histoire vraie qui mérite assurément d’être découverte. On est loin des images choquantes de Mississipi Burning ou de La ligne verte auxquels le long métrage fait penser. Moins frappante, la mise en scène a de grands moments de délicatesse, mais n’en laisse pas moins une impression tenace d’horreur glaçante. Notamment lorsque la peine de mort est appliquée.

La reconstitution de la fin des années 80 et du début de celle de la décennie d’après est bien faite et permet une immersion complète dans une époque pas si lointaine que cela montrant des pratiques n’ayant, malheureusement, pas beaucoup évoluées depuis.

Les comédiens sont vraiment très bons et extrêmement justes. Michael B. Jordan est fort sympathique en défenseur ardent de la loi et de ceux qu’elle doit protéger. Jamie Foxx est très touchant en homme attendant sa mort et clamant son innocence. Brie Larson est fort juste en assistance dévouée. Rob Morgan est vraiment émouvant en ancien militaire malade. Quant à Tim Blake Nelson en détenu, il est complètement impressionnant.

La voie de la justice est un très bon film passionnant à suivre et d’une grande force. Ce combat inlassable d’un homme pour en sauver un autre montre aussi la mauvaise foi de certaines personnes et la façon dont parfois les afro-américains sont traités comme des citoyens de seconde zone. Avec une mise en scène correcte, une histoire forte et inspirante et de grands acteurs, on est non seulement passionné par les rebondissements parfois incroyables qui sont décrits, mais aussi impressionné par la dignité et le courage qui habitent ceux qui ont perdu autant.

Surtout, restez bien pendant le générique pour découvrir ce que sont devenus les divers intervenants de l’affaire.

Impressionnant et inspirant.

SYNOPSIS

Le combat historique du jeune avocat Bryan Stevenson. Après ses études à l’université de Harvard, Bryan Stevenson aurait pu se lancer dans une carrière des plus lucratives. Il décide pourtant de se rendre en Alabama pour défendre ceux qui ont été condamnés à tort, avec le soutien d’une militante locale, Eva Ansley. Un de ses premiers cas - le plus incendiaire - est celui de Walter McMillian qui, en 1987, est condamné à mort pour le meurtre retentissant d’une jeune fille de 18 ans. Et ce en dépit d’un grand nombre de preuves attestant de son innocence et d’un unique témoignage à son encontre provenant d’un criminel aux motivations douteuses. Au fil des années, Bryan se retrouve empêtré dans un imbroglio de manœuvres juridiques et politiques. Il doit aussi faire face à un racisme manifeste et intransigeant alors qu’il se bat pour Walter et d’autres comme lui au sein d’un système hostile.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 2 h 17
- Titre original : Just Mercy
- Date de sortie : 29/01/2020
- Réalisateur : Destin Daniel Cretton
- Scénariste : Andrew Lanham, Destin Daniel Cretton d’après l’œuvre de Bryan Stevenson
- Interprètes : Michael B. Jordan, Brie Larson, Jamie Foxx, Tim Blake Nelson, Rob Morgan, Rafe Spall, O’Shea Jackson Jr., Drew Scheid
- Photographie : Brett Pawlak
- Montage : Nat Sanders
- Musique : Joel P. West
- Costumes : Francine Jamison-Tanchuck
- Décors : Sharon Seymour
- Producteur : Gil Netter, Asher Goldstein, Michael B. Jordan pour Broad Green Pictures, Gil Netter Productions
- Distributeur : Warner Bros. France

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

La voie de la justice


Copyright : © 2019 WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC.
Photo Credit : JAKE GILES NETTER


Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Mes jours de gloire : La critique
Sortilège : La critique
Le Cas Richard Jewell : La critique
L’appel de la forêt : La critique
Wet Saison : La critique
Westworld : Nouvelle bande annonce de la saison 3
Hunters : La review des trois premiers épisodes
Moon Knight : Daniel Radcliffe nie son implication dans la série (...)
Jurassic World 3 : Colin Trevorrow vous présente son (...)
Uncharted : Tom Holland annonce le début de production (...)
Mes jours de gloire : La critique
DMZ : Freddy Miyares pour le pilote de HBO Max
Cartoon Movie : 22ème édition du 3 au 5 mars à Bordeaux
Painkiller : La mini-série reçoit le feu vert de Netflix
Debris : Norbert Leo Butz pour le pilote de NBC