616 connectés

PIFFF 2019 : Jour 1

Date : 12 / 12 / 2019 à 09h30
Sources :

Unification


C’est une très belle neuvième édition du PIFFF qui s’annonce. Malgré les grèves qui touchent fortement Paris en ce moment, la salle de 600 places du Max Linder Panorama était pleine pour la projection du long métrage ouverture. Le réalisateur, Richard Stanley, était d’ailleurs présent pour le présenter et répondre aux questions du public. Vous pouvez retrouver ce moment dans une vidéo ci-dessous.

Toujours surprenant et éclectique, à l’image d’un film Lovecraftien, cette ouverture permet aussi de découvrir un court métrage fantastique qui a une véritable résonance avec le film qui a suivi.

La soirée s’est achevée sur un documentaire vraiment passionnant sur un fan absolu de Mad Max projeté en présence de son réalisateur Melvin Zed et de son monteur Richard Riffaud. Une vidéo de leur présentation du film et de la session de questions-réponses avec le public qui a suivi est aussi visible ci-dessous.

Vous pouvez retrouver un avis rapide sur chacun des films projetés dans le reste de l’article.

Monstre, Lovecraft et passionné étaient les mots-clés du jour.

- SITE OFFICIEL
- SITE FACEBOOK


19h30 : Abyssus

Un homme se réveille dans un cercueil, enterré vivant.

Avis : Peut-il y avoir quelque chose de pire que de se réveiller enterré vivant dans un cercueil ? C’est avec cette idée en tête que le réalisateur Kim Westerlund a visiblement eu envie de faire son film. Un lieu clos, un cercueil qui réussit à être filmé sur tous les côtés donnant vraiment l’impression de se retrouver au plus près du personnage qui est coincé dedans. Un comédien, dont la panique devient de plus en plus frénétique, et une rencontre vraiment cauchemardesque. Ce court métrage horrifique est plaisant à découvrir et réalisé et interprété avec une grande précision.

19h30 : Color Out of Space

Les Gardner ont à peine le temps de s’habituer à la vie de la campagne qu’une météorite explose leur jardin en pleine nuit, dans un halo d’une lumière qui n’existe pas. Peu à peu, la propriété familiale semble contaminée par un mal indicible, qui affecte la flore, la faune… et les Gardner.

Invité : Richard Stanley, Réalisateur / Scénariste

Avis : Quand le réalisateur Richard Stanley a voulu faire un film sur une œuvre de Lovecraft, avec un budget de 3 millions de dollars, ce qui est ridicule pour les États-Unis, il a opté pour une nouvelle de l’auteur horrifique se passant dans une ferme et concernant une famille y habitant. Il réussit à parfaitement capter l’ambiance des œuvres de l’auteur et à rendre le malaise et l’horreur insidieuse qui s’y cache grâce à une très belle prestation collective, avec un Nicolas Cage particulièrement en forme, et des effets spéciaux vraiment réussis. Le long-métrage n’aurait pas pu voir le jour avant les avancées numériques actuelles, mais ces dernières arrivent à donner une certaine couleur à cette couleur qui vient de l’espace.

Le long métrage est rediffusé aujourd’hui à midi et, notamment pour certaines de ses séquences franchement surréalistes et impressionnantes, mérite vraiment d’être vu sur grand écran.

Présentation du film et session de questions-réponses avec le public du réalisateur Richard Stanley :


Bande annonce :


21h30 : Archeologist Of The Wasteland

Melvin Zed a peut-être, on dit bien peut-être trouvé fan de la saga Mad Max encore plus investi que lui en la personne d’Adrian Bennett, fondateur du musée Mad Max à Silverton, sur les lieux mêmes du tournage du second opus. A travers ce portrait de passionné, le documentaire mesure l’impact qu’ont eu les films sur une génération.

Invité : Melvin Zed, Réalisateur et Richard Riffaud, monteur

Melvin Zed

Avis : Travaillant sur un livre sur Mad Max, le réalisateur Melvin Zed a rencontré un fan anglais encore plus obnubilé par les films que lui, notamment par le deuxième opus. Il a donc décidé de faire un documentaire pour présenter ce passionné qui a quitté son Angleterre natale pour s’installer en Australie près du lieu de tournage des deux premiers longs métrages. Ce dernier a créé un musée Mad Max dans lequel des visiteurs du monde entier viennent découvrir des éléments issus des films ou des reconstitutions. Le documentaire est très intéressant et permet de montrer la folie enthousiaste d’un homme qui a dédié toute sa vie à sa passion et recherche activement le moindre élément qui pourrait provenir de ses œuvres préférés afin de les ajouter à son musée. C’est vraiment un documentaire captivant à découvrir et à conseiller sans modération.

Présentation du film et session de questions-réponses avec le public du réalisateur Richard Stanley :


Bande annonce :



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Festival de Gérardmer 2020 : Un programme alléchant
PIFFF 2019 : Jour 7
PIFFF 2019 : Jour 6
PIFFF 2019 : Jour 3
PIFFF 2019 : Jour 2
The Batman : Matt Reeves donne le clap de départ
Transformers : 2 nouveaux films en préparation chez Paramount
The Thing : Une nouvelle adaptation en développement
Disney : Mickey célèbre le Nouvel An Chinois !
César 2020 : Les nommées de la 45ème cérémonie
The Power : Eddie Marsan rejoint Leslie Mann et John Leguizamo (...)
Just One Drink : Laura Dern rejoint Quibi
Histoire d’un regard : La critique
Saved By The Bell : Dexter Darden pour le revival de Sauvés par (...)
L’Institut : Le Stephen King cuvée 2020