253 connectés

Comment élever un super-héros : Review de la saison 1

Date : 11 / 10 / 2019 à 14h00
Sources :

Unification


Avec son titre français si définitif, Raising Dion se devait de frapper fort afin de capter l’attention d’un public abreuvé de séries et de films de super-héros en tout genre. En effet, comment sortir du lot alors que des séries comme Doom Patrol ou Umbrella Academy ont récemment parvenu à se démarquer grâce à leur ambition narrative et leur originalité marquée. Raising Dion se veut donc être une origin story qui prend le risque de se focaliser sur Dion, un enfant de 7 ans, alors que la plupart des super-héros découvrent leurs pouvoirs une fois adultes.

Il en résulte un côté très grand public qui fait un peu penser à l’attachante série Les incroyables pouvoirs d’Alex Mac, connue de beaucoup de trentenaires. Les épisodes comportent donc de nombreuses scènes qui poussent à l’émerveillement et un regard bienveillant est toujours posé sur Dion et les difficultés qu’il rencontre pour maîtriser ses pouvoirs ou s’intégrer dans sa nouvelle école. La série n’en est pas pour autant niaise et parvient à être assez pertinente dans son développement de la relation de Dion avec sa mère ou les autres. De même, la série se veut inclusive avec un casting principal noir américain, la présence dans son intrigue d’un couple lesbien et d’une enfant lourdement handicapée. Cela ne semble pour autant pas forcé, mais plutôt à l’image de ce qu’est le monde d’aujourd’hui. De même, des thèmes comme le racisme et l’émancipation de la femme viennent également se greffer à l’intrigue avec pertinence.

D’ailleurs il n’y rien à dire sur la direction artistique tout simplement irréprochable. La photographie est sublime, les effets spéciaux très convaincants et à l’image de Michael B Jordan, qui joue le rôle du père du héros, le casting est absolument talentueux. Dans le rôle de Dion, Ja’Siah Young est craquant et obtient immédiatement l’attachement du spectateur. De même, sa mère jouée par Alisha Wainwright parvient parfaitement à nous faire ressentir ses difficultés pour élever un enfant pas comme les autres, tout en essayant de s’épanouir en tant que femme. Néanmoins, celle qui marquera le public est sans aucun doute Sammi Haney dans le rôle de la meilleure amie bienveillante de Dion.

Le principal problème de Raising Dion est qu’elle tarde trop à dévoiler ses aspérités et sa véritable noirceur. Elle a beau proposer des cliffhangers de fin d’épisode réussis invitant au binge watching, l’intrigue se dilue un peu trop en milieu de saison et a malheureusement du mal à capter toute notre attention. Avec une intrigue resserrée sur moins d’épisodes, il ne serait pas fou d’affirmer que cette première saison aurait pu être un chef d’œuvre. Lorsque, de manière totalement inattendue, l’antagoniste principal se révèle avec ses pathétiques frustrations et une dualité des plus sournoises pour attaquer de front le mentor de notre héros, la tension grimpe de manière phénoménale et nous fait regretter qu’il n’y ait pas eu de scènes de ce niveau là plus tôt.

Au final, même si Comment élever un super-héros ne tient pas toutes ses promesses et perdra sans doute quelques spectateurs en cours de route, l’ultime scène de la saison donne clairement envie de découvrir la suite qui, pour le coup, risque d’être beaucoup plus sombre que cette première fournée d’épisodes. Avec quelques ajustements en terme de rythme, on pourrait bien obtenir une nouvelle référence superhéroïque majeure à même de détrôner les références du genre.

ÉPISODE

- Episode : 1.01 à 1.09
- Titre : Numéro 101 : Comment élever un super-héros ? (Issue #101 : How Do You Raise a Superhero ?), Numéro 102 : Forteresse de la solitude (Issue #102 : Fortress of Solitude), Numéro 103 : Le Gardien de la montre (Issue #103 : Watch Man), Numéro 104 : Bienvenue chez BIONA. Espérons que vous survivrez à l’expérience (Issue #104 : Welcome to BIONA. Hope You Survive the Experience), Numéro 105 : Mark au futur antérieur (Issue #105 : Days of Mark’s Future Past), Numéro 106 : Le Plein de super (Issue #106 : Super Friends), Numéro 107 : Pourquoi cet air si nauséeux ? (Issue #107 : Why So Vomity ?), Numéro 108 : Ne le mettez pas en colère, vous risqueriez de le regretter (Issue #108 : You Won’t Like Him When He’s Angry), Numéro 109 : Le Tueur de la tempête (Issue #109 : Storm Killer)
- Date de première diffusion : 4 octobre 2019 (Netflix)
- Créateur : Carol Barbee
- Réalisateur : Seith Mann, Rachel Goldberg, Dennis Liu, Neema Barbette
- Scénariste : Carol Barbee, Joshua Sternin & Jennifer Ventimilia, Leigh Dana Jackson, Edward Ricourt, Michael Poisson, Kimberly Ndombe,
- Avec : Alisha Wainwright, Ja’Siah Young, Jazmyn Simon, Sammi Haney, Jason Ritter, Michael B. Jordan, Jonathan King, Ali Ahn, Deirdre Lovejoy

RÉSUMÉ

Après la mort accidentelle de son mari, Nicole Reese (Alisha Wainwright) élève seule son jeune fils de sept ans Dion (Ja’Siah Young). Une nuit calme, elle découvre avec frayeur les étranges capacités surnaturelles de Dion assez spectaculaires. Elle décide de garder son secret. Plus tard, après qu’il ait lui-même découvert ce secret, Pat (Jason Ritter) — parrain de Dion et ami de longue date de son père — décide de l’aider à protéger Dion contre ses ennemis tout en cherchant l’origine de ses pouvoirs surnaturels…

BANDE ANNONCE



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Star Trek - Short Treks : Review 2.02 The Trouble with (...)
El Camino - Un film Breaking Bad : La review du film (...)
Comment élever un super-héros : Review de la saison 1
La fracture : La review du film Netflix
Star Trek - Short Treks : Review 2.01 Q&A
Star Trek - Short Treks : Review 2.02 The Trouble with (...)
The Suicide Squad : Les premières images du tournage
Crisis on Infinite Earths : L’équipe (presqu’au (...)
The Eternals : Richard Madden en pleine action
Le Voyage du Dr Dolittle : Enfin une première bande annonce
Prime Video - Bandes annonces : 14 octobre 2019
The United States of Al : La nouvelle sitcom du créateur de Big (...)
Warrior Women : La critique
Katla : La catastrophe volcanique aura un nom sur Netflix
Les chemins de la haute ville : La critique