620 connectés

SDCC 2019 - His Dark Materials : Une série sur l’humanité et pas sur la religion

Date : 20 / 07 / 2019 à 10h45
Sources :

Slashfilm


Un peu plus de lumière est enfin faite sur l’adaptation à gros budget de la minisérie HBO/BBC de la célèbre série fantastique de Philip Pullman, À la Croisée des Mondes. Cette seconde tentative d’adaptation de la trilogie est très attendue au Comic-Con de cette année, surtout depuis l’échec de À la croisée des mondes : La Boussole d’or, le film de 2007. Les membres de la distribution de la future série, Dafne Keen, James McAvoy, Lin-Manuel Miranda et Ruth Wilson étaient présents au panel, ainsi que la productrice exécutive Jane Tranter et le scénariste Jack Thorne.

À la croisée des mondes est surtout connu aux États-Unis pour le film réalisé par Chris Weitz qui n’a pas connu un franc succès en 2007, mais qui n’est pas la seule adaptation de l’œuvre magistrale d’aventure/fantasy de Phillip Pullman. "Les livres sont un énorme succès au Royaume-Uni," a déclaré Jane Tranter, rappelant le succès de la pièce en 2 parties qui avait adapté la trilogie en 2003. Mais c’est à la télévision qu’appartient His Dark Materials, explique Tranter.

"J’ai pensé qu’il était temps que les livres soient libérés dans un espace qui leur permette la liberté," a déclaré Tranter. "L’espace de la télévision nous permet de l’étendre et d’utiliser les notes que Philip Pullman a citées dans les livres." Tranter a travaillé pendant des années pour obtenir les droits de À la croisée des mondes, faisant en sorte que la BBC s’engage dès le début et finisse par obtenir le soutien de HBO. "Cela a pris un certain temps pour que HBO vienne à bord, mais le truc pour HBO est qu’il n’y a rien de tel à la télévision", a déclaré Tranter. "Ce n’est pas une œuvre facile à comprendre."

Certes, HBO possède déjà des séries casse-têtes impénétrables comme Westworld et des séries mythologiques denses comme Game of Thrones, mais quelle série de quel catalogue peut se vanter d’être une nouvelle version du Paradis perdu de John Milton ? Ce qui semble à première vue être une simple histoire d’aventure pour enfants se transforme en un voyage spirituel et philosophique pour sa protagoniste Lyra Belacqua (Dafne Keen) qui interroge de nouveau la perspective de Milton sur le péché originel. Mais les acteurs et le scénariste Jack Thorne (plus connu pour son travail sur Harry Potter et l’Enfant maudit, comprennent que pour lui, À la croisée des mondes, est tout simplement une histoire de passage à l’âge adulte.

"C’est une sorte d’histoire d’arrivée à maturité à bien des égards autour de Dafne," a déclaré McAvoy. "C’est l’histoire incroyable d’un jeune personnage orphelin qui traite avec tous ces mandataires et qui essaie de se comprendre à travers eux. Elle essaie également de comprendre cette figure glissante de Mme Coulter (Ruth Wilson). C’est tellement captivant."

Au fil des ans, À la croisée des mondes a suscité de nombreuses controverses pour ses commentaires sur l’autoritarisme religieux et sa représentation de personnages bibliques. C’est en partie la raison pour laquelle le film de 2007 a si peu convaincu : l’Église catholique menaçait de boycotter et le studio New Line a hésité face à certaines des descriptions les plus inconvenantes de l’histoire du groupe religieux fictif, Le Magistère. Mais Tranter tient à préciser une chose : la série n’est pas sur l’Église catholique.

"L’une des grandes choses concernant À la croisée des mondes, est la conversation sur la religion. Philip Pullman dans ces livres n’attaque pas la croyance, il n’attaque pas la foi, il n’attaque pas l’Église en soi, il attaque le contrôle. Et l’idée que le contrôle peut être détourné et utilisé pour opprimer les gens. À tout moment, il peut être personnifié par une église ou une organisation autoritaire. Dans notre série, il est personnifié par le Magistère, mais ce n’est l’équivalent d’une église dans notre monde."

Wilson, qui joue l’antagoniste de la série, Mme Coulter, a été questionnée sur son éducation catholique et sur ses sentiments concernant la représentation de la religion dans cette série. "Je pense qu’il existe une différence entre la foi et la religion. C’est sur la religion, mais aussi sur la philosophie, la spiritualité… Toutes ces choses sont dans les livres et dans la série."

Le concept de démon est peut-être le morceau le plus unique et le plus complexe à construire dans ce monde. Dans la série, un démon est la manifestation de l’âme d’une personne, sous la forme d’un animal capable de marcher et de parler à ses côtés. Pensez à eux comme à votre conscience, mais cela peut aussi ressembler à un lapin tout doux. Le démon de chaque personne se fixe (prend une forme permanente à la puberté par rapport à sa nature changeante pendant l’enfance) en un animal différent en fonction de leur personnalité, un concept qui a beaucoup plu à McAvoy lors du panel.

"Je suppose que lorsque le démon de Lord Asriel s’est fixé, il a dû le regarder et se dire : "Wow, je suis un léopard des neiges badass qui suit son propre chemin," a plaisanté McAvoy, provoquant un grand rire parmi le public. "Quand tu vois ton âme à l’extérieur, tu ne peux pas te mentir. Et tout le monde peut voir à quoi ressemble votre âme aussi, ce qui crée une dynamique de relation vraiment intéressante."

Lin-Manuel Miranda a déclaré que "chaque scène est comme un jeu d’échecs en 3D. Ce qui est amusant dans ce monde, c’est que vous jouez une scène avec quelqu’un et que vous ne le regardez pas seulement pour voir ses motivations mais vous regardez aussi leur démon," a décrit l’acteur du Retour de Mary Poppins. Mais le rôle de l’aéronaute Lee Scoresby, décrit par Miranda comme "un cow-boy qui vole en ballon et se bat dans les bars," lui offre plus de complexité (et un type de rôle radicalement nouveau) que ne le suggère la description du personnage. Bien qu’il s’agisse d’un ex-soldat coriace et grisonnant, le démon de Scoresby est un lièvre arctique tout doux, avec lequel Miranda arrive en chantant un duo dans une montgolfière pour sa première scène. (Une référence à Hamilton ? La foule du Hall H semblait le croire.) "Nous formons un bon duo. Lee est un gars solitaire, alors nous nous parlons constamment," a ajouté Miranda.

La série prend quelques libertés avec ses représentations de démons, dont les personnalités sont suffisamment individuelles pour être considérées séparément. Wilson a décrit un rebondissement avec Mme Coulter, une femme glacée et illisible frappée d’une silhouette terrifiante. Mais Pullman a permis à la série d’approfondir la relation humain-démon avec Wilson et de "mettre un peu de singe dans Mme C," décrit Wilson, "Elle devient un peu singe quand elle montre le pire d’elle-même. Je fais quelque chose d’assez méchant avec un enfant, c’était quand même amusant. Mme C est tellement contrôlée et tellement glamour et semble avoir beaucoup de grâce, mais vous pourrez aussi vous attendre au pire."

"C’est une histoire d’anti-super-héros," a déclaré Jack Thorne, provoquant quelques mouvements dans une foule de fans de super-héros. "Si c’était une histoire de super-héros, vous suivriez le chemin de Lord Asriel. C’est une histoire de gens qui suivent la grandeur et de gens qui suivent la bonté dans leur coeur. Lyra suit le bon, tandis qu’Asriel et Coulter recherchent la grandeur."

"J’ai un tatouage qui dit : Sois bon," a poursuivi Thorne. "Il y a quelque chose de magnifique dans la façon dont Phillip voit le monde qui nous rend tous meilleurs."

"Eh bien, Jack nous a volé la vedette avec un tatouage reprenant le thème de la série," a plaisanté Miranda, suscitant un grand rire du public. La foule dans la salle H a laissé de côté l’aspect jeunesse, beaucoup semblant être là pour Miranda ou McAvoy, et une partie du public s’est quelque peu agitée pendant les discussions plus philosophiques du panel. Mais les acteurs, Trantor et Thorne ont fait preuve d’une compréhension profonde des personnages, ce qui était exceptionnellement encourageant, en particulier dans le cas de Keen, qui est née longtemps après la publication des livres et ne les avait jamais lus avant d’avoir obtenu le rôle. "Lyra m’a beaucoup appris parce que je la joue depuis plus d’un an maintenant," a déclaré Keen, poursuivant : "Ce que j’aime chez Lyra, c’est combien elle change. Elle apprend des autres, de Mme Coulter, Asriel, Lee. Elle absorbe tellement bien. C’est ce qui fait d’elle une meilleure personne, elle se demande si c’est mieux et est-ce que cela aidera les gens ? Au début, elle est assez arrogante, elle ment tout le temps… elle est plus innocente. Épisode 1 : elle court sur les toits puis « bang », la vie la frappe au visage. Et toute cette douleur la fait grandir.

"Mais elle c’est une énorme menteuse," a-t-elle ajouté. "Mais c’est le grand avantage de Phillip, c’est qu’il l’écrit comme une menteuse, mais il l’appelle baratineuse," intervint McAvoy. "C’est magnifique... Je pense que ce que Philip considère comme le principal catalyseur de l’humanité est une pensée rationnelle, créative et libre."













Les séries TV sont Copyright © leurs ayants droits Tous droits réservés. Les séries TV, leurs personnages et photos de production sont la propriété de leurs ayants droits.



 Charte des commentaires 


SDCC 2019 - His Dark Materials : Une série sur l’humanité (...)
His Dark Materials : HBO présente la guerre entre les mondes (...)
His Dark Materials : Premiere bande annonce teaser de (...)
His Dark Materials : Déjà 2 saisons commandées pour la série télé (...)
A la croisée des mondes : la trilogie de Phillip Pullman adaptée (...)
Joker : Le rire du Prince du Crime expliqué par Joaquin (...)
Krypton : Syfy annule la série et son spin-off Lobo
Good Boys : La critique
Fast & Furious 9 : Le film recrute un Ultimate Fighter de (...)
The Nevers : La série de Joss Whedon accueille 6 nouveaux (...)
Penny Dreadful - City of Angels : Piper Perabo rejoint la (...)
Good Morning, Midnight : Kyle Chandler rejoint Felicity Jones et (...)
Hawaii Five-0 : Katrina Law débarque sous le soleil
404 éditions : les party-games de l’été
Cinéma - Bandes Annonces : 19 août 2019