444 connectés

Buñuel après l’âge d’or : La critique

Date : 18 / 06 / 2019 à 08h30
Sources :

Unification


Buñuel après l’âge d’or est un très bon dessin animé revenant sur le tournage mouvementé dans les années 30 du seul documentaire de la carrière du cinéaste.

Après le scandale de son film L’âge d’or sorti en 1933, Luis Buñuel décide de tourner un film sur la région la plus pauvre d’Espagne. Il va alors partir avec son ami qui produit le documentaire, et deux français s’occupant de la caméra et du scénario.

Le scénario d’Eligio R. Montero et de Salvador Simo se base sur l’œuvre de Fermín Solís. Il montre cette période de la vie du cinéaste et intègre des extraits de son film Terre sans pain dans la reconstitution en dessin animé de la genèse du long métrage.

Une intégration très bien faite alors que les images réelles viennent s’intercaler dans la narration, passant d’une façon remarquable d’une image vraie à celle dessinée. Le spectateur passe ainsi de temps en temps d’un véritable personnage à son double de papier. Un procédé qui permet de reconstituer l’aventure de ce tournage en montrant les hors champs des images filmées, les tensions et les rencontres étonnantes que les uns et les autres font.

La réalisation du film a été épique et dresse le portrait vivace d’une population très paupérisée dans laquelle la vie n’est jamais éloignée de la mort. Certaines pratiques montrées, qui pourraient choquer les amateurs d’animaux, ont une vraie valeur documentaire. Les traditions et les rites sont aussi bien retranscrits, tout comme la mise en scène de certaines séquences par Buñuel afin de marquer encore plus les esprits.

Les relations entre les différents intervenants sont très bien montrées. On oublie bien vite qu’il s’agit d’un dessin animé, tant les protagonistes sont vivants et parfaitement doublés. On s’attache d’ailleurs vite à eux et à l’alchimie les liants, ce qui leur permet d’arriver à la fin de leur projet.

La période pré-franquiste et très bien rendue et permet de se replonger dans un passé pas si lointain que cela ou le tournage d’un film pouvait s’avérer particulièrement épique. L’accession au pouvoir de Franco lors de la fin du montage du film a d’ailleurs eu des grandes conséquences sur sa destinée, ainsi que sur celle de Buñuel qui s’est alors exilé à l’étranger, notamment en France.

Bunuel après l’âge d’or est un très bon film dessin animé qui revient de façon précise sur un tournage compliqué et sur une population qui n’a pas été oubliée grâce au pouvoir des images. Entre mélange ingénieux du documentaire original et making off de sa genèse en dessins, le film est passionnant à découvrir et reste longtemps en mémoire.

Réussi et impressionnant.

Le film vient de remporter une Mention du jury au Festival d’Annecy 2019.

SYNOPSIS

Suite au scandale de la projection de L’âge d’or à Paris en 1930, Luis Buñuel se retrouve totalement déprimé et désargenté. Un ticket gagnant de loterie, acheté par son ami le sculpteur Ramon Acin, va changer le cours des choses et permettre à Buñuel de réaliser le film Terre sans pain et de retrouver foi en son incroyable talent.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 20
- Titre original : Buñuel en el laberinto de las tortugas
- Date de sortie : 19/06/2019
- Réalisateur : Salvador Simo
- Scénariste : Eligio R. Montero, Salvador Simo d’après l’œuvre de Fermín Solís
- Interprètes : Jorge Usón, Fernando Ramos, Luis Enrique de Tomás, Cyril Corral, Pepa Gracia, Rachel Lascar, Gabriel Latorre, Fermín Núñez
- Photographie : Jose Manuel Piñero
- Montage : José Manuel Jiménez
- Musique : Arturo Cardelús
- Producteur : Manuel Cristóbal, José María Fernández de Vega, Alex Cervantes, Bruno Felix, Femke Wolting pour The Glow Animation Studio, Submarine, Sygnatia, TeleMadrid
- Distributeur : Eurozoom

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Bunuel après l'âge d'or



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Daniel Darc Piece of my Life : La critique
Manta Ray : La critique
Give Me Liberty : La critique
Herbes Flottantes : La critique
L’Oeuvre Sans Auteur : La critique
SDCC 2019 - Terminator Dark Fate : Le seul, l’unique John (...)
SDCC 2019 - Top Gun Maverick : L’invité surprise Tom Cruise (...)
SDCC 2019 - Justice League : Les Fans ne lâchent rien
Ad Astra : La nouvelle bande annonce du film SF de Brad (...)
The Witcher : L’étalon fidèle de Geralt
Westworld : Jonathan Nolan donne enfin des infos sur la saison (...)
Shazam/Black Adam : Un crossover pas si proche
Daniel Darc Piece of my Life : La critique
Japan Expo 2019 : La rencontre avec Yoshiki
The Haunting of Bly Manor : Oliver Jackson-Cohen de retour