179 connectés

Solis [VOD] : La critique

Date : 23 / 03 / 2019 à 11h00
Sources :

Unification


Solis est un bon film de science-fiction qui présente un pilote perdu dans l’espace communiquant avec la voix désincarné du commandant du vaisseau qui peut le sauver.

Suite à un accident, ce dernier est le seul survivant de son équipage, et doit essayer de reprendre le contrôle de sa capsule de secours qui s’avance inexorablement vers le soleil pour y être désintégrée. Il est aidé par un vaisseau ce secours parti à sa recherche qui essaye désespérément de le rattraper avant la catastrophe annoncée.

Le long-métrage de Carl Strathie est minimaliste. En dehors de la voix du commandant du vaisseau de secours, il n’y a qu’un seul acteur qui reste en scène.

Il y a aussi un décor quasiment unique, celle de la salle de contrôle de la navette qui est très bien représentée par Tony Noble.

Avec un petit budget bien utilisé et une bonne idée, qui s’étire un peu en longueur, le long-métrage est particulièrement prenant. On reste accroché au personnage principal avec lequel on sympathise vite et on s’angoisse avec lui de tous les malheurs qui lui arrive régulièrement et qui maintiennent la tension éveillée.

L’œuvre est bien faite et repose quasiment totalement sur la très bonne prestation de Steven Ogg. Ce dernier campe un personnage attachant, dont on découvre progressivement le passé et les peurs, et qui permet de s’attacher fortement à l’avenir de son personnage.

Le film réserve quelques séquences bien anxiogènes, et des passages spectaculaires dans lesquelles les effets spéciaux sont extrêmement beaux et bien réalisés. Il est juste dommage que la fin deviennent tellement improbable avec autant d’événements se passant en même temps, ce qui amortit l’impression de réalisme régnant globalement sur le long métrage.

Solis est un long-métrage de science-fiction qui est bien fait et qui est différent de ce que l’on voit d’habitude. Cette plongée en solitaire dans la vie d’un homme qui voit sa fin arriver à grands pas est passionnante. Avec une réalisation bien menée, de très beaux effets spéciaux, des décors réalistes, et une interprétation brillante, n’hésitez pas à vous faire plaisir et à découvrir cette œuvre qui vaut vraiment le visionnage.

Sympathique et angoissant.

SYNOPSIS

Troy Holloway, un ingénieur spatial, se retrouve dans une situation terrifiante : sa capsule de sauvetage dérive tout droit vers le Soleil. La Commandante Roberts, une voix désincarnée provenant d’un faible signal radio, est le seul lien qui lui permet de garder la tête froide avant qu’une équipe de secours ne vienne le sauver. Sa course contre le temps commence…

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE VIDEO

- Disponibilité : VOD
- Date de sortie VOD : 20/02/2019
- Audio : Anglais
- Sous-titres : Français
- Durée du film : 1 h 34

FICHE TECHNIQUE FILM

- Titre original : Solis
- Réalisateur : Carl Strathie
- Scénariste : Carl Strathie
- Interprètes : Steven Ogg, Alice Lowe
- Photographie : Bart Sienkiewicz
- Montage : Chris Timson
- Musique : David Stone Hamilton
- Costumes : Frances Collier
- Décors : Tony Noble
- Producteur : Charlette Kilby, Alan Latham, Carl Strathie, Caleb Wilson pour Goldfinch Studios, Premiere Picture, Strathie Film
- Distributeur : Wild Side

LIENS

- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Solis



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Summer of 84 [DVD / Blu-Ray] : La critique
The Unthinkable [DVD / Blu-Ray / VOD] : La critique
Les filles du soleil [VOD] : La critique
Sicilian Ghost Story [DVD] : La critique
Mary Shelley [DVD / VOD] : La critique
Avengers Endgame : Les superbes affiches des cinémas (...)
The Eternals : L’acteur Ma Dong-Seok rejoint le (...)
The Six Billion Dollar Man : Travis Knight réalisera (...)
Homecoming - Un film de Beyoncé : La review du film Netflix
Disperata : La critique
Utopia : John Cusack rejoint la série d’Amazon
One Key : La critique du jeu
Les cloches Aliens
VOD DVD - Bandes Annonces : 20 avril 2019
Star Trek Picard : Jonathan Frakes parle d‘une série (...)