195 connectés

Saint Seiya : La critique du jeu de deckbuilding

Date : 16 / 03 / 2019 à 08h00
Sources :

Unification France


Saint Seiya
Le jeu de Deckbuilding

Description :

"Athéna est menacée par le grand Pope, et les Chevaliers soumis à son pouvoir sont prêts à en découdre !
Cinq Chevaliers de Bronze : Seiya, Shiryū, Hyōga, Shun et Ikki doivent mettre fin à cette menace avant l’extinction de la dernière flamme de l’Horloge.

Au cours de la partie, les joueurs incarnent chacun un des cinq Héros disponibles. Ils devront faire face aux autres Chevaliers qu’ils devront affronter ou rallier à leur cause.

Incarnez un des chevaliers de bronze et formez votre deck de cartes en combattant ou ralliant les autres chevaliers à votre cause. Utilisez les divers effets des cartes afin de posséder les chevaliers les plus puissants et avoir la meilleure équipe en fin de partie, lorsque les 12 flammes de l’horloge se seront éteintes."



Le visuel de la boîte et son contenu :

La lourde boîte contient :

- 200 Cartes
- 1 Tapis de Jeu
- 1 Horloge et ses 12 Flammes
- 5 Marqueurs Héros
- 25 Marqueurs de Blessure
- 1 Livret de règles

Le déroulement d’une partie :

Chaque joueur choisi son personnage parmi les chevaliers de bronze de premier plan et prend sa main de cartes dédiées.

La pioche de carte est constituée des chevaliers adversaires (chevaliers d’or, d’argent...) et de leurs armures.

A chaque tour, on remplie la rivière de 6 cartes sur le tapis, et on affronte les adversaires que l’on souhaite (on prend sa carte en main).

Chaque carte en main aura des valeurs de combat ou de cosmos, représentant les deux types de ressources, ainsi que des pouvoirs permanents ou à l’arrivée de la carte.

Certaines cartes modifient l’heure de l’horloge, ce qui fait avancer le jeu. En fin de partie, on compte les points de victoire.

Ainsi, petit à petit, chaque joueur constitue son deck de cartes en combattant et en récupérant de nouvelles cartes de héros ou des armures. Le but est de récupérer les bonnes cartes au bon moment afin de constituer un deck de cartes compatibles entre elles, afin de combotter le plus efficacement possible entre les différents pouvoirs et effets.

Le verdict :

Le jeu est bien édité, avec un design old-school des cartes (foil, ou brillantes si vous préférez), un très chouette tapis, ainsi que l’horloge et les flammes aimantées. Tout le matériel est donc de qualité pour un prix, somme toute, modique sur le segment du marché.

Au niveau des règles, elles sont simples et classiques, mais, sont parfaitement équilibrées.

Le jeu s’adresse aux fans de la série, ainsi qu’aux joueurs casual, plus qu’aux experts des deckbuilding. Le jeu est bien pensé, même s’il ne propose pas une profondeur démente.

Le principal intérêt du jeu réside dans le fait de jouer avec des personnages mythiques connus et appréciés de tous. Quel bonheur !

Fiche technique

Type : Deckbuilding
Format : Boîte de jeu
Auteur(s) : N. Badoux, M. Babad
Éditeur : Yoka by Tsume
Nombre de joueurs : 2 à 5
Age des joueurs : 14 ans et plus
Durée d’une partie : 60-120 minutes
Édition Française : Oui
Extensions : À venir
Prix constaté : Moins de 32 euros



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Escape Book : La critique des 2 derniers livres pour (...)
Le plein de bestioles : Les monstrueux prochains jeux...
Guides de Voyage de l’Aventurier des Mondes Imaginaires : (...)
Saint Seiya : La critique du jeu de deckbuilding
Abstract Donjon : La critique du Pack Demi-Dieu
Star Wars : La période du prochain film révélée ?
Avengers Endgame : Privilégier la surprise
The Suicide Squad : Qu’en est-il du film de James Gunn (...)
American Gods : Review 2.02 The Beguiling Man
Black Widow : Florence Pugh en négociation pour rejoindre le (...)
Stranger Things : La bande-annonce de la saison 3
Once Upon a Time in Hollywood : Bande-annonce et affiches pour le (...)
Arrow : Beth Schwartz signe un contrat plus global avec Warner (...)
La malédiction de la Dame Blanche : Le film sera connecté à (...)
Dossier 64 : La rencontre avec Nikolaj Lie Kaas, Fares Fares et (...)