449 connectés

Nicky Larson et le Parfum de Cupidon : La critique

Date : 03 / 02 / 2019 à 14h00
Sources :

Unification


Depuis qu’on a annoncé le projet de Philippe Lacheau d’adapter sur grand écran Nicky Larson, on a bien vu le scepticisme voire l’hostilité de beaucoup de lecteurs. Le propos de cet article ne sera donc pas de les convaincre de quoi que ce soit, l’exercice, comme on peut le voir avec Star Trek, étant totalement vain. Pour les autres, voici ce qu’on a pensé du film.

N’ayant jamais vu autre chose que la version traficotée du Club Dorothée, je laisse Isabelle vous parler du respect de l’œuvre originale de Tsukasa Hojo. Pour ma part, j’ai retrouvé avec un certain plaisir le personnage accompagné de sa chère Laura. D’ailleurs, dans sa globalité, le film respecte pour moi tous les moments clés d’un épisode de Nicky Larson.

Alors oui, le film est plus centré sur la dimension comique du dessin animé avec un Larson toujours autant aimanté par toute gente féminine passant à sa portée. Mais Lacheau a trouvé une belle astuce de scénario pour proposer des obsessions différentes pour le personnage. Même si j’aurais souhaité voir plus de scènes de ce type, le film respecte la dualité de Larson. Obsédé sexuel oui, mais redoutable et très sérieux professionnel quand il passe à l’action. Au début du film, on se dit que c’est Philippe Lacheau dans un costume de Nicky Larson, mais très vite, on l’oublie pour profiter à plein des rebondissements du film.

Élodie Fontan interprète une excellente Laura, plus exaspérée qu’énervée contre son ami Nicky. Le duo marche très bien. Personnellement, j’attendais avec impatience de voir le traitement que le film réservait à Mammouth. Je n’ai pas été déçu, même si certaines caractéristiques du personnage sont mises de coté, peut être pour une éventuelle suite. Les compagnons historiques de Lacheau, Tarek Boudali et Julien Arruti héritent de personnages secondaires créés pour le film, mais qui ne sont pas les plus drôles. J’avoue avoir par contre hurlé de rire grâce à Jarry, Audrey Lamy et surtout Chantal Ladesou.

Nicky Larson et le Parfum de Cupidon est donc drôle et évite l’écueil d’être une succession de sketchs. Il est parcouru de références au Club Dorothèe (caméo, répliques ou musiques) plutôt bien vues. La mise en scène de Lacheau va au-delà de ce qu’on attend pour une comédie. Bref une plutôt bonne surprise qui donne une envie d’en voir plus.


FM

Nicky Larson et le parfum de Cupidon est une excellente adaptation du dessin animé éponyme mettant en scène l’œuvre éponyme, en français, du grand mangaka Tsukasa Hojo.

Le scénario de Philippe Lacheau a d’ailleurs été validé par le maître qui a alors donné son accord au film. Il faut avouer que ce dernier est très près des œuvres de Hojo et aurait pu être créé par lui.

Nicky Larson, et sa fidèle assistante Laura, sont engagés par un homme pour protéger le parfum qu’il a créé. Une fragrance d’une grande puissance capable d’envoûter n’importe quelle personne et de le rendre éperdument amoureux de son porteur. Mais le parfum volé, Nicky n’a plus que 24 heures pour trouver l’antidote.

On retrouve dans le long métrage, un Nicky complètement obsédé par la gente féminine, en version non censurée. Il s’attire donc les foudres de sa collègue et enchaîne les boulettes. Néanmoins, quand la situation se corse, c’est son autre facette, létale et sans faille, qui ressurgit, permettant d’avoir des séances de bagarres et de fusillades dantesques et spectaculaires.

La dualité du personnage est vraiment bien respectée. Et le réalisateur-scénariste Philippe Lacheau s’amuse aussi à intégrer dans son film un très grand nombre de clins d’œil. Il est donc truffé de références au club Dorothée des années 80. D’ailleurs Dorothée elle-même fait une petite apparition particulièrement truculente qui ravira sans nul doute les fans de cette dernière. On peut aussi voir le chanteur du générique de la version française, Jean-Paul Césari, qui fait un numéro sympathique. Et croiser le doubleur original de la voix de Nicky Larson.

De plus, des clins d’œil à l’œuvre originale, comme le corbeau, et des hommages appuyés, à l’instar de la fameuse massue de Laura, parsèment un long métrage enlevé et amusant.

Ce qui fait que lorsque que l’on est amateur du personnage, on peut rire à gorge déployée devant ses tribulations. Toutefois, si on le découvre, on passe un moment plaisant en sa compagnie. Il est, de plus, toujours possible d’aller découvrir les 140 épisodes de la série, et les 35 tomes du formidable manga City Hunter. Et son excellente « suite », le plus sombre Angel Heart.

Philippe Lacheau mène d’ailleurs tout son petit monde tambour battant, présentant 3 scènes des bagarres d’anthologie et des passages complètement burlesques. Les comédiens se prêtent tous de bons cœurs aux rôles et entre un Didier Bourdon très pince sans rire et une Pamela Anderson qui écorne sans hésiter son image, les personnages sont toujours jouissifs à découvrir.

Le duo Philippe Lacheau-Élodie Fontan fonctionne à merveille. Les comédiens font croire à leur association improbable et représentent fort bien les personnages de l’animé. Tarek Boudali est lui aussi très drôle en homme envoûté par le parfum. Et Julien Arruti vraiment amusant en fan souhaitant rencontrer son idole. Quant à Kamel Guenfoud, en Mammouth, il est vraiment crédible et correspond bien au personnage.

Les décors de Samuel Teisseire sont soignés. Associés aux effets spéciaux bien utilisés, ils donnent vraiment l’impression d’être transporté au cœur de l’œuvre d’Hojo.

Nicky Larson et le parfum de Cupidon est vraiment une magnifique adaptation grandeur réelle d’un personnage très connu de l’œuvre diversifiée d’un grand mangaka. Avec un scénario fidèle au détective, des comédiens ayant pris plaisir à cette aventure et une réalisation menée sur les chapeaux de roue, il est vraiment agréable de découvrir cette comédie amusante et pleine d’action.

Espérons que le succès soit au rendez-vous afin d’avoir une suite à un film des plus réussi.

Truculent et jubilatoire.

IA

SYNOPSIS

Nicky Larson est le meilleur des gardes du corps, un détective privé hors-pair. Il est appelé pour une mission à hauts risques : récupérer le parfum de Cupidon, un parfum qui rendrait irrésistible celui qui l’utilise…

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 31
- Titre original : Nicky Larson et le Parfum de Cupidon
- Date de sortie : 06/02/2019
- Réalisateur : Philippe Lacheau
- Scénariste : Philippe Lacheau d’après l’œuvre de Tsukasa Hojo
- Interprètes : Philippe Lacheau, Élodie Fontan, Tarek Boudali, Julien Arruti, Kamel Guenfoud, Didier Bourdon, Pamela Anderson, Dorothée
- Photographie : Vincent Richard
- Montage : Nathan Delannoy, Antoine Vareille
- Musique : Maxime Desprez, Michael Tordjman
- Costumes : Claire Lacaze
- Décors : Samuel Teisseire
- Producteur : Marc Fiszman pour Sony Pictures Entertainment France
- Distributeur : Sony Pictures Releasing France

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Nicky Larson et le Parfum de Cupidon



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Daniel Darc Piece of my Life : La critique
Manta Ray : La critique
Give Me Liberty : La critique
Herbes Flottantes : La critique
L’Oeuvre Sans Auteur : La critique
SDCC 2019 - Terminator Dark Fate : Le seul, l’unique John (...)
SDCC 2019 - Top Gun Maverick : L’invité surprise Tom Cruise (...)
SDCC 2019 - Justice League : Les Fans ne lâchent rien
Ad Astra : La nouvelle bande annonce du film SF de Brad (...)
The Witcher : L’étalon fidèle de Geralt
Westworld : Jonathan Nolan donne enfin des infos sur la saison (...)
Shazam/Black Adam : Un crossover pas si proche
Daniel Darc Piece of my Life : La critique
Japan Expo 2019 : La rencontre avec Yoshiki
The Haunting of Bly Manor : Oliver Jackson-Cohen de retour