428 connectés

Holy Lands : La critique

Date : 14 / 01 / 2019 à 10h30
Sources :

Unification


Passer de son roman Les Terres Saintes paru en 2010 à son film Holy Lands a été un vrai défi pour Amanda Sthers, qui aura longtemps réfléchi à cette adaptation cinématographique.
Qui avait tenté d’autres réalisateurs.
Mais dont elle a voulu au final garder le contrôle, jusqu’à l’écran.

"C’est une histoire sur les limites de la tolérance ", commence Amanda Sthers lorsqu’elle évoque le film.
"J’ai lu un article sur le fait qu’on élevait les cochons sur pilotis, en Israël, de façon à ne pas contaminer le sol."

C’est à partir de cette simple coupure de presse, qu’elle s’est mise à imaginer l’histoire d’un cardiologue newyorkais qui abandonne famille et carrière pour se lancer dans l’élevage de cochons à Nazareth.
Une incongruité, rendant le propos drôle et sérieux à la fois, qui a amené l’auteure à interroger ses personnages autant sur la méthode que sur le fond ...

"L’histoire, qui chevauche les continents et les générations, se penche sur les relations complexes au sein d’une famille dont les membres sont incapables d’exprimer ce qu’ils ressentent les uns pour les autres". explique-t-elle.

Tout en montrant au spectateur combien il est difficile de faire valoir sa position d’homme libre, dans une ville, au coeur d’un pays, qui manque cruellement de compassion et de respect des droits en matière de religion. Alors même qu’elle se trouve à l’origine des 3 grandes religions monothéistes.

Si pour l’auteure il s’agit avant tout d’une histoire de famille, d’aucuns, comme moi y préfèreront l’histoire d’amitié, entre deux hommes très différents, qui finiront par tellement bien se comprendre... et s’apprécier.
En dépit de ce qui les sépare.

Important aussi, de dénoncer au passage l’absurdité des extrémistes de tout bord. Ici avec une légèreté étonnante, même dans le drame.

Tout repose sur l’improbable, rattrapé par la réalité, tout au long d’une histoire multiple. "... qui se déroule dans trois pays différents, avec cinq protagonistes – mais bien une seule et même histoire." précise l’auteure.

C’est un film plein de grâce. Admirablement bien interprété.
A la lumière "divine"... Très belle photographie. Et plans soignés.
Un beau film, de belle allure. Et au message profond.

Un film original s’il en est.
Qui fait sens de bien agréable manière.

A savourer sans modération.


SYNOPSIS


Harry Rosenmerck, cardiologue américain, juif ashkénaze, a tout quitté pour devenir éleveur de cochons en Terre Sainte. David, son fils, auteur de théâtre à succès, homosexuel, écrit à son père qui ne lui répond jamais, incapable d’imaginer son fils dans les bras d’un homme. Sa fille, Annabelle, éternelle étudiante de bientôt trente ans, quitte Paris pour fuir un chagrin d’amour. Et son ex-femme, Monica, mère de ses deux enfants, se découvre un cancer et revisite leur histoire d’amour. C’est auprès du Rabbin Moshe Cattan qui deviendra son ami, que Harry va accepter d’affronter la vie et son issue.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE


- Durée du film : 1 h 40
- Titre original : Holy Lands
- Date de sortie : 16 janvier 2019
- Réalisateur, Scénariste : Amanda Sthers
- Interprètes : James Caan,Tom Hollander, Jonathan Rhys Meyers, Efrat Dor, Rosanna Arquette, Patrick Bruel
- Photographie : Régis Blondeau
- Montage : Nadia Ben Rachid
- Musique : Grégoire Hetzel
- Costumes : Charlotte Betaillole
- Décors : Françoise Joset
- Producteur : Artémis Productions, Shelter Prod
- Distributeur : Studio Canal

LIENS


- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

Holy Lands



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Dumbo : La critique
Ne Coupez Pas ! : La critique
La cacophonie du Donbass : La critique
Ragtime : La critique
Leur souffle : La critique
neXt : John Slattery rejoint le pilote
Le chant mortel du soleil : La fantasy selon Franck Ferric
Skull & Bones 1918 : La fin de la campagne
Cinéma - Bandes Annonces : 25 mars 2019
Dumbo : La critique
The Orville : Review 2.11 Lasting Impressions
Avengers Infinity War : La fin alternative envisagée (...)
Star Wars Celebration : Une nouvelle affiche qui commémore la (...)
The Dark Tower : Les rôles principaux redistribués pour la (...)
Men In Black International : Le magazine Empire propose une photo (...)