496 connectés

[Concert] Giovanni Mirabassi, 20 ans de carrière : La critique

Date : 27 / 10 / 2018 à 09h00
Sources :

Unification


Le pianiste-compositeur Giovanni Mirabassi fête ses 20 ans de carrière sur scène. Pour ce grand évènement, il a réuni pour l’accompagner dans un concert impressionnant, des musiciens virtuoses.

Le silence se fait dans une salle pleine, rompue uniquement par les notes claires d’un piano. C’est sur sa première composition, écrite alors qu’il était mineur, que le pianiste débute un concert de 2 heures riche en contenu et magnifiquement interprété.

Les numéros se succèdent alors que divers invités ajoutent leurs instruments aux morceaux choisis. Tous les musiciens de grand talent que l’on peut écouter sont littéralement habités par la musique et vibrent sur scène à son diapason. Ils ont une maîtrise impeccable de leurs instruments et leurs touchers sont d’une grande grâce et d’une délicatesse extrême.

Les morceaux sélectionnés sont remarquables, et pour un grand nombre, créés par Giovanni Mirabassi et parfois arrangés par le contrebassiste Gianluca Renzi.

Après avoir fait monter sur scène son premier contrebassiste, François Moutin, accompagné de son frère à la batterie Louis Moutin, ces derniers laissent la place au violoncelliste actuel de Giovanni Mirabassi, Gianluca Renzi, accompagné du batteur Lukmil Perez.

L’Ensemble Archipel, quatuor à cordes composé d’un violoncelliste, de deux violons et d’un alto vient ajouter de la corde sur scène pour des passages plus imposants. Ils sont rejoints pour deux titres par l’accordéoniste impressionnant Marc Berthoumieux qui sort son prochain album dans 15 jours.

Retournant au classique le temps de deux morceaux, c’est avec la pianiste japonaise Tamayo Ikeda que Giovanni Mirabassi nous offre un moment intimiste. La perfection de l’interprétation laisse sans voix alors que chaque note est égrainée dans un silence absolu.

Giovanni Mirabassi meuble les changements de musiciens entre les divers numéros en racontant une partie de sa vie et de sa carrière. Il évoque donc Charles Aznavour auquel il rend hommage. Et parle de sa chanson La Bohème dans laquelle il se retrouve complètement.

C’est pour l’interprétation de Parce que que la chanteuse en état de grâce Sarah Lancman, qui a organisé les trois concerts de l’artiste, monte sur scène. La jeune femme, qui a signé le nouveau label jazz sorti en 2018 par Giovanni Mirabassi, a une voix complètement envoûtante, d’une tessiture chaude. Son interprétation est remarquable et le public frémit à chacun de ses phrasés.

Un autre grand moment du spectacle a été le duo de violoncelle entre François Moutin et Gianluca Renzi qui a enthousiasmé le public. Un moment rare et intense magnifiant les sonorités d’un instrument utilisé dans la pure tradition du jazz, sans archet.

Qui dit anniversaire, dit surprises. Un petit film est donc projeté à l’issue des salutations des artistes. Le gratin mondial musical se succède afin de souhaiter un bon anniversaire à Giovanni Mirabassi et de le remercier de son apport à la musique. Un moment émouvant venant clore en beauté un concert d’anthologie.

Il reste une nouvelle soirée à venir le 27 octobre 2018 à 20h, alors que le concert du dimanche 28 à 15h est plus réservé aux enfants, avec une interprétation en grande partie consacrée aux musiques des dessins animés du studio Ghibli (Princesse Mononoké, Le voyage de Chihiro, Mes voisins les Yamada)…

Et pour ceux ne pouvant pas assister à ses concerts, il reste toujours les albums permettant de découvrir le travail de l’artiste, dont son dernier Summer’s Gone. On peut, de plus, se procurer ses albums enregistrés au Japon, dont un merveilleux reprenant les titres phares des animés produits pas le studio Ghibli. Ce qu’en grande amatrice d’animés japonais, je ne saurais que vivement conseiller.

La série de concerts de Giovanni Mirabassi pour ses 20 ans de carrière est remarquable et permet de vivre des moments musicaux rares en compagnie d’artistes dédiés à leurs arts. Parfaitement maîtrisés par les musiciens, les morceaux interprétés sont d’une grande qualité et donnent envie de retourner les écouter lors des deux spectacles restant.

Il faut souhaiter une carrière longue est brillante, à l’aune de ce que l’artiste a déjà fait, à un homme dévoué à la musique, dont les compositions et l’interprétation résonnent longuement dans le cœur.

Brillant et chaleureux.

INFORMATION

Le concert se joue samedi 27 octobre à 20h et dimanche 28 octobre à 15h au pan Piper (2-4 impasse Lamier, 75011 Paris).

- RÉSERVATION
- SITE OFFICIEL
- SITE OFFICIEL DE L’ARTISTE

SYNOPSIS

20 ans de carrière cela se fête ! Le pianiste Giovanni Mirabassi revient sur deux décennies de musique avec trois concerts exceptionnels au Pan Piper à Paris les 26, 27, 28 octobre, en compagnie de nombreux invités.

« On ne décourage jamais assez les jeunes talents, disait Claude Debussy. Il est pourtant des talents trop rares qui s’affirment d’emblée… Indécourageables… Giovanni Mirabassi appartient à cette tribu. » Voilà ce que Pascal Anquetil aimait à dire dans les liner notes de Architectures, premier album de Giovanni Mirabassi. Vingt ans après jour pour jour, le pianiste transalpin nous convie au Pan Piper pour célébrer son parcours. Bien de ses compagnons de route seront là pour évoquer les projets passés, présents et futurs de ce musicien sans pareil.


DISTRIBUTION

  • Avec : les frères Moutin (François à la contrebasse et Louis à la batterie), Tamayo Ikeda (piano), l’Ensemble Archipel (quatuor à cordes avec violoncelle, violons et alto), Marc Berthoumieux (accordéon), Flavio Boltro (trompette), Cyril Mokaiesh (voix) & Helena Noguerra (voix)
  • Piano : Giovanni Mirabassi
  • Contrebasse : Gianluca Renzi
  • Batterie : Lukmil Perez
  • Trombone : Glenn Ferris
  • Guitare : Sylvain Luc
  • Voix : Sarah Lancman
  • Durée : 2h10
  • Public : tout public
TARIFS

  • Plein tarif : 30 euros
  • Tarif réduit : 20 euros
  • Tarif enfant (dimanche) : 5 euros
COMMUNIQUḖ DE PRESSE

Pianiste de lumière, Giovanni Mirabassi s’impose par un style très personnel où la richesse mélodique et rythmique se noue à l’inventivité de ses improvisations : une superbe logique interne y est à l’œuvre, qui mêle beauté, raffinement et subversion musicale.

Avec 17 Disques d’Or, une Victoire de la Musique, un Django d’Or, ajoutons que Giovanni Mirabassi a joué notamment avec Chet Baker, Steve Grossman, Eliott Zigmund, Glenn Ferris et tant d’autres.

Giovanni Mirabassi possède l’art de faire chanter une mélodie avec un grand lyrisme tout en ayant un sens rythmique très développé. Il est né en 1970 à Pérouse (Italie). Autodidacte, ce n’est qu’à seize ans que Giovanni prend ses premiers cours de piano, auprès d’un professeur qui lui fait découvrir le jazz. En Italie, il joue avec des musiciens tels que Chet Baker en 1987 ou Steve Grossman en 1988, puis décide en 1992 de s’établir à Paris. En 1996, il remporte le prix du meilleur soliste au Tremplin Jazz d’Avignon. La même année, avec le contrebassiste Pierre-Stéphane Michel il forme le duo Dyade et enregistre son premier disque : En bonne et due forme. Depuis, il mène une carrière de leader en salles et en studio, et collabore avec de nombreux musiciens de la scène parisienne et internationale, comme Stefano Di Battista, Flavio Boltro, Louis Moutin, Glenn Ferris, Andrzej Jagodzinski, Michel Portal. Il joue dans des nombreuses salles et festivals internationaux.

En vingt ans de carrière, le prestigieux pianiste-compositeur aux dix-sept disques d’or, s’est imposé en quelques années parmi les grands du jazz. Il sait allier un style très personnel nourri d’émotion, de raffinement et d’improvisation à un engagement parfois bouleversant. Il est lauréat de nombreux prix partout dans le monde. À ne pas rater en concert exceptionnel les 26/27/28 octobre au Pan Piper en compagnie de nombreux invités.

GALERIE PHOTOS

Concert Giovanni Mirabassi : 20 ans de carrière



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


[Théâtre] L’exception : La critique
[Spectacle] Gustave Eiffel - en fer et contre tous : La (...)
[Spectacle] Radio active : La critique
[Spectacle] Apzurde ! : La critique
Toruk - Le premier envol : Le spectacle du Cirque du soleil (...)
Spider-Man Far From Home : 3 nouvelles affiches teaser
Star Wars -The Mandalorian : Taika Waititi fera la voix (...)
Apple TV+ : Le nouveau service de streaming d’Apple se (...)
Dumbo : La rencontre avec Tim Burton et Eva Green
Masters Of The Universe : Noah Centineo pour jouer Musclor
Mary Shelley [DVD / VOD] : La critique
Netflix : Plus de contenu original que d’acquisition en (...)
Us : Le film détrône Captain Marvel au box-office américain
Styx : La critique
Wayward Children : Une série en développement pour SyFy