290 connectés

The Predator : La critique

Date : 16 / 10 / 2018 à 15h00
Sources :

Unification


The Predator est un film de Shane Black mettant en scène les redoutables prédator revenant sur la planète Terre pour de nouveaux combats.

Un sniper en mission voit un vaisseau extraterrestre s’écraser. Après avoir pris le masque et l’un des gantelets du prédator auquel il vient d’échapper, il va se retrouver pris entre les feux croisés des deux parties s’affrontant, humains et étrangers spatiaux.

Le récit suit ce soldat d’élite et l’étrange association qu’il forme avec des soldats « tarés » ayant des problèmes psychologique et une jeune biologiste très débrouillarde. Son propre fils, autiste, est aussi au cœur d’un affrontement pouvant changer le cours de l’humanité.

La première partie se tient bien, et quoique lente à se mettre en place en dehors de la séquence d’ouverture, réserve de très bons moments d’action impressionnants.

La seconde moitié est plus décevante. Elle montre plus de combats entre humains que contre des prédators. En effet, un organisme militaire essaye de garder ces incursions outre-espace secrètes et cherche à éliminer tous ceux qui en sont témoins. Une attitude curieuse, alors que les personnages principaux sont plus efficaces que les soldats de l’équipe d’intervention...

Le scénario de Fred Dekker et Shane Black essaye de renouveler la mythologie des Prédators et de leur donner plus de consistance. Mais l’exercice se révèle aussi décevant en proposant des solutions assez basiques et un final laissant ouverte une fin qui pourrait s’annoncer explosive, faisant tomber l’œuvre dans de l’action pure, ce qui nuirait à son esprit initial.

Les comédiens sont bons, sans pour autant laisser une grande marque. La faute à des personnages caricaturaux et assez peu attachants. Ainsi Boyd Holbrook est monolithique et invulnérable en chef d’escouade. Sterling K. Brown est méchant sans véritable raison. Et les divers militaires « tarés » sont plus fatigants qu’intéressants. La biologiste, incarnée par Olivia Munn, est présentée comme une femme forte, mais sans formation apparente, sa maîtrise des combats, et ses analyses sur le terrain avec un matériel indigent en 10 secondes, nuisent complètement à la crédibilité du personnage.

Il reste le très bon Jacob Tremblay qui incarne un jeune autiste et qui est le protagoniste le mieux décrit, et bien sûr les Prédators qui ne sont pas décevants du tout.

Les effets spéciaux sont très bien faits et le travail sur les décors de Hamish Purdy et sur les créatures sont vraiment réussis. Ces éléments permettent d’obtenir les séquences les plus plaisantes du récit, celles que l’on gardera à l’esprit à la fin du film.

On l’avait compris depuis un moment, exit de l’ambiance sombre et anxiogène du premier opus. Mais si on pouvait trouver un certain fun dans les deux longs métrages Alien vs Predator et si le très réussi Predators présentait un fort intéressant changement de paradigme, on s’ennuie dans le dernier volet de la saga. Et les enjeux sont trop noyés au sein de bisbilles humaines pour apprécier les Prédators tels qu’on le pourrait, et le devrait.

The Predator est un film décevant qui donne plus l’impression de voir un film d’action dans lequel des humains s’affrontent que des combats contre une espèce évoluée pouvant éradiquer l’humanité. Si l’œuvre est très bien faite, et la musique d’Henry Jackman sympathique, le scénario et le rythme déçoivent. D’autant que si les comédiens font de leur mieux, leurs rôles sont trop peu intéressants pour entraîner de l’empathie de la part du spectateur concernant leur survie ou leur décès. Sans compter, que de ce point de vue-là, on n’a aucune surprise à attendre. Le long métrage passe donc bien pour un blockbuster, mais risque de ne pas satisfaire les fans de ces créatures létales.

Décevant et sans âme.

SYNOPSIS

Les pires prédateurs de l’univers sont maintenant plus forts et plus intelligents que jamais, ils se sont génétiquement perfectionnés grâce à l’ADN d’autres espèces. Alors qu’un jeune garçon devient accidentellement leur cible, seul un équipage hétéroclite d’anciens soldats et un professeur de science contestataire peuvent empêcher l’extinction de la race humaine.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 47
- Titre original : The Predator
- Date de sortie : 17/10/2018
- Réalisateur : Shane Black
- Scénariste : Fred Dekker, Shane Black d’après l’œuvre de Jim Thomas, John Thomas
- Interprètes : Boyd Holbrook, Trevante Rhodes, Olivia Munn, Jacob Tremblay, Sterling K. Brown, Keegan-Michael Key, Yvonne Strahovski, Alfie Allen
- Photographie : Larry Fong
- Montage : Harry B. Miller
- Musique : Henry Jackman
- Costumes : Tish Monaghan
- Décors : Hamish Purdy
- Producteur : John Davis, Lawrence Gordon, Joel Silver pour Dark Castle Entertainment, Twentieth Century Fox Film Corporation, Davis Entertainment, TSG Entertainment, Canada Film Capital
- Distributeur : Twentieth Century Fox France

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

The Predator



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Aga : La critique
The Mumbai Murders : La critique
Petits Contes sous la neige : La critique
Terra Franca : La critique
Carmen et Lola : La critique
Star Wars The Mandalorian : Gina Carano ajoutée à la (...)
Wonder Woman 1984 : Chris Pine pas surpris du retour de Steve (...)
Doctor Who : Review 11.06 Demons of the Punjab
The Protector : La première série turque de Netflix
Child’s Play : Une affiche et une date pour le (...)
Aga : La critique
Trailers voDvd & co : 16 novembre 2018
14 - 18 : La critique du tome 10
Manhattan : La critique de la réédition du jeu multi-primé
Bandes Annonces & Co : 16 novembre 2018