192 connectés

How It Ends : La review du film Netflix

Date : 18 / 07 / 2018 à 12h45
Sources :

Unification


How It Ends est un bon film post apocalyptique de série B sans prétention et agréable à regarder.

Un homme est décidé à traverser en voiture tous les États-Unis avec son beau-père pour retrouver sa femme dont il n’a plus de nouvelles après qu’une catastrophe inconnue se soit abattue sur la côte Ouest et ait coupée toutes les communications.

Ce dernier va parcourir 3 000 kilomètres dans des terres mises en quarantaine et ou le non-droit reprend ses droits en dehors d’enclaves de paix inaccessibles aux étrangers.

Le film de David M. Rosenthal suit la progression chronologique, jour après jour, des deux personnages principaux et des rencontres qu’ils font dans un pays où les armes à feu sont répandues partout.

Le road movie se pare donc parfois d’accents western, alors qu’une pointe de science-fiction plane sur tous les évènements.

Les effets spéciaux sont très bien faits, notamment des nuages impressionnants et quelques scènes de destructions imposantes. Toutefois, le récit se concentre sur l’échelle humaine et ce sont bien les personnes qui servent de ressort à l’intrigue.

Les acteurs sont très bons. On retrouve avec un grand plaisir Forest Whitaker en père inquiet et au caractère entier. Theo James est très juste en homme amoureux décidé à tout pour retrouver sa belle. Grace Dove est un personnage intéressant permettant de parler de la condition de vie des Indiens et de la notion de bien et de mal.

S’il ne révolutionne pas le genre, le long métrage se laisse regarder avec plaisir et les belles séquences de voiture roulant seule dans des paysages grandioses se laissent bien visionner. D’autant que le film, malgré ses presque 2 heures, ne souffre pas de longueurs et trouve régulièrement des rebondissements pour garder l’attention du spectateur éveillée.

How It Ends est un film sympathique et intéressant présentant sans fard le chaos s’installant vite lorsque des personnes sans informations et sans secours se retrouvent livrées à elle-même. Avec une mise en scène bien faite, deux bons acteurs et un scénario évitant la surenchère et les explications fallacieuses, ce film original Netflix vaut la peine qu’on aille le regarder.

Crépusculaire et survivaliste.

SYNOPSIS

Une mystérieuse apocalypse déclenche une vague de désinformation et un déluge de violence. Un homme, accompagné d’un beau-père dont il n’est pas proche, prend la route et affronte le chaos pour sauver sa femme enceinte à l’autre bout du pays.

BANDE ANNONCE


FICHE TECHNIQUE

- Durée du film : 1 h 53
- Titre original : How It Ends
- Date de sortie : 13/07/2018
- Réalisateur : David M. Rosenthal
- Scénariste : Brooks McLaren
- Interprètes : Theo James, Forest Whitaker, Kat Graham, Kerry Bishe, Mark O’Brien, Eric Keenleyside, Grace Dove
- Photographie : Peter Flinckenberg
- Montage : Jason Ballantine
- Musique : Atli Örvarsson
- Costumes : Mary E. McLeod
- Décors : Philip Ivey
- Producteur : Paul Schiff, Tai Duncan, Kelly McCormick, Patrick Newall pour Sierra Pictures, Paul Schiff Productions
- Distributeur : Netflix France

LIENS

- SITE OFFICIEL
- ALLOCINÉ
- IMDB

PORTFOLIO

How It Ends



Les illustrations des articles sont Copyright © de leurs ayants droits. Tous droits réservés.



 Charte des commentaires 


Le Bon Apôtre : La review du film Netflix
Un 22 juillet : La review du film Netflix
Doctor Who : Review 11.01 The Woman Who Fell to Earth
Manifest : Review 1.03 Turbulence
The First : Review des épisodes 1 à 6
Star Wars 9 : Encore plus de place à l’improvisation
Avengers 4 : Une description de bande-annonce trop belle pour (...)
Iron Fist : La réaction de Finn Jones à l’annulation de la (...)
Men in Black 2 : Tessa Thompson et Chris Hemsworth dans le (...)
Watchmen : La première image teaser de la série HBO de Damon (...)
Les Animaux Fantastiques - Les Crimes de Grindelwald : Nouvelle (...)
Futur immédiat, Los Angeles 1991 [DVD / Blu-Ray] : La (...)
Runaways : Première affiche pour la saison 2
Bamse au pays des voleurs : La critique
Pavillon Noir 2 : L’énorme gamme de JdR enfin en (...)